Les mines de phosphates du Maroc atténuent la crise alimentaire en Afrique

Les mines de phosphates du Maroc atténuent la crise alimentaire en Afrique – Sahara Occidental,

Le Maroc détient 75 % des réserves mondiales de phosphate, qui est utilisé dans les engrais. Les exportations du pays contribuent à réduire la faim en Afrique subsaharienne, mais les prix élevés de l’énergie et le changement climatique mettent cette situation en péril.

Le rôle du Maroc dans le maintien de la sécurité alimentaire en Afrique est menacé par la montée en flèche des prix de l’énergie et le changement climatique, selon un rapport du Middle East Institute (MEI).

Cette menace survient alors que plus de 264 millions de personnes en Afrique sub-saharienne sont sous-alimentées en raison de la pauvreté et des conflits, et après que l’inflation alimentaire mondiale ait atteint l’an dernier son plus haut niveau depuis 10 ans.

Dans le même temps, la plupart des sols agricoles des pays africains sont de mauvaise qualité, en partie à cause de la géographie, de la dégradation de l’environnement et de la monoculture, qui a encore appauvri leur santé.

Le Maroc détient environ 75 % des réserves mondiales de phosphate, un minéral utilisé dans les engrais. En 2020, le Maroc et le Sahara occidental – territoire contesté dont 80 % est administré par le Maroc – disposaient de réserves d’environ 50 milliards de tonnes métriques de cette roche.

Plutôt que de se contenter d’exporter la matière première, le Maroc a décidé il y a plusieurs décennies de devenir l’un des plus grands producteurs d’engrais au monde. En 2020, son entreprise publique d’extraction de phosphate et de production d’engrais, le groupe OCP, détenait 54 % des parts de marché des exportations d’engrais vers l’Afrique.

En rehaussant ses ambitions, le pays est devenu un « gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial », selon l’auteur du rapport, Michael Tanchum, chargé de mission senior associé au programme Afrique du Conseil européen des relations étrangères (ECFR) et chargé de mission non résident au Middle East Institute à Washington.

Des rendements agricoles « impressionnants ».
L’OCP a créé plusieurs coentreprises avec d’autres pays africains pour transformer le phosphate en phosphore, un élément nutritif essentiel des engrais. L’entreprise possède déjà des filiales dans 12 pays africains, dont le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

Selon le rapport, plus de 630 000 agriculteurs ont bénéficié d’un programme de l’OCP appelé Agribooster, qui a permis d’augmenter considérablement le rendement des cultures. Le rendement du maïs au Nigeria a ainsi augmenté de 48 % et celui du millet au Sénégal de 63 %.

« Le Maroc réalise d’impressionnantes augmentations de rendement agricole dans toute l’Afrique, empêchant ainsi la crise alimentaire du continent de s’aggraver », a déclaré M. Tanchum à la DW.

Dans le même temps, l’extraction du phosphate et la production d’engrais sont des processus à forte intensité d’énergie et d’eau, responsables de la consommation d’environ 7 % de la production annuelle d’électricité du Maroc et de 1 % de ses réserves d’eau, indique le rapport.

Un autre ingrédient clé de nombreux engrais est l’azote, qui est produit à l’aide de gaz naturel. Tanchum a écrit que le gaz naturel représentait au moins 80 % du coût de production des engrais azotés.

Hausse des prix des engrais et des denrées alimentaires
Les blocages pandémiques des deux dernières années ont limité l’approvisionnement en gaz naturel, faisant monter les prix en flèche. Ces augmentations de prix ont « déclenché un cercle vicieux de hausse des prix des engrais et des denrées alimentaires », a déclaré M. Tanchum, ce qui a non seulement eu un impact sur le coût de la production de phosphate, mais menace également de déclencher une nouvelle vague de famine en Afrique subsaharienne.

Bien que les groupes environnementaux s’inquiètent de la pollution causée par les engrais à base de phosphore, qui ont un impact sur l’eau potable et la vie aquatique, M. Tanchum considère que les énergies renouvelables sont essentielles pour aider le Maroc à maintenir la croissance de l’extraction de phosphate et de la production d’engrais.

Cela aidera le Maroc à « échapper au cercle vicieux de la spirale ascendante des prix dans le cadre du lien entre alimentation, énergie et eau », écrit-il dans le rapport.

Le pays d’Afrique du Nord dispose déjà d’importantes ressources en énergie solaire et éolienne, suffisantes pour couvrir près d’un cinquième des besoins en électricité du pays. Ces dernières années, le gouvernement de Rabat a signé des accords avec l’Allemagne pour développer deux projets d’énergie verte à base d’hydrogène. Cependant, les plans sont en attente après une dispute entre Berlin et Rabat au sujet de la région contestée du Sahara occidental.

Le Maroc ayant peu de ressources en gaz naturel, l’hydrogène vert a été présenté comme un moyen d’aider l’OCP à synthétiser l’ammoniac vert, qui a une forte teneur en azote – un ingrédient clé dans les engrais.

« L’utilisation de l’énergie verte pour la production d’engrais – à la fois comme source d’énergie pour la fabrication de l’ammoniac vert utilisé dans les engrais – et pour le dessalement [de l’eau], est un moyen de sortir de ce cercle vicieux », a déclaré M. Tanchum.

L’inflation alimentaire étant susceptible de rester élevée en 2022, le rôle du Maroc dans la garantie de produits stables et abordables sera encore plus crucial. L’agriculture est non seulement vitale pour améliorer la sécurité alimentaire, mais elle constitue également une source de revenus importante pour les Africains, près de la moitié de la population africaine étant employée dans le secteur agricole.

La Chine, la Turquie, la Russie et les États arabes du Golfe se sont empressés de stimuler les investissements agricoles en Afrique, offrant ainsi aux États-Unis et à l’Union européenne l’occasion de renforcer leur engagement en faveur d’une révolution alimentaire verte sur le continent, a déclaré M. Tanchum.

Sans cela, a-t-il ajouté, l’Occident « verra probablement l’érosion continue du leadership économique sur le continent. »

DW, 02/02/2022

#SaharaOccidental #Maroc #UnionAfricaine #Afrique #Phosphates #Engrais