Maroc : Une nouvelle hausse des prix du carburant est attendue

Maroc : Une nouvelle hausse des prix du carburant est attendue

Un expert marocain dans le domaine de l’énergie s’attendait à ce que les prix des carburants au Maroc remontent après avoir dépassé le seuil des 14 dirhams, ce qui a suscité de vives plaintes parmi les consommateurs qui ont organisé de nombreux mouvements de protestation pour dénoncer l’incapacité du gouvernement du Makhzen à faire face à la situation. .

L’expert, Mustapha Labrak, estime que les prix du carburant au Maroc vont continuer à augmenter dans les prochains jours en raison de la persistance des tensions géostratégiques et de la hausse des prix du pétrole sur le marché international.

Il a souligné que la saison estivale, qui approche, connaît une forte demande dynamique et accrue de carburant, et qu’il est donc « difficile de s’attendre à des baisses de prix ».

Labrak a souligné, comme le rapportent les médias locaux, que « le prix du pétrole a atteint 1160 dollars la tonne, selon l’Agence internationale d’information pétrolière, et les frais de transport équivalent à 15 dollars, et dans le cas de la conversion de ces chiffres en dirhams marocains, le prix du carburant a atteint 13 dirhams le litre avant calcul des marges bénéficiaires. .

La crise du prix élevé des carburants dans le Royaume et l’incapacité du Makhzen à faire face à la situation et à proposer des solutions pratiques ont provoqué une vague de protestations, les propriétaires de stations-service ayant décidé, la semaine dernière, de déclencher une grève nationale, appelant à une révision des prix, ouvrant la porte au dialogue avec les professionnels, et les impliquant dans la recherche des issues de la crise que traverse le secteur des hydrocarbures.

La Ligue marocaine des propriétaires, commerçants et gestionnaires de stations-service a déclaré, dans un communiqué, que les stations n’étaient pas en mesure de suivre le rythme de la hausse « sans précédent » des prix du carburant, et les répercussions de cette hausse sur elles, car elles devenaient incapables de couvrir leurs frais et disposer d’un « stock raisonnable » compte tenu de cette « situation » dangereuse.

De son côté, la Fédération des distributeurs de gaz liquide (bouteilles de gaz) de Fès, Meknès, a annoncé une grève cette semaine pour protester contre la hausse du prix des carburants.

La hausse des prix du carburant a provoqué un grand mécontentement parmi les citoyens du Royaume et les professionnels des transports, et de nombreux messages sur les réseaux sociaux ont lié les augmentations successives du prix du carburant à la cupidité des entreprises opérant dans le secteur, notamment celles du Premier ministre Aziz Akhannouch.