Le Kenya remet la question du Sahara occidental à l’ordre du jour de l’UA

Le Kenya remet la question du Sahara occidental à l’ordre du jour de l’UA – Maroc, Front Polisario, Union Africaine,

Le Kenya fait pression pour un autre cycle de discussions sur le territoire contesté du Sahara occidental, ouvrant la voie à un éventuel contre-lobbying du Maroc qui prétend qu’il fait partie de sa terre.

Un programme provisoire pour Nairobi en tant que président de février du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA montre que le Kenya souhaite que les chefs d’État et de gouvernement tiennent une session sur « l’examen de la situation au Sahara occidental » qui a connu un regain de violence.

Le calendrier définitif du programme est attendu samedi cette semaine, mais le président kényan Uhuru Kenyatta s’exprimera en marge du prochain sommet des chefs d’État de l’Union africaine dimanche à Addis-Abeba sur les « questions critiques ayant un impact sur la paix et la sécurité en Afrique », notamment la montée de l’extrémisme, l’instabilité, le changement climatique et la violence urbaine.

Cependant, un programme provisoire publié plus tôt dans la semaine indique que le Kenya a prévu une réunion virtuelle le 16 février « sur la situation au Sahara occidental ».

« La réunion sur le Sahara occidental fera suite à une précédente session du CPS au sommet présidée par SE le président Kenyatta le 9 mars 2021.

« L’objectif de la réunion sera d’examiner les conditions qui ont donné lieu aux tensions et à la violence actuelles et d’évaluer si les mesures politiques et les stratégies adoptées aux niveaux international, régional et national apportent la paix aux Sahraouis », note le programme. a déclaré, faisant référence à la partie du Sahara occidental officiellement connue sous le nom de République arabe sahraouie démocratique, qui est gouvernée par le Front POLISARIO, exilé en Algérie.

Le Conseil de 15 membres comprend également le Bénin, le Burundi, le Cameroun, le Tchad, Djibouti, l’Égypte, le Ghana, le Lesotho, le Mozambique, le Nigéria, le Sénégal, le Malawi, l’Éthiopie et l’Algérie. Tous les membres tournent dans un cycle de trois ans stupéfiant et ils délibèrent et décident sur les questions continentales de paix et de sécurité discuteront également de l’extrémisme violent, le même jour. Mais c’est la question sahraouie qui pourrait soulever la tempête.

Au cours des trois dernières années, le Kenya et le Maroc se sont chamaillés en public au sujet des efforts de Nairobi pour que le Sahara Occidental décide de son avenir, via un éventuel référendum.

L’année dernière, en mars, lorsque le Kenya présidait le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, le président Uhuru Kenyatta a tenu une session sur la « paix durable en Afrique » qui a appelé à un « cessez-le-feu immédiat » au Sahara occidental et a demandé à la troïka de l’Union africaine et à l’envoyé spécial de l’UA pour le Sahara occidental, Joachim Chissano, pour « revigorer le soutien à la médiation menée par l’ONU ».

Il a exhorté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à procéder à la nomination imminente d’un envoyé spécial auprès de la MINURSO, la mission de l’ONU au Sahara occidental, pour soutenir les efforts de paix dans ce pays. Depuis octobre dernier, M. Guterres a nommé l’envoyé diplomatique italien Staffan de Mistura comme son envoyé personnel au Sahara occidental et le Conseil de sécurité de l’ONU a depuis appelé « le Maroc, le Front POLISARIO, l’Algérie et la Mauritanie à coopérer plus pleinement les uns avec les autres, y compris en renforçant la confiance, et avec les Nations Unies.

L’année dernière, le Maroc a fait pression pour que la session soit annulée, considérant l’ordre du jour comme le travail de l’Algérie tel que poussé par le commissaire de l’UA pour la paix et la sécurité, Smail Chergui.

Le Kenya a fait valoir que le conflit au Sahara occidental avait retardé les efforts d’intégration régionale dans la région du Maghreb.

Nairobi, cependant, soutient que la question sahraouie a toujours fait partie d’une série de questions centrales à son thème courant de la paix et de la sécurité en Afrique, aux côtés de l’extrémisme violent, des conflits urbains, du changement climatique et d’autres conflits sur le continent.

L’année dernière, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita avait écrit à son homologue kenyane Raychelle Omamo, disant qu’il n’y avait pas de consensus sur la discussion du Sahraoui.

« Le thème des discussions risque de provoquer de graves divisions parmi les membres du CPS qui seraient plus à l’aise pour examiner des questions fédératrices et prioritaires, sur lesquelles il existe un consensus de base, en particulier pendant la période difficile de la pandémie de Covid-19 », a fait valoir Bourita dans un communiqué du 1er mars. lettre à Nairobi.

« La troïka devrait être le seul mécanisme de la tentative de l’Afrique de résoudre le problème, et qui affirme l’exclusivité du Conseil de sécurité de l’ONU sur cette question », a-t-il déclaré en faisant référence au groupe de trois membres des anciens, actuels et futurs présidents de l’Union africaine. normalement connue sous le nom de Troïka sur la question sahraouie. Il comprenait à l’époque le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le congolais Felix Tshisekedi et le sénégalais Macky Sall.

Le Sahara occidental, région du nord-ouest de l’Afrique, était initialement une colonie espagnole mais a été repris par le Maroc, qui le considère désormais comme faisant partie de son territoire, bien qu’une partie de celui-ci soit administrée par le gouvernement du Front Polisario.

Une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) a proposé un référendum voté par les indigènes de la région, pour trancher entre l’indépendance et l’intégration au Maroc. Le Front Polisario a favorisé la séparation tandis que le Royaume du Maroc a favorisé l’intégration. Cependant, le référendum n’a jamais eu lieu malgré l’approbation de l’UA.

En 2020, le président américain de l’époque, Donald Trump, a reconnu la domination du Maroc sur le Sahara occidental, ce à quoi l’Union africaine s’est rapidement opposée et a déclaré que la question devait être résolue par référendum, comme l’avait ordonné le CSNU.

The East African, 04/02/2022