Algérie : L’extension de Medgaz est achevée

Algérie : L’extension de Medgaz est achevée – Maroc,Espagne, gaz, gazoduc,

-Le Maroc découvre une importante poche de gaz « haute qualité » dans la ville mandarine de Larache
-Avec la fermeture du gazoduc Maghreb Europe, Medgaz est désormais le principal point d’entrée du gaz algérien dans la Péninsule
L’agrandissement du Medgaz, un gazoduc qui alimente en hydrocarbures de l’Algérie l’Espagne traversant les eaux de la Méditerranée -le seul, après la fermeture de l’Europe du Maghreb le 31 octobre après la rupture entre Rabat et Alger-, est sur le point d’être achevé . Selon le géant algérien Sonatrach, le quatrième turbocompresseur du gazoduc sera opérationnel avant la fin de ce mois de janvier . Parallèlement, le Maroc a confirmé la découverte d’une importante poche de gaz naturel « de haute qualité » au large de Larache, à seulement 85 kilomètres de Tanger.

Avec l’extension du Medgaz, l’infrastructure passera d’une capacité de 8 000 à 10 000 millions de mètres cubes, soit une augmentation de 25 %. Rappelons qu’avec la suspension du transit du gazoduc Maghreb Europe, qui transportait depuis 25 ans des hydrocarbures de l’Algérie à la Péninsule via le territoire marocain, plus de 20% de la consommation annuelle de gaz en Espagne était compromise. L’importance du Medgaz – qui relie depuis 2011 le champ algérien de Hassi R’mel à la côte d’Almeria – pour l’approvisionnement en gaz de l’Espagne est encore plus grande depuis l’automne dernier.

S’adressant à la chaîne de télévision Al24News-, le vice-président de la société d’État algérienne, Toufik Hakkar , a assuré que Sonatrach sera en mesure de remplir tous les engagements contractuels avec l’Espagne et le Portugal. L’Espagne, selon Hakkar, n’a pas demandé de quantités supplémentaires d’hydrocarbures, mais l’entité étatique « est disposée à négocier la quantité, le prix et les modes de transport ». Les capacités algériennes de liquéfaction « peuvent être utilisées pour satisfaire toute demande de quantités supplémentaires par l’Espagne », a poursuivi le patron du géant algérien, qui « pourrait recevoir des commandes en moins de 24 heures ».

Le projet Medgaz est propriétaire de la société argelina Sonatrach, qui détient 51 %, et de Medina Partnership, qui détient 49 %. A su vez, esta última está dividida entre el 50% de l’española Naturgy y el 50% de l’estadounidense BlackRock. Las ventas de hidrocarburos en 2021 impulsaron los beneficios de la empresa argelina un 70% respecto al ejercicio anterior. Recientemente se conocía también que Sonatrach prevé llevar a cabo las primeras perforaciones de petróleo en alta mar a lo largo del año que viene. Entre le 40 % et le 50 % de la consommation de gaz en Espagne, procédez annuellement au gigante magrebí.

Pour le Maroc, les répercussions économiques de la fermeture de l’Europe maghrébine ne sont pas mineures. Le pays maghrébin cessera d’entrer quelque 200 millions de dollars par an en droits de passage en plus du gaz (avec lequel il produisait environ 12% de son électricité). Après des mois de tension entre les deux puissances maghrébines, le 24 août, Alger décide de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc (la deuxième fois après la date du 7 mars 1976). En toile de fond, le conflit du Sahara occidental, qui empoisonne les relations entre Alger et Rabat depuis plus de quatre décennies.

Le Maroc découvre du gaz « de haute qualité »
Suite à l’annonce de la firme britannique Chariot Oil & Gas, la société marocaine des hydrocarbures et des mines (ONHYM) a confirmé le 11 janvier la découverte d’une importante poche de gaz naturel dans le puits ‘Anchois’ -plus exactement deux-, situé à moins de A 40 kilomètres de Larache et 75 kilomètres de l’Europe maghrébine. “El pozo Anchois 2 fue perforado de manera segura y eficiente a una profundidad total de 2.512 metros por la plataforma de perforación Stena Don en 381 metros ”, constataba la sociedad británica, que precisaba que “en todas las arenas gaseosas se han encontrado reservorios de haute qualité ». Selon les responsables de Chariot Oil & Gas, les premières évaluations pointent vers une nappe nette de gaz de plus de 100 mètres répartis sur six zones.

Les travaux s’inscrivent dans le cadre du développement de la licence Lixus Offshore, détenue à 75% par la société britannique précitée et à 25% par l’ONHYM . Le 18 janvier, Chariot Oil & Gas a conclu le forage à « Anchois 2 » et les tâches d’inspection à « Anchois 1 » (découvert en 2009 par Gas Natural, Repsol et Dana). Rabat avait accordé à la firme britannique des permis de prospection le 30 mai 2019. Les forages avaient débuté le 17 décembre.

De son côté, la directrice générale de l’ONHYM, Amina Benkhadra, a avancé à la télévision d’Etat que la production de gaz débutera fin 2024 et a laissé entendre dans des communiqués que le gaz découvert pourrait être utilisé pour la production d’électricité dans les centrales de Kenitra , Mohammedia. ou Tahaddart, ainsi que les besoins de l’industrie de la première des villes citées.

Comme le Wall Street Journal s’en est récemment fait l’écho , plusieurs firmes britanniques ont des projets en cours pour le développement du secteur prometteur du gaz au Maroc, encore dans une phase naissante (en effet, le pays maghrébin doit importer la quasi-totalité du gaz qu’il consomme). L’administration marocaine et le secteur privé espèrent qu’une partie de la production potentielle sera destinée aux marchés européens via le tube Maghreb-Europe. De même, la société américaine ConocoPhillips, récemment installée au Maroc, dispose depuis juin 2020 d’une licence d’exploration gazière dans le nord du pays maghrébin.

Environ 70% de la production intérieure marocaine est due au britannique SDX Energy PLC – la seule société internationale qui produit du gaz dans le pays d’Afrique du Nord. L’été dernier, les autorités marocaines – qui estiment que la demande intérieure d’hydrocarbures va tripler d’ici 2040 – ont annoncé un plan national de développement du marché du gaz qui offre des avantages fiscaux attractifs aux entreprises étrangères.

NIUS, 24/01/2022