Espagne: Indignation face à la décision de Sanchez

Espagne: Indignation face à la décision de Sanchez – Sahara occidental, Maroc, Algérie, Front Polisario,

Pendant des décennies, l’Espagne a soutenu la position de l’ONU selon laquelle le Sahara Occidental, une ancienne colonie espagnole, a le droit à l’autodétermination.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, a défendu mercredi devant le Congrès des députés espagnols la décision du gouvernement espagnol de se ranger du côté du Maroc sur le statut du Sahara occidental.

Pendant des décennies, l’Espagne a soutenu la position de l’ONU selon laquelle le Sahara Occidental, une ancienne colonie espagnole, a le droit à l’autodétermination. Cependant, cette position a brusquement changé la semaine dernière.

Dans une lettre adressée au roi du Maroc, Mohamed VI, le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a exprimé son soutien au projet du Maroc de faire fonctionner la région de manière autonome sous l’égide du gouvernement de Rabat.

La nouvelle position de l’Espagne n’a été rendue publique qu’après qu’un journal marocain a publié des parties de la lettre vendredi dernier.

Toutefois, cette nouvelle position en matière de politique étrangère, qui n’aurait pas été communiquée à l’avance au partenaire junior de la coalition au pouvoir en Espagne, Unidas Podemos, ni à la partie algérienne, a suscité la fureur de plusieurs parties.

Valentina Martínez Ferro, députée du Parti populaire, a déclaré que le changement de position du gouvernement n’est pas une politique d’État car il n’est pas soutenu par son parti, le principal parti d’opposition, et a affirmé qu’il n’est même pas une politique gouvernementale car il n’est pas non plus soutenu par ses partenaires gouvernementaux.

De même, M. Martínez a déclaré que même des secteurs du propre parti de M. Sánchez sont contre son virage diplomatique.

Jon Iñarritu García, député de la coalition des partis nationalistes et indépendantistes basques, Euskal Herria Bildu (EH Bildu), a déclaré que le gouvernement a fermé une crise avec le Maroc pour en ouvrir plusieurs autres avec le Front populaire pour la libération de Saguía el Hamra et Rio de Oro (Frente Popular por la Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro) (Frente Polisario).
Oro (Front Polisario) et l’Algérie, ainsi qu’une crise interne avec ses « partenaires progressistes ».

Mardi, les députés de Podemos ont brandi des drapeaux du Sahara occidental au Congrès.

L’Algérie, principal fournisseur de gaz naturel de l’Espagne, a également été indignée par la décision du gouvernement Sánchez.

L’ambassadeur d’Algérie en Espagne a été convoqué d’urgence pour consultation, tandis que le gouvernement du pays d’Afrique du Nord a condamné le « changement abrupt » de l’Espagne.

L’Algérie soutient l’indépendance du Sahara occidental et la question a provoqué de profondes tensions entre le Maroc et l’Algérie pendant des années.

L’année dernière, l’Espagne a permis au leader du Front Polisario d’être soigné en Espagne par le COVID-19, ce qui a provoqué une rupture diplomatique avec le Maroc.

Suite à cela, les autorités marocaines ont autorisé un total de 10 000 Africains subsahariens à sauter la barrière séparant le Maroc de la ville autonome espagnole de Ceuta.

À la suite de ces incidents, le ministre espagnol des affaires étrangères de l’époque, Arancha González Laya, a été remplacé par Albares.

Pour sa part, M. Albares a déclaré que l’Espagne avait été spectatrice pendant trop d’années et a ajouté qu’elle voulait désormais être actrice. Il a également insisté sur le fait que toute solution au conflit qui sévit depuis des décennies dans la région doit être acceptée par les deux parties.

Selon la lettre envoyée par M. Sánchez au roi du Maroc, l’Espagne estime désormais que la proposition du Maroc est la « plus sérieuse, crédible et réaliste » pour mettre fin au conflit.

M. Sánchez a également déclaré qu’il espérait se rendre à Rabat dans les semaines à venir pour « renouveler et approfondir » les relations entre les deux pays et « faire face ensemble aux défis communs, notamment autour des flux migratoires dans l’Atlantique et la Méditerranée ».

Anadolou Agency

#SaharaOccidental #Maroc #Espagne #Algérie #FrontPolisario #PedroSanchez