Sahara occidental : peu d’optimisme face au conflit gelé

U.N. Western Sahara envoy Staffan de Mistura visits the Military Museum in refugee camp in Tindouf, Algeria, January 16, 2022. REUTERS/Ramzi Boudina

Sahara occidental : peu d’optimisme face au conflit gelé – Front Polisario, Maroc, ONU, Staffan de Mistura, peuple sahraoui,

TINDOUF, Algérie, 20 janvier (Reuters) – Depuis les camps du désert profond en Algérie près de la frontière avec le Maroc où les réfugiés sahraouis vivent depuis des décennies, les dernières mesures diplomatiques pour résoudre le conflit gelé depuis longtemps sur leur territoire semblent loin d’être résolues .

Alors que le nouvel envoyé des Nations Unies pour le Sahara occidental est arrivé pour une récente visite à Tindouf en Algérie, où le Front Polisario fonde sa lutte pour l’indépendance du territoire vis-à-vis du Maroc, les enfants sont allés pieds nus malgré le froid de janvier.

« La vie est dure ici. Nous sommes très pauvres et tout est cher… nous passons la journée à boire du thé et à rêver de temps meilleurs », a déclaré Bouna Mohamed, une mère de deux enfants née dans le camp de Boujdour près de Tindouf.

Le conflit entre le Polisario et le Maroc, interrompu depuis 1991, s’est à nouveau aggravé en 2020 avec l’annonce par le groupe de la reprise de la lutte armée, bien qu’il n’y ait aucun signe de combats sérieux.

La question est au cœur des frictions accrues entre le Maroc et l’Algérie, puissances régionales et voisins dont les relations glaciales ont maintenu la frontière entre eux fermée pendant des décennies.

L’année dernière, l’Algérie a coupé tous ses liens avec le Maroc et a mis en garde contre des représailles suite à un incident dans le désert au cours duquel, selon elle, trois de ses citoyens ont été tués. Le Maroc a déclaré que l’Algérie n’était pas justifiée de rompre les liens.

Les diplomates et les analystes ne voient encore que peu de signes de cette escalade en conflit armé, mais la tension accrue a suscité des inquiétudes et ravivé l’intérêt pour le différend.

Staffan de Mistura, le nouvel envoyé de l’ONU, s’est rendu ce mois-ci au Maroc, en Algérie, en Mauritanie et dans les camps de Tindouf, où le Polisario a établi ce qu’il appelle un gouvernement du Sahara Occidental.

CONDITIONS MISÉRABLES

Les journalistes autorisés à accéder à Tindouf par l’Algérie et le Polisario pour la visite de de Mistura ont vu des conditions misérables dans les camps, où les tentes ont été remplacées par des huttes en béton avec une faible alimentation électrique.

« Comme les autres envoyés de l’ONU, il est impuissant. La clé d’une solution est entre les mains des États du Conseil de sécurité de l’ONU », a déclaré Mohamed.

Le Maroc considère le Sahara occidental, une colonie espagnole jusqu’au milieu des années 1970, comme faisant partie de son propre territoire, affirme qu’il n’offrira rien de plus qu’une autonomie régionale aux habitants et considère le Polisario comme une force par procuration pour l’Algérie.

Le Polisario, qui a combattu l’armée espagnole avant le Maroc, dit se battre pour l’autodétermination du peuple sahraoui, une lutte que l’Algérie dit soutenir.

Pendant des années, la plupart des pays avaient soutenu l’idée d’un référendum pour résoudre le problème – convenu dans le cadre d’un cessez-le-feu de 1991 entre le Maroc et le Polisario.

Cependant, il n’y a jamais eu d’accord sur la manière dont cela se déroulerait et ces dernières années, même l’ONU a cessé de se référer à l’idée d’un vote, parlant au lieu de rechercher une solution réaliste, mutuellement acceptable, basée sur un compromis.

Fin 2020, Washington a accepté de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, mais les pays européens n’ont pas emboîté le pas.

Dans les camps de Tindouf, les gens disaient qu’ils espéraient toujours un référendum.

« Pourquoi est-il en visite s’il ne s’agit pas du référendum », a déclaré Saydet Hmida, 24 ans, qui est né là-bas.

Selon l’Algérie, 165 000 réfugiés sahraouis se trouvent à Tindouf. L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a déclaré qu’elle fournissait une assistance à environ 90 000 réfugiés.

Le Maroc discute des deux chiffres, affirmant que le chiffre réel est beaucoup plus petit et accusant le Polisario et l’Algérie de garder les Sahraouis dans les camps contre leur gré en tant que pions politiques et dit qu’ils empêchent un décompte dans les camps.

Mohamed et d’autres avec qui Reuters s’est entretenu dans le camp, sans aucune escorte du Polisario, ont déclaré qu’ils soutenaient l’indépendance.

« Je ne veux pas que mes enfants vivent dans le camp comme moi et comme ma mère », a déclaré Mohamed.

Reportage de Lamine Chikhi, écrit par Angus McDowall

Reuters

#Sahara Occidental #FrontPolisario #Maroc #ONU #Staffan_de_Mistura