Le Mali suspend la diffusion de France 24 et RFI

Le Mali suspend la diffusion de France 24 et RFI – armée malienne, Barkhane, Sahel, FAMA, exactions, Wagner, Takuba,

Au Mali, le pouvoir en place a suspendu, dans la nuit de mercredi à jeudi, la diffusion de Radio France Internationale (RFI) et France 24. La cause : des accusations contre l’armée malienne d’avoir commis des exactions, indique l’AFP.

Pour le gouvernement malien, il s’agit de « fausses allégations contre les vaillantes Fama (Forces armées maliennes) » qu’il rejette catégoriquement. Par conséquent, il « engage une procédure (…) pour suspendre jusqu’à nouvel ordre la diffusion de RFI (…) et France 24 », précise le communiqué signé du colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement.

Dans son communiqué, le gouvernement malien souligne que « ces fausses allégations » ont été véhiculées à la suite d’un reportage « dans lequel RFI a donné la parole à des victimes présumées d’exactions qui auraient été commises par l’armée malienne et le groupe privé russe Wagner. »

Très virulent, le même communiqué a fait un parallèle entre les agissements de de RFI et France 24 au Mali et le rôle de la radio Mille Collines, « qui avait encouragé le génocide au Rwanda en 1994. »

Les relations entre le Mali et la France sont au plus bas depuis des mois. Fin janvier, les autorités de ce pays voisin ont expulsé l’ambassadeur de France.

« Le gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale que ce jour (…) l’ambassadeur de France à Bamako, son excellence Joël Meyer, a été convoqué par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale [et] qu’il lui a été notifié la décision du gouvernement qui l’invite à quitter le territoire national dans un délai de soixante-douze heures », avait indiqué un communiqué.

En réaction, Paris et ses alliés, dont le Canada, ont annoncé, mi-février, le retrait de leurs troupes du Mali. Ce à quoi le pouvoir en place au Mali a répliqué par une exigence de retirer toutes les troupes et sans délai.

« Le Mali a pris acte de la décision unilatérale (…) des autorités françaises de procéder au retrait des forces militaires de Barkhane et Takuba, en violation des accords liant la France et le Mali », avait réagi un porte-parole qui lisait un communiqué à la télévision nationale.

Et d’enjoindre, « Au regard de ces manquements répétés (aux) accords de défense, le gouvernement invite les autorités françaises à retirer sans délai les forces Barkhane et Takuba du territoire national, sous la supervision des autorités maliennes. »

Le départ forcé de France 24 et de RFI est acté alors que la chaîne d’information Russia Today lorgne de plus en plus sur l’Afrique de l’Ouest. C’est en tout cas ce qu’affirme Jeune Afrique.

« Selon nos informations, plusieurs membres de l’équipe dirigeante de la rédaction parisienne de ce puissant média, qui compte environ une centaine de salariés, évoquent désormais l’idée d’un repli en Afrique de l’Ouest », révèle le magazine.

Skander Boutaiba

La Patrie News, 17/03/2022

#Mali #France #France24 #RFI