Algérie-Maroc : 60 ans de relation conflictuelle (1ère partie)

Algérie-Maroc : 60 ans de relation conflictuelle (1ère partie) – Guerre des Sables, Sahara Occidental, Mauritanie, Mali,

Par Khadija Mohsen-Finan *

Depuis 60 ans, l’intégration du Maghreb, sa géopolitique et sa place dans les relations internationales ont été soumises à la tension quasi permanente entre l’Algérie et le Maroc. Les moments de rapprochement entre les deux Etats ont été rares et brefs, à deux reprises, en 1976 et en 2021, leurs relations ont été rompues. Les classes politiques algérienne et marocaine se disputent territoire et leadership régional, cristallisant leurs tensions sur le conflit du Sahara occidental. Depuis quelques années, les deux Etats s’arment de manière disproportionnée, faisant craindre une guerre qui déstabiliserait un peu plus la région et qui paraît bien anachronique dans le contexte actuel.

Les frontières à l’origine du contentieux
Les tensions entre Alger et Rabat remontent à la fin de la guerre d’indépendance algérienne, en 1962. Elles portaient initialement sur la question des frontières dessinées par la France. Pour la puissance coloniale, il ne s’agissait pas à proprement parler de frontières concernant la zone qui va de Colomb-Bechar à Tindouf, car l’Ouest algérien était inhabité. Le regard sur le territoire allait fondamentalement changer à partir de 1952, date à laquelle la France y découvre un gisement de fer et des minerais (fer et manganèse). Pour Paris, il s’agissait alors d’inclure cette zone dans son territoire, sur le long terme, l’Algérie étant française alors que le Maroc n’était qu’un protectorat appelé à s’affranchir de la tutelle de Paris.

Le Maroc se sent lésé, et dès son indépendance, en 1956, il revendique une partie du territoire algérien, affirmant qu’il fait partie du « Maroc historique ». En juillet 1961, Hassan II, qui vient d’accéder au trône, reçoit, à Rabat, Farhat Abbès, le président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (Gpra). Une convention est signée et une commission est même créée pour régler la question du Sahara algérien « dans un esprit de fraternité et d’unité maghrébines ». Selon l’accord, une fois l’indépendance algérienne acquise, le statut de cette zone serait renégocié. Mais à l’indépendance, et avant même que l’accord de Rabat n’ait été ratifié, une coalition menée par Ahmed Ben Bella et soutenue par l’Armée de libération nationale (ALN) évince Farhat Abbès du gouvernement. La nouvelle équipe au pouvoir refuse de rétrocéder ce territoire qui, selon la formule consacrée, aurait été « libéré avec le sang de tant de martyrs ». Ahmed Ben Bella tient à se présenter comme le garant de tout le territoire hérité de la colonisation française.

Hassan II se sent trahi par l’équipe qui prend place à la tête de l’Etat algérien. Il avait espoir que l’aide de son pays aux Algériens pendant la guerre de libération trouverait reconnaissance dans la rétrocession de ce territoire au sud de Figuig. Son sentiment est partagé par la classe politique marocaine et en particulier par le parti Istiqlal, qui se veut le porte-drapeau de la question nationale marocaine. Allal Al Fassi, le leader de ce parti, fait dessiner une carte du « Grand Maroc » qui fut publiée dans l’organe du parti, El Alam, en 1963. Cette carte avait pour objet de préciser les frontières du Maroc qui se définissent alors en fonction des allégeances qui ont été faites aux Sultans du Maroc à travers les âges. Le « Grand Maroc » comprendrait ainsi un bon tiers du Sahara algérien, le Sahara occidental (colonisé par l’Espagne de 1884 à 1976), la Mauritanie est une partie du Mali actuel.

De toute évidence, le Maroc indépendant se trouvait à l’étroit dans un territoire dont les frontières qui ont été imposées par le colonisateur français ont très avantageusement favorisé l’Algérie. C’est la raison pour laquelle la monarchie a fait sienne cette conception du territoire par l’Istiqlal. Mais en se référant tantôt aux « droits historiques », tantôt au droit international, le Maroc introduisait une ambiguïté de taille. En effet, en devenant un Etat-nation indépendant en 1956, puis un royaume en 1957, le Maroc cessait d’être l’empire auquel il se référait en invoquant les « droits historiques ».

Au-delà de cette ambiguïté, une véritable schizophrénie territoriale allait gagner Algériens et Marocains. Entre territoire acquis par le « sang des martyrs » pour les Algériens et la mise en avant des « droits historiques » pour les Marocains, deux conceptions du droit et de l’histoire allaient durablement s’affronter, donnant lieu en septembre 1963, au déclenchement d’un conflit armé : la guerre des sables. Cette guerre qui a pour théâtre la région de Tindouf a opposé le Maroc à une Algérie fraîchement indépendante et aidée par l’Egypte et Cuba. Les combats, dont le bilan est encore controversé, cessent en février 1964, quand l’Organisation de l’unité africaine (OUA) obtient un cessez-le-feu qui laisse la frontière inchangée, la zone contestée restant algérienne.

Le contentieux entre les deux Etats allait se prolonger en se nourrissant de l’irrédentisme marocain autour de la question du « Grand Maroc » et du refus de l’Algérie indépendante de reconsidérer les frontières héritées de l’ère coloniale. Ce différend qui allait s’inscrire dans le temps ne peut se comprendre qu’à l’aune de la sourde et profonde rivalité qui oppose Alger à Rabat pour le leadership régional, mais il s’agit aussi de deux systèmes politiques radicalement différents qui se font une guerre sans merci. L’influence des blocs allait naturellement jouer un rôle important compte tenu de l’orientation des deux systèmes : une Algérie proche de l’Union soviétique et un Maroc libéral et ouvertement tourné vers les États-Unis et le monde occidental.

Le Sahara occidental : abcès de fixation dans la tension entre Alger et Rabat
A partir de 1975, l’appui apporté par l’Algérie au Front Polisario, ce mouvement indépendantiste mis en place en 1973 et qui revendique l’ancienne colonie espagnole du Sahara au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, viendra nourrir la tension désormais permanente entre les deux grands Etats de la région. En effet, le Maroc qui revendique le Sahara occidental, s’était déjà engagé dans une lutte contre le Front Polisario. Pour l’Algérie, qui s’abrite derrière le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, un conflit de basse intensité aurait l’avantage d’affaiblir son voisin marocain. Alger et Rabat allaient alors s’affronter par Front Polisario interposé.

Deux conflits allaient s’additionner et se superposer. Le premier oppose le Maroc à l’Algérie pour des raisons territoriales et une lutte pour le leadership, tandis que le second est un conflit de décolonisation qui oppose Marocains au Front Polisario. Mais ce dernier conflit de décolonisation du continent africain n’aurait pu se prolonger pendant près d’un demi-siècle si le contentieux algéro-marocain n’avait pas pesé aussi lourdement sur son déroulement.

K.M.F.

La Presse.tn, 11/04/2022

#Algérie #Maroc #SaharaOccidental