Maroc: les pêcheuses adoptent de nouvelles pratiques résilientes au climat

Au Maroc, les pêcheuses adoptent de nouvelles pratiques résilientes au climat – coquillages, fruits de mer, changement climatique,

Environ 10 000 femmes ramassent des coquillages et autres fruits de mer le long du littoral pour gagner leur vie.
Au Maroc, le changement climatique est désormais au cœur des préoccupations politiques, tant au niveau national que local, mais sa gestion nécessite une réponse collective.

L’inclusion des femmes et des filles dans la conception et la mise en œuvre des actions de réponse climatique est essentielle pour aborder l’adaptation au changement climatique, l’atténuation et les solutions pour le développement durable et l’égalité des sexes.
Dans le secteur de la pêche, environ 10 000 femmes pêcheuses ramassent des coquillages et autres fruits de mer le long du littoral marocain pour gagner leur vie, risquant leur vie au quotidien.
Les pêcheuses de Tiguert, près de la région d’Agadir, témoignent des risques quotidiens auxquels elles sont confrontées lors de la collecte de coquillages et partagent comment elles travaillent de manière à aider à préserver ces ressources naturelles pour les générations futures.

Armées d’un seau, d’un panier, d’un couteau et de bottes, si elles en ont, les pêcheuses, généralement âgées de 45 à 60 ans, se mettent en route à l’aube vers le pied des falaises où les attend la tâche ardue du ramassage des coquillages.

Sur la route vers les falaises, qui s’étirent sur plus de 20km, un panneau rudimentaire autorise le ramassage des fruits de mer. La randonnée de 10 km prend près de deux heures dans chaque sens, mais leurs espoirs de rentrer chez eux avec une bonne récolte sont inébranlables.

« Avec une lame fine et un couteau, je gratte tout en respectant et en protégeant l’habitat de l’espèce », explique Fadma Ouchane, vice-présidente de la coopérative Mahar Assahel, créée en 2019 pour soutenir les pêcheuses locales et faire passer leurs besoins, tels que comme la mise à disposition de moyens de transport et d’un espace de travail près de la mer. « En quelques minutes, mon panier commence à se remplir.

Une fois les coquillages ramassés, ils sont nettoyés, cuits et séchés au soleil avant d’être exposés le long de la route pour être vendus. Selon la disponibilité des coquillages, les femmes peuvent gagner environ 200 DH ou 300 DH (21 $ et 31 $) par mois, un demi-kilo valant 40 DH (4 $).

Bien que les coquillages soient plus abondants de mai à juillet, le fait que les coquillages soient relativement sédentaires et que leur récolte soit possible toute l’année en fait une source de revenus fiable pour les femmes pêcheurs.

Africa Renewal, 09/03/2022

#Maroc #Pêche #ChangementClimatique