Albares lance un appel au groupe des amis du Sahara occidental

Albares lance un appel au groupe des amis du Sahara occidental – Espagne, Maroc, ONU, Front Polisario,

-Albares soutient que le conflit du Sahara occidental ne peut être autorisé à se poursuivre pendant une autre décennie et que travailler dans ce sens est un impératif moral aussi bien que politique.
-Il appelle à une solution politique mutuellement acceptable pour les parties, dans le cadre des Nations Unies et des résolutions du Conseil de sécurité.
-Le ministre des Affaires étrangères affirme que l’Espagne et le Maroc sont sur la même longueur d’onde et sont deux partenaires stratégiques condamnés à se comprendre.

Alfonso Lafarga

Le ministre des Affaires étrangères, de l’UE et de la Coopération, José Manuel Albares, a appelé les pays du « groupe d’amis du Sahara » à débloquer un conflit qui « dure depuis des décennies et laisse, génération après génération, des milliers de personnes, beaucoup de jeunes, sans espoir ».

Le chef de la diplomatie espagnole a déclaré que les pays membres du groupe des amis du Sahara au sein des Nations unies (Espagne, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) ne peuvent pas permettre que ce conflit dure « une autre décennie ».

Concernant la crise avec le Maroc, M. Albares a déclaré qu’il souhaitait le retour de l’ambassadrice Karima Benyaich, ajoutant que l’Espagne et le Maroc sont sur la même longueur d’onde et sont des partenaires stratégiques condamnés à se comprendre.

S’exprimant dans l’émission Hora 25, sur la station de radio SER, depuis Washington, où il a rencontré mardi le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, avec lequel il a convenu d’unir ses forces pour trouver une solution au conflit du Sahara occidental, José Manuel Albares a déclaré que travailler dans cette direction est « un impératif presque moral, ainsi qu’un impératif politique ».

L’Espagne travaillera avec les résolutions du Conseil de sécurité

A la question de savoir si le déblocage du conflit pourrait passer par l’acceptation de l’autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine, le ministre a répondu qu’ils peuvent aider l’envoyé spécial des Nations unies, Staffan de Mistura, et agir en marge des Nations unies, avec de multiples résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara. Il a ajouté qu’il y a des options sur la table, des « efforts crédibles et raisonnables », et que c’est aux parties de décider. « Ce que nous devons faire, en tant que groupe d’amis, c’est travailler à une solution politique et mutuellement acceptable », a-t-il déclaré.

Lorsque l’interviewer, Aimar Bretos, a demandé si l’Espagne considérait que l’autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine serait une solution acceptable, « presque comme un moindre mal », le ministre a insisté : « L’important est que cette solution soit politique, mutuellement acceptable par les parties dans le cadre de l’ONU. Il y a les résolutions du Conseil de sécurité, et c’est là que l’Espagne va utiliser son capital politique, car ce qui est nécessaire, c’est de trouver une solution ».

« Nous parlons de décennies, d’un conflit qui est pratiquement gelé, voulons-nous d’autres décennies de ce conflit gelé ? Voulons-nous d’autres générations sans aucun espoir, sans aucun horizon ? Je ne me résigne pas à cela », a insisté M. Albares, exprimant son souhait que Staffan de Mistura, qu’il rencontrera vendredi à Madrid, soit « le dernier envoyé spécial pour le Sahara parce qu’il a trouvé une solution ».

Le ministre a affirmé qu’il souhaitait le retour de l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, que Rabat a rappelée pour consultations le 18 mai dernier en prétextant la décision du gouvernement d’accueillir le chef du Front Polisario, Brahim Gali, dans un hôpital de Logroño, après l’échec de la tentative du ministre marocain des affaires étrangères, Naser Burita, d’amener l’Espagne à suivre l’exemple de Donald Trump et à reconnaître le Sahara occidental comme marocain.

M. Albares a souligné que la relation de l’ambassade du Maroc à Madrid, qui est dirigée par le chargé d’affaires, avec le ministère des Affaires étrangères est « tout à fait normale et très fluide », tout comme celle de l’Espagne à Rabat avec le ministère marocain des Affaires étrangères.

Le ministre Albares a fait allusion aux paroles prononcées par le roi Felipe VI lors de la réception du corps diplomatique le 17 janvier au Palais royal de Madrid, faisant référence à la crise entre le Maroc et l’Espagne et affirmant que les deux nations doivent « marcher ensemble » dans une nouvelle relation, Mohamed VI, le 20 août 2021, « qui a parlé très clairement », dans le même sens que ceux prononcés ensuite par le président du gouvernement, Pedro Sánchez, sur la base de Torrejón de Ardoz, flanqué du président du Conseil européen et du président de la Commission.

« Je pense que nous sommes tous sur la même ligne et en phase les uns avec les autres. Nous sommes deux partenaires stratégiques, qui sont condamnés à se comprendre dans le meilleur sens du terme », a-t-il conclu.

Contramutis, 20/01/2022

#SaharaOccidental #Maroc #FrontPolisario #Espagne #ONU