Qui a peur des accords d’Abraham ?

Qui a peur des accords d’Abraham ? – Seulement l’Iran et un assortiment hétéroclite de « progressistes », car Israël devient la cheville ouvrière d’une nouvelle alliance régionale qui fait progresser la paix et la sécurité.

Il y a deux semaines, un assortiment d’organisations de défense soi-disant « progressistes » aux États-Unis a appelé le Congrès « à rejeter les dangereux accords d’Abraham » ; ces accords étant le cadre général qui a jusqu’à présent forgé des traités de paix entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

L’Église presbytérienne des États-Unis, les Démocrates progressistes d’Amérique, le CAIR, la Voix juive pour la paix, IfNotNow, les Juifs pour la justice raciale et économique et d’autres groupes marginaux ont affirmé que « la paix durable vient de la justice, pas des accords d’armes ».

« L’Amérique doit adopter une politique étrangère envers la Palestine/Israël qui soit enracinée dans les droits de l’homme, la justice et l’égalité, et rejeter catégoriquement toute tentative de faire avancer les » Accords d’Abraham « de l’administration Trump, y compris par le biais de lois telles que HR 2748/S. 1061, la Loi de normalisation des relations avec Israël de 2021. »

« Tout en se faisant passer pour la » paix « et la » diplomatie « , les accords d’Abraham et cette législation sont en fait une approbation des ventes d’armes et des faveurs politiques entre les États-Unis et les régimes autoritaires – y compris les ventes d’armes aux Émirats arabes unis et la reconnaissance de l’annexion illégale par le Maroc de Sahara occidental – en échange de la mise à l’écart des droits des Palestiniens », indique le communiqué. « Nous devons mettre fin au soutien des violations par Israël des droits des Palestiniens et de son régime d’apartheid. »

D’éminents groupes de défense musulmans ont également signé la déclaration, notamment MPower Change de Linda Sarsour, Arab Resource & Organizing Center (AROC) et le Council on American-Islamic Relations (CAIR).

L’opposition à la paix au Moyen-Orient de ces groupes prétendument progressistes, leur opposition au dialogue et à la coopération avec Israël, et leur soutien à la poursuite des boycotts contre Israël – parce que les Palestiniens récalcitrants et violents ont été laissés pour compte – vous disent tout ce dont vous avez besoin pour connaître la méchanceté de ces groupes américains « réveillés ».

Il est également instructif quant à la nouvelle architecture stratégique qui prend heureusement racine au Moyen-Orient.

Cette semaine, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a été reçu avec les honneurs royaux à Manama par le roi de Bahreïn, et la semaine dernière, Israël a signé un accord historique de coopération en matière de défense avec le royaume qui verra des responsables de la défense et du personnel naval israéliens stationnés en permanence à Bahreïn ; quelque chose qui donne littéralement à Israël une base avancée aux frontières de l’Iran.

Le président Yitzhak Herzog, Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont également effectué de grandes visites aux Émirats arabes unis, et le ministre de la Défense Benny Gantz a signé des accords de défense lors d’une visite au Maroc.

En bref, les accords d’Abraham ont transformé l’architecture stratégique de la région, Israël passant d’une position défensive contre l’Iran et ses mandataires à une position offensive renforcée par un réseau d’alliances avec des pays arabes clés.

Vous pourriez même dire (comme Seth Frantzman l’a soutenu) qu’Israël est au centre d’un nouvel ordre de sécurité internationale, une structure d’alliance émergente qui s’étend des États-Unis à l’Inde en passant par l’Europe, visant à combattre les acteurs belligérants au Moyen-Orient.

Les alliances des Accords d’Abraham sont aussi des amitiés chaleureuses, soutenues par un discours de tolérance authentique et de modération idéologique, et décorées de symboles de véritable acceptation – comme la diffusion de l’hymne national israélien, Hatikvah, dans les palais et sur les ondes officielles des États sunnites.

En effet, l’Institut pour le suivi de la paix et de la tolérance dans l’éducation scolaire (IMPACT-se) a constaté qu’une grande partie de l’ancien matériel anti-israélien dans les manuels émiratis a été modéré. Les passages qui diabolisaient auparavant Israël, présentaient des conspirations antisémites et accusaient « l’ennemi sioniste » de chercher à « exterminer le peuple palestinien » ont été supprimés. Des passages axés sur la tolérance envers les Juifs ont été insérés à la place. Il convient tout particulièrement de noter la suppression de passages qui présentaient la question palestinienne comme « la base des conflits au Moyen-Orient ».

