Le gazoduc transsaharien contribuera à la sécurité énergétique de l’UE

Le gazoduc transsaharien contribuera à la sécurité énergétique de l’UE – Algérie, Nigeria, gaz, Union Européenne,

La question de la diversification de l’approvisionnement énergétique joue également un rôle important pour l’UE dans le cadre des derniers développements en Ukraine. Le continent européen voisin offre des possibilités encore inexploitées. Le gazoduc transsaharien est sur le point d’être lancé.

De nombreux observateurs affirment que c’est avant tout la richesse des ressources de l’Afrique qui a rendu le continent si pauvre économiquement au cours des derniers siècles. Et les pays d’Afrique suscitent toujours les convoitises des « partenaires » d’outre-mer. Pendant longtemps, l’accent a été mis sur les ressources du deuxième plus grand continent. Bien sûr, de nouveaux programmes sont toujours lancés pour approfondir le « partenariat ».

C’est ce qu’a encore souligné lundi le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier, qui séjourne actuellement pendant trois jours au Sénégal, pays d’Afrique de l’Ouest, et qui a été personnellement reçu à l’aéroport de Dakar par le président Macky Sall. Le moment est venu de se rapprocher, a déclaré M. Steinmeier lors d’une conversation avec M. Sall. « Malgré toutes les différences qui existent : nous devons trouver la voie d’un partenariat plus étroit et fructueux ».

M. Steinmeier a fait l’éloge du Sénégal, qui est une démocratie bien établie et un point d’ancrage de la stabilité dans toute la région. Avec sa visite, il veut « donner un nouvel élan » au partenariat étroit qui existe depuis longtemps entre l’Allemagne et le Sénégal. Le forum économique germano-sénégalais de lundi devrait probablement aussi servir cet objectif.

La situation sécuritaire dans la région du Sahel, qui s’est détériorée depuis le renversement violent de Kadhafi en Libye en 2011, a également joué un rôle dans les entretiens. Ainsi, M. Steinmeier a souligné « la situation sécuritaire plus difficile au Mali après le coup d’État militaire (au Mali), qui a des répercussions sur toute la région ». Le président fédéral a assuré son hôte que le débat en Allemagne sur la poursuite de la participation aux missions militaires internationales au Mali serait mené « avec un sérieux très responsable ».

Après des manifestations de masse régulières contre la présence militaire française et un éloignement massif entre Paris et Bamako, le président français Emmanuel Macron a eu la fin définitive de l’opération Barkhane annoncée il y a quelques jours au Mali. La mission européenne de forces spéciales Takuba, dirigée par la France, se retire également. La situation concernant la mission de formation de l’UE EUTM, EUCAP et la mission de stabilisation de la Minusma au Mali n’est toujours pas claire.

Le terrorisme doit maintenant être combattu plus intensivement au Niger voisin. Mais un débat sur le sens et le non-sens de la mission de la Bundeswehr au Sahel a éclaté depuis longtemps en Allemagne. Le président sénégalais a toutefois souligné que l’Allemagne souhaitait toujours être présente dans le cadre de la MINUSMA – et même que la France devait rester. Sur le terrain au Sénégal, l’armée française est stationnée avec 350 militaires à Ouakam et au port militaire de Dakar. Elle dispose également d’une base aérienne.

En attendant, c’est surtout le thème de la « sécurité énergétique » et de la « diversification des sources d’approvisionnement » qui occupe actuellement l’une des premières places dans l’agenda de la politique énergétique de l’UE. La certification du gazoduc Nord Stream 2, qui a été mis en attente après des années d’insistance du gouvernement américain suite aux derniers développements en Ukraine, aurait dû donner un nouvel élan à ce sujet.

Il existe depuis longtemps des projets énergétiques intercontinentaux avec un certain nombre d’États africains, qui visent à garantir une plus grande indépendance. Et des voies d’approvisionnement correspondantes entre l’UE et l’Afrique existent déjà. Par exemple via le gazoduc Maghreb-Europe, qui relie le champ de Hassi R’mel en Algérie à l’Espagne via le Maroc.

