L’Espagne se prépare pour une longue crise diplomatique avec le Maroc

L’Espagne se prépare pour une longue crise diplomatique avec le Maroc – Sahara Occidental, Ceuta, Melilla,

Les Affaires étrangères partent du principe que la fin de la crise diplomatique avec le Maroc n’est pas proche

Albares dit qu’il prendra le temps nécessaire pour parvenir à une relation bilatérale solide et que le voyage à Rabat n’est pas à son ordre du jour
L’Espagne se prépare à une longue crise diplomatique avec le Maroc. Le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a assuré ce vendredi que son engagement est de faire en sorte que « la relation [avec ledit pays] soit une relation solide, dans laquelle des actions unilatérales sont impossibles [comme l’entrée irrégulière de plus de 10 000 immigrés à Ceuta en mai dernier] et repose sur la confiance et le bénéfice mutuel ». Et cet objectif le poursuivra, a-t-il ajouté, « prendre le temps qu’il faudra ». Pour l’instant, les Affaires étrangères supposent que la fin n’est pas proche, puisque la première visite d’Albares à Rabat, comme il l’a reconnu, n’est pas à son ordre du jour. On ne sait pas non plus quand l’ambassadrice du Maroc, Karima Benyaich, convoquée à Rabat en mai dernier pour des consultations, reviendra à Madrid., bien que le chef de la diplomatie espagnole le souhaite.

Cependant, Albares a minimisé les propos du Premier ministre marocain, Aziz Ajanuch,qui, dans une interview diffusée mercredi soir, a demandé des « positions ambitieuses et claires », par rapport au conflit du Sahara occidental, aux pays qui veulent entretenir de bonnes relations avec Rabat. Le ministre a souligné que le chef du gouvernement marocain n’a pas mentionné expressément l’Espagne, alors que le roi Mohamed VI l’a fait dans son discours du 20 août, malgré le fait qu’il « parle très rarement » et ne fait généralement pas référence à d’autres pays, mais à ce sujet A cette occasion, il a été « très clair » en exprimant sa volonté « d’ouvrir une étape sans précédent » dans les relations bilatérales. Qui a également mentionné expressément l’Espagne était le porte-parole du gouvernement marocain, Mustafa Baytas, qui a déclaré jeudi que « l’ambition [d’améliorer les relations] existe, et l’Espagne l’a également exprimée, mais pour que cette ambition soit renforcée,

Les gestes de rapprochement que Felipe VI a faits cette semaine ―qui a appelé lundi à ce qu’une nouvelle relation entre l’Espagne et le Maroc « se matérialise maintenant » et ait visité mercredi le stand de ce pays au salon international du tourisme Fitur― n’ont pas fait de différence chez les autorités marocaines, qui insistent pour demander à l’Espagne de s’aligner sur leur offre d’un statut d’autonomie pour le Sahara Occidental au lieu du référendum d’autodétermination. Après avoir souligné que les pays qui veulent coopérer avec Rabat doivent agir « loyalement et avec ambition », le Premier ministre marocain a semblé faire allusion à l’ Allemagne – qui a qualifié l’autonomie de « bonne base » de négociation – lorsqu’il a déclaré qu' »il y a des les pays qui l’ont compris et ceux qui ne le comprennent pas encore auront le temps de le comprendre.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères n’a pas voulu endosser ce vendredi les éloges de l’Allemagne pour le plan marocain d’autonomie, alléguant que l’Espagne ne peut pas « parler au nom des parties ». Comme il l’a fait à Washington, après avoir rencontré le secrétaire d’État américain, Antony Blinken,Albares a réitéré que son objectif est « de trouver une solution à un conflit qui dure depuis des décennies » et que « plus que figé, il est oublié ». Il s’agit, a-t-il insisté, d’un « impératif moral », puisque la prolongation du conflit engendre la souffrance de milliers de personnes, faisant allusion aux réfugiés sahraouis en Algérie. « Nous voulons une solution politique, mutuellement acceptable pour les parties et, dans le cadre de l’ONU, il y a des résolutions qui offrent des indices sur des efforts sérieux et crédibles, mais ce sont les parties qui doivent parler », a-t-il ajouté, sans mentionner expressément l’offre . autonome Albares prévoit de déjeuner ce vendredi avec le nouvel envoyé spécial des Nations unies pour le conflit du Sahara, Staffan de Mistura, qui vient d’effectuer sa première tournée dans la région (où il a rencontré les autorités marocaines,

El Pais, 21/01/2022

#SaharaOccidental #Espagne #Maroc #FrontPolisario #Ceuta #Melilla