L’article qui a coûté 20.000 dollars au Maroc

L’article qui a coûté 20.000 dollars au Maroc – Etats-Unis, Lobbying, Richard Miniter, Printemps Arabe, Sahara Occidental, Forbes,

Le printemps arabe est-il mauvais pour les investisseurs ?

CASABLANCA—Depuis près d’un an, diplomates, experts et journalistes disent aux investisseurs de ne pas s’inquiéter des nouveaux gouvernements islamistes émergeant à la suite du printemps arabe. Ils ont tort.

L’argument optimiste était simple : « les réalités démocratiques obligeront les islamistes à maintenir la croissance économique afin de gagner les prochaines élections ». Le printemps arabe ne passera pas immédiatement à l’hiver ; la responsabilité rend les politiciens responsables et ainsi de suite.

Certes, les islamistes ont fait un bon match. Les islamistes marocains, dans leur programme de parti et dans leurs discours, ont souligné qu’une économie plus libre attirerait les investisseurs étrangers et stimulerait l’emploi. Ils ont dit que la réduction du chômage des jeunes était leur problème n°1. Ils ont dit qu’ils voulaient ramener la croissance annuelle du PIB à 7 % par an, faisant du Maroc un « tigre asiatique ». Ils ont dit qu’ils voulaient des accords de libre-échange avec leurs voisins. (Le royaume a déjà des accords de libre-échange avec les États-Unis et l’Union européenne). Ils ont dit qu’ils étaient en faveur de la déréglementation et de la privatisation et ont même proposé une modeste réduction d’impôt. Donc les choses semblaient bien.

Et la peur des électeurs volages était censée discipliner les islamistes. Lorsque les partis islamistes ont gagné en novembre dernier, ils ont même emporté le centre commercial marocain de Casablanca. Ils ont persuadé les propriétaires de petites entreprises et les professionnels de changer d’allégeance des partis libéraux et socialistes, qui avaient obtenu leurs voix en 2007, aux islamistes, en novembre 2011. Ces électeurs indécis s’attendaient à des réformes économiques et à des changements sociaux modestes, et non l’inverse. Si les islamistes ne tiennent pas compte de l’économie, ils seront éliminés.

Certes, le Maroc n’allait jamais adopter la constitution de la liberté de FA Hayek. Les dirigeants islamistes ont déclaré que leurs modèles économiques provenaient de la Turquie et des partis de centre-droit français, et non de Singapour ou du Chili. Mais, surtout, ils ne regardaient pas non plus l’Iran ou la Chine. La Turquie était, jusqu’à récemment, un pays à forte croissance qui combinait l’esprit d’entreprise avec une déférence croissante envers l’islam. (Au cours des 18 derniers mois, cependant, la Turquie incarne les dangers de l’islamisme en politique ; l’AKP au pouvoir a lancé un djihad contre les généraux laïcs des républiques et ses dissidents, s’est rapproché diplomatiquement de l’Iran, la croissance économique est au point mort et les investisseurs cherchent pour les sorties.)

Aujourd’hui, après quelques mois au pouvoir, le parti islamiste au pouvoir au Maroc révèle un nouveau programme, qui effraie déjà les milieux d’affaires autochtones ainsi que les investisseurs étrangers.

Un ministre du gouvernement islamiste – dans une série de discussions privées – a suggéré que les agences gouvernementales, et même les entreprises détenues en partie par l’État, ne devraient plus faire de publicité dans les journaux et les magazines qui font également de la publicité pour l’alcool, un produit légal au Maroc. Cela signifie que la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc, ne peut plus placer d’annonces dans la plupart des grands quotidiens. Le problème pour les éditeurs : les compagnies aériennes et l’alcool sont des annonceurs majeurs, perdre l’un ou l’autre serait douloureux. En effet, certaines publications pouvaient fermer quel que soit leur camp. Pour l’instant, il ne s’agit pas d’un règlement, mais d’une campagne de chuchotements. Mais les éditeurs locaux comprennent le message.

Un autre islamiste, le ministre des Communications, envisageait publiquement une ordonnance obligeant les chaînes de télévision à anticiper les programmes populaires pour diffuser des sermons à la place, les soirs de semaine aux heures de grande écoute. C’est mortel pour les notes et donc pour les revenus publicitaires. Cela signale également que le Maroc est en train de changer de mode d’accueil – se déplaçant philosophiquement de Paris à Riyad. Où un investisseur étranger préférerait-il passer un week-end ?

Avant même que la règle ne puisse être finalisée, elle était considérée comme un présage, un signe avant-coureur des idées économiquement destructrices des islamistes. La conversation dans le monde des affaires ici passe rapidement de l’observation à l’extrapolation. Chaque fois que les politiciens s’intéressent plus aux symboles qu’aux réalités, ils sont séduits par une poésie vénéneuse qui pousse leur peuple dans l’étreinte moite de la pauvreté. Il ne doit pas y avoir de conflit entre la mosquée et le marché ; mais les islamistes ont appris leur économie des socialistes arabes et d’Europe de l’Est. Beaucoup d’entre eux aiment encore l’idée d’une économie dirigée et aiment l’idée de donner des ordres. Cela ne fonctionne pas mieux en Iran qu’en Biélorussie. Pourquoi l’essayer au Maroc, qui a une économie moderne diversifiée et relativement libre ? C’est pourquoi les investisseurs et les entrepreneurs locaux sont nerveux.