Il existe en outre le gazoduc Medgaz, qui relie directement l’Algérie à l’Espagne. Toutefois, en novembre dernier, l’Algérie a décidé de fermer le gazoduc Maghreb-Europe en raison des tensions politiques actuelles avec le Maroc. Ces tensions trouvent leur origine dans le différend entre l’Algérie et Rabat au sujet du Sahara occidental, qui a entraîné l’arrêt par l’Algérie de l’approvisionnement en gaz de l’Espagne et du Portugal via le détroit de Gibraltar.

Mais il y a maintenant de nouveaux développements remarquables à signaler. Il y a quelques jours, le Niger, l’Algérie et le Nigeria ont signé la « Déclaration de Niamey » lors du troisième Forum minier et pétrolier (ECOMOF) des Communautés économiques des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Niamey. Les pays concernés ont remis sur les rails le projet de 13 milliards de dollars US du gazoduc Trans-Sahara.

D’une longueur de 4 128 kilomètres, le gazoduc reliera Warri au Nigeria à Hassi R’Mel en Algérie, en traversant le Niger. Une fois achevé, le gazoduc transportera chaque année 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel du Nigeria, de l’Algérie et du Niger vers les marchés européens via la côte méditerranéenne de l’Algérie, stratégiquement importante, et alimentera également les stations intérieures situées le long de son parcours. Ces trois pays africains disposent d’importantes réserves de gaz naturel. Par conséquent, le gazoduc vers les pays de l’UE permettra « d’exploiter directement les importantes réserves de gaz naturel des trois pays ». Dans le même temps, le ministre nigérian des ressources pétrolières, Timipre Sylva, s’est montré convaincu :

« Ce projet sera transformateur pour tous les pays impliqués et nous, au Nigeria, sommes pleinement engagés à en faire un succès. Il apportera des emplois et des revenus bien nécessaires grâce à la monétisation du gaz. »

Le Niger est surtout connu pour ses énormes gisements d’uranium, qui sont également extrêmement importants pour la France. Cependant, parmi d’autres ressources convoitées, il abrite également des réserves de gaz estimées à 34 milliards de mètres cubes, avec des réserves récupérables qui seraient de 24 milliards de mètres cubes supplémentaires. Selon des estimations prudentes, les réserves de pétrole de ce pays très pauvre sont également estimées à 3,7 milliards de barils. Ces réserves de pétrole devraient être exploitées avec l’achèvement, prévu pour 2023, de l’oléoduc Niger-Bénin, un pipeline de 2 000 kilomètres qui reliera le prolifique bassin d’Agadem, au Niger, au terminal de Cotonou, au large des côtes béninoises.

Protection du climat et nouvelles conditions coloniales
Les projets d’infrastructure énergétique envisagés sont destinés à donner un élan économique crucial au Niger et à faire du pays un pont important entre les pays riches en ressources de l’Afrique dite subsaharienne et les marchés maghrébins et européens. D’aucuns estiment que le pays est confronté à « une énorme croissance socio-économique et industrielle ». branch service secure.

Cependant, la terreur qui émane de divers groupes islamistes depuis plusieurs années pourrait continuer à ralentir massivement l’ensemble du développement et pousser des pays comme le Niger à dépendre davantage de campagnes militaires étrangères au bilan douteux jusqu’à présent. Le gouvernement de Niamey a annoncé mardi qu’au moins 17 personnes avaient été tuées et huit autres blessées dans une attaque. Dimanche, des auteurs lourdement armés ont attaqué un bus de passagers sur une route de campagne près de la ville de Banibangou (sud-ouest), près de la frontière malienne.

Pour la France et son armée, de plus en plus impopulaire localement et surtout auprès de la population civile, le Niger – après s’être retiré du Mali – est désormais le « partenaire ». représentant de dernier recours.

RT, 23/02/2022

#Algérie #Nigeria #Transaharien #Gazoduc