Cinq extrémistes présumés arrêtés au Maroc

Cinq extrémistes présumés arrêtés au Maroc – Etat Islamique, Daech, Kénitra, Larache, Souk Sebt Ouled Nemma, Taroudant, Souihla, terrorisme, démantèlement,

Le Bureau central des enquêtes judiciaires affirme que cinq extrémistes affiliés à l’État islamique ont été arrêtés lors d’opérations de sécurité distinctes pour leur implication présumée dans la planification de projets destructeurs au Maroc.
RABAT – Le Bureau central des enquêtes judiciaires (BCIJ), appuyé par des éléments des forces spéciales relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a arrêté, mercredi matin, cinq extrémistes affiliés à l’organisation terroriste « Etat islamique », âgés entre 21 ans et 44, pour leur implication présumée dans la planification de l’exécution de projets destructeurs dans le cadre d’opérations terroristes dites individuelles.

Les suspects ont été arrêtés lors d’opérations de sécurité distinctes et simultanées à Kénitra, Larache, Souk Sebt Ouled Nemma, Taroudant et la commune rurale de Souihla (préfecture de Marrakech), dans le cadre des efforts continus entrepris par les services de la DGST pour neutraliser et faire avorter les plans terroristes et des projets qui menacent la sécurité du pays et des citoyens, indique un communiqué publié par le BCIJ.

Des perquisitions effectuées au domicile des personnes interpellées ont conduit à la saisie de matériels et supports électroniques, qui feront l’objet d’une expertise technique et numérique pour déterminer leur contenu, a indiqué la même source, ajoutant que des manuscrits faisant l’éloge de l’organisation terroriste Etat islamique ont également été saisis. , comprenant un manuscrit répertoriant les produits et éléments utilisés dans la fabrication d’engins explosifs, ainsi que des armes blanches de différentes tailles.

Selon des enquêtes préliminaires, les cinq extrémistes affiliés à l’organisation terroriste de « l’État islamique » sont impliqués dans l’incitation et la préparation de l’exécution de projets terroristes et ont entrepris la collecte de contenus extrémistes sur la fabrication d’engins explosifs.

Ils ont également salué la liquidation physique et la mutilation des cadavres adoptées par l’organisation terroriste État islamique, en plus des idées takfiristes extrémistes de la société et des représentants de l’autorité publique et approuvant le butin des opérations terroristes.

Selon le communiqué, les suspects avaient identifié les cibles terroristes propres à chacun d’eux, qui se recoupent toutes dans la méthode et les techniques du terrorisme individuel se résumant au ciblage des sites sécuritaires et militaires et des installations gouvernementales.

Ils ont également prévu des liquidations physiques contre des éléments des forces publiques et des membres des services gouvernementaux, en plus de cibler des établissements financiers et bancaires afin d’assurer les ressources et le financement nécessaires aux opérations terroristes.

Les suspects ont été placés en garde à vue dans l’attente de l’enquête judiciaire menée par le BCIJ sous la supervision du parquet chargé des affaires de terrorisme, en vue de mettre en évidence les projets terroristes préparés par chacun d’eux et de déterminer les éventuelles ramifications avec d’autres cellules terroristes et organisations actives au Maroc et à l’étranger.

Middle East Online, 16/03/2021