« Les manuels émiratis reflètent l’évaluation faite par le prince héritier Mohamed ben Zayed il y a plus de dix ans selon laquelle l’Occident est un allié potentiel et non une menace coloniale, que le radicalisme est catégoriquement mauvais et contre-productif, et que la prospérité émiratie dans un monde concurrentiel marché sera bâti sur une main-d’œuvre tolérante et éprise de paix », déclare Marcus Sheff, PDG d’IMPACT-se. « Le programme enseigne également aux étudiants à valoriser le principe du respect des autres cultures, et encourage la curiosité et le dialogue, y compris avec Israël. »

N’oublions pas les liens manifestes de peuple à peuple qui se développent entre les groupes sociaux israéliens et du Golfe, et l’explosion des liens commerciaux.

Le Conseil des affaires EAU-Israël s’est développé en une communauté de plus de 5 000 entrepreneurs, professionnels, investisseurs, entreprises et représentants du gouvernement qui se rencontrent régulièrement à travers une gamme toujours croissante de conférences, de mixeurs, de webinaires, de délégations et d’événements en personne. Le Gulf-Israel Women’s Forum est la première association réunissant des femmes leaders de tout le Moyen-Orient. Le Forum politique Golfe-Israël rassemble des universitaires, des décideurs et des leaders culturels de toute la région.

En 2022, le commerce bilatéral de biens et de services entre les Émirats arabes unis et Israël devrait atteindre 2 milliards de dollars, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2021, avec une croissance significative du tourisme, de l’agriculture, des investissements, des technologies propres et des services professionnels. Près de 500 entreprises israéliennes ont des relations d’affaires aux EAU, dont 250 avec une présence permanente ou une collaboration avec un partenaire émirati.

Le commerce entre Israël et les autres pays des accords d’Abraham devrait grimper cette année jusqu’à 1 milliard de dollars, avec une forte augmentation des échanges avec l’Égypte et la Jordanie, où la stigmatisation du commerce avec Israël s’estompe progressivement – grâce aux accords d’Abraham.

Ainsi, en contradiction avec les remarques aigres et de rejet des groupes « progressistes » américains mentionnés ci-dessus, les accords d’Abraham ne sont pas un truc entaché de Trump ou une fin de course entachée de Netanyahu autour des Palestiniens. Il s’agit plutôt d’une percée authentique pour la paix et la sécurité au Moyen-Orient; une transformation qui fait preuve d’endurance et s’approfondit de jour en jour.

Affirmer que seuls l’éclat et les accords d’armes trumpiens étaient à la base des accords d’Abraham, comme le font les grincheux partisans mentionnés ci-dessus, est une mauvaise interprétation complète des objectifs émiratis, bahreïnis et marocains dans la poursuite de la paix avec Israël. Les dirigeants des pays veulent redéfinir l’identité et l’image globale des musulmans arabes en mêlant tradition et lumière, ancrées dans un discours admirable de modération religieuse et d’ouverture d’esprit.

L’affiliation à Israël s’inscrit parfaitement dans ce programme parce que c’est exactement ainsi qu’ils voient Israël aussi – en tant que nation qui réussit à synthétiser une identité ethnique et religieuse forte avec la modernité. Par conséquent, les accords d’Abraham sont profondément enracinés dans de véritables intentions idéologiques (ainsi que dans des réalités de sécurité urgentes) et sont enfermés à long terme.

Hélas, pour la foule d’extrême gauche et anti-israélienne, il est difficile de se réjouir des accords d’Abraham. Cela signifie avaler le fait qu’Israël est manifestement une force pour le bien, la connaissance, la prospérité et la stabilité au Moyen-Orient. Après tout, c’est la raison pour laquelle les États du Golfe et le Maroc sont en train de suivre Israël !

Il est encore plus difficile pour ces extrémistes d’accepter que, de facto, les Accords d’Abraham sont une réfutation brutale de la campagne palestinienne en cours pour nier et criminaliser les droits historiques du peuple juif en Israël.

En faisant référence à l’héritage commun abrahamique des musulmans et des juifs dans le document fondateur des accords d’Abraham, et en jouant à plusieurs reprises « Hatikvah » dans leurs palais royaux, les pays arabes reconnaissent implicitement que les juifs sont un peuple biblique indigène de la Terre d’Israël. C’est une révolution joyeuse qui renverse des générations de délégitimation idéologique arabe et islamique d’Israël.

Il est vraiment tragique que les Palestiniens intransigeants et leurs soutiens rétrogrades en Amérique soient incapables d’apprécier les opportunités gargantuesques rendues possibles par les Accords d’Abraham.

David M. Weinberg est chercheur principal au Kohelet Forum et à Habithonistim : Forum de défense et de sécurité d’Israël. Ses articles sur la diplomatie, la défense, la politique et le monde juif au cours des 25 dernières années sont archivés sur www.davidmweinberg.com.

Israel Hayom, 21/02/2022