60 ans après, la France commémore la fin de la guerre d’Algérie

60 ans après, la France commémore la fin de la guerre d’Algérie – Colonisation, mémoire, crimes coloniaux,

Emmanuel Macron a cherché, à travers une série de gestes mémoriels, à «réconcilier la France et l’Algérie» ainsi que les «mémoires cloisonnées» en France, a rappelé l’Elysée. Avec une cérémonie organisée hier à l’Élysée, Emmanuel Macron a de nouveau plaidé pour un «apaisement» des mémoires sur les deux rives de la Méditerranée. «Tous les événements liés à la guerre d’Algérie ne se sont pas terminés du jour au lendemain», reconnaît l’entourage d’Emmanuel Macron. Mais l’Elysée assume son choix et souligne que «commémorer n’est pas célébrer».

Dans son discours ce samedi, le chef de l’Etat entend donc dépasser toutes les blessures héritées du conflit. Lui qui depuis 2017 a multiplié les initiatives pour «apaiser» les mémoires et reconnaître la «singularité» de chacune d’entre elles. De la commande du rapport Stora, à la reconnaissance de la responsabilité de la France dans l’assassinat des militants Maurice Audin et Ali Boumendjel, en passant à la facilitation de l’accès aux archives concernant la guerre d’Algérie. Des gestes qui restent insuffisants aux yeux des autorités algériennes, qui continuent de réclamer des «excuses officielles pour la colonisation» ; l’ouverture du dossier des disparus ainsi que celui des essais atomiques au Sahara.

«J’assume cette main tendue à l’Algérie», a déclaré Macron au cours d’une cérémonie à l’Elysée pour commémorer le 60e anniversaire des Accords d’Evian du 19 mars 1962, jour de l’entrée en vigueur du cessez-le-feu après huit années de conflit. Il a rappelé toutes les initiatives prises depuis 2017 pour «apaiser» la mémoire de cette guerre qui, avec «ses non-dits», a «été la matrice de nombreux ressentiments» en Algérie. «Beaucoup me diront: vous faites tout cela, mais vous n’êtes pas sérieux parce que l’Algérie ne bouge pas. A chaque fois, tous mes prédécesseurs ont été confrontés à la même chose», a-t-il déclaré devant quelque 200 invités. «Je pense que le jour viendra où l’Algérie fera ce chemin», a-t-il ajouté.

Aucun officiel algérien n’était présent à l’Elysée, même si l’ambassadeur en France, Mohamed-Antar Daoud, avait été invité, selon l’Elysée. Les relations entre les deux pays sont marquées par un certain apaisement après deux années de crispations. Vendredi dernier, le président Tebboune a déclaré que le dossier mémoriel devait «inévitablement être traité d’une manière responsable et équitable dans un climat de franchise et de confiance». Mais les «hideux crimes de la colonisation ne seront pas oubliés et ne sauraient être frappés de prescription», a-t-il prévenu dans un message diffusé à l’occasion de la fête de la Victoire. «Il y aura encore des moments où on trébuche, il y aura immanquablement des moments d’énervement, il y aura des sentiments d’injustice encore. Mais nous y arriverons», a-t-il conclu.

L’Elysée a présenté la commémoration du 19 mars comme «une étape» sur le chemin de mémoire «mais ce n’en est pas le terme». Mais Alger, qui réclame des excuses officielles de la France pour la colonisation, n’a pas donné suite à ce travail de mémoire. «C’est une main qui est tendue et qui reste tendue», a toutefois souligné l’Élysée.

Crésus, 19/03/2022

#Algérie #France #Colonisation #Mémoire