Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta

Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc –

L’Espagne envisage le renouvellement de sa stratégie de sécurité pour Ceuta et Melilla, en vue de contrer les «menaces» venant du Maroc, selon un document de renseignement basé sur une feuille de route préparée par plusieurs institutions de sécurité espagnoles, et qui a souligné la nécessité pour les deux régions espagnoles autonomes de disposer d’un «système de dissuasion fiable».

Ledit document, dont le contenu a été publié par le site Okdiario, est à l’origine un plan préparé par le département de la sécurité nationale du gouvernement espagnol et le centre national de renseignement, ainsi que plusieurs ministères liés à la sécurité nationale de l’Espagne.
Il traite diverses menaces stratégiques auxquelles fait face le pays et qui nécessite «un programme d’action urgent». Ce document stipule entre autres la nécessité de préparer un «plan global pour la sécurité de Ceuta et Melilla».
Le texte adopté le 28 décembre 2021 indiquait que «le statut spécial des deux villes —jouissant d’autonomie en raison de leur situation géographique sur le continent africain et de la particularité de leurs frontières hispano-européennes —, nécessite une attention particulière de la part de l’état (espagnol) pour assurer la sécurité des citoyens et leur protection du danger les menaçant en raison de l’immigration clandestine».

Le Maroc accusé d’agression
Le document évoque également «la tension stratégique régionale», notamment «les nouvelles vagues d’armement et les tensions vécues par certains pays et qui peuvent affecter l’Espagne», en référence au Maroc.
Le document relève en outre l’existence d’«une fragilité et des lacunes institutionnelles dans certaines régions voisines», mettant en garde contre de possibles scénarios «d’instabilité» susceptibles d’avoir des répercussions directes sur le territoire espagnol. Le même document attire l’attention que «certains acteurs (dans la région) pourraient mettre en œuvre des plans de réarmement pour faire avancer leurs aspirations stratégiques». La source ajoute que cela exigerait de l’Espagne «des systèmes de dissuasion fiables et efficaces avec une capacité défensive indépendante contre toutes les formes d’agression».

En effet, les relations entre le Maroc et l’Espagne sont tendues depuis que Madrid a rejeté la décision de l’ancien Président américain Donald Trump de reconnaître unilatéralement la prétendue «souveraineté» du Maroc sur le Sahara Occidental. Le gouvernement espagnol a accusé aussi le Maroc d’«agression» et de «chantage» après l’arrivée de plus de 8 000 migrants en mai 2021 dans l’enclave espagnole de Ceuta.
Suite à cet incident sans précédent, le Parlement européen a adopté une résolution dans laquelle il a «rejeté l’utilisation par le Maroc des mineurs non accompagnés, comme moyen de pression politique sur un Etat membre de l’Union européenne (UE)».
APS