Il y a quelques jours, le roi a demandé à voir le chef du gouvernement et le ministre de la Communication. Il leur a rappelé que le nouveau gouvernement devait respecter la constitution, qui donne la liberté d’expression aux radiodiffuseurs, et il a rappelé aux chefs de gouvernement de respecter la diversité des peuples au Maroc. Tout le monde n’est pas musulman, a-t-il dit, et ne serait pas nécessairement servi par un sermon.

Pour l’instant, les ministres islamistes semblent avoir compris. Le roi regarde et tout mouvement extrême pourrait être vérifié par le monarque constitutionnel.

Seuls deux hommes peuvent sauver le Maroc maintenant – et sauver la promesse du printemps arabe. L’un est le roi du Maroc, l’autre le président des États-Unis.

Pendant des années, la principale force de libéralisation était le roi lui-même. Mohammed VI est un leader jeune et poli qui est aussi à l’aise en français qu’en arabe, dans les sphères européenne et arabe. Cela lui a donné la capacité unique de défendre les cultures traditionnelles et tribales tout en voyant la sagesse de développer une économie diversifiée et moderne basée sur l’accomplissement individuel.

Il est important de noter que Mohammed VI a été l’un des libérateurs les plus agressifs au monde.

Il a défendu et signé des accords de libre-échange avec les États-Unis et l’Union européenne. Il a favorisé l’investissement étranger avec un traitement fiscal favorable et en réduisant la bureaucratie. Il a maintenu une monnaie stable et combattu la corruption qui agit comme une taxe déguisée sur le développement. Il a investi des milliards de dollars dans les régions méridionales les plus pauvres de son royaume, puis a tiré parti de l’infrastructure pour attirer les investissements étrangers dans les hôtels, les fermes et les opérations touristiques.

En encourageant l’investissement étranger par la déréglementation et l’investissement local par un meilleur accès au crédit (le roi a réformé les lois bancaires), le Maroc a connu une croissance économique robuste. Le Maroc a connu une croissance moyenne de 3 % par an en termes de produit intérieur brut par habitant au cours des années précédant l’accession au trône de Mohammed VI (1990-1999). Ce chiffre est passé à une moyenne de 8% par an sur la base du PIB par habitant pendant le règne de Mohammed VI (1999-2010), selon la Banque mondiale. (Les chiffres ne sont pas encore disponibles pour 2011.)

Des marchés plus libres et des réglementations modernisées ont attiré davantage d’investissements étrangers. La formation brute de capital fixe, qui mesure les efforts d’investissement nationaux par rapport au PIB, a grimpé à 35 % du PIB en 2011. Cela représente une forte augmentation par rapport aux 25 % entre 1990 et 1999, selon une étude de l’OCDE, basée à Paris.

En conséquence, l’investissement étranger net moyen a bondi sous le règne de Mohammed VI pour atteindre 1 456 millions de dollars par an, contre 213 millions de dollars par an sous le règne de son prédécesseur Hassan II, selon la Banque mondiale.

Le PIB total du Maroc a presque doublé au cours des onze dernières années, sous le nouveau roi réformiste. Selon un rapport présenté par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique à Addis-Abeba, le taux de croissance du PIB du Maroc (5,3 %) en 2009, dépasse celui de l’Égypte (4,7 %), de la Tunisie (3 %), de la Mauritanie (2,3 %), de l’Algérie ( 2,1%) et la Libye (1,8%). Et c’était avant que le « printemps arabe » n’étouffe les taux de croissance partout en Afrique du Nord, partout, sauf au Maroc.

Le taux de pauvreté a été réduit de près de moitié, selon un rapport du Programme des Nations Unies pour le développement. Au début du règne de Mohammed VI, quelque 4,5 millions de Marocains vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Aujourd’hui, moins de 2,6 millions le sont. Le PNUD rattache les réductions massives de la pauvreté à « l’Initiative nationale pour le développement humain que Mohammed VI avait lancée en 2004 ».

Luttant contre la corruption et les violations des droits de l’homme, le roi a lancé le Conseil consultatif des droits de l’homme et la Commission pour l’équité et la réconciliation. Il s’agit d’organismes indépendants qui ont versé des compensations financières aux victimes de brutalités policières et d’emprisonnements injustes pendant le règne des prédécesseurs du roi.

En outre, il a mis en œuvre de vastes réformes de la police locale et nationale et mis fin à la répression des dissidents politiques. En conséquence, un large éventail de personnes et de partis non conventionnels opère ouvertement au Maroc, des radicaux maoïstes aux salafistes. À condition d’éviter la violence ou d’autres activités criminelles (trafic de drogue, enlèvement, etc.), ces groupes sont libres de s’exprimer lors de rassemblements, de publier des journaux et même de présenter des candidats aux élections. À bien des égards, le Maroc dispose désormais de plus grandes libertés politiques et d’une plus grande représentation politique que, disons, la Roumanie ou la Moldavie.

Réalisant que les millions de pauvres et de quasi-pauvres menacent la stabilité de son royaume, le roi a lancé un programme de soins de santé pour soigner 8,5 millions de personnes qui n’y ont pas accès. Contrairement au National Health Service britannique, le programme RAMED marocain n’est pas gratuit au point de service pour tout le monde. À l’exception des très pauvres, tout le monde doit verser une quote-part basée sur le revenu, en moyenne environ 1 $ par mois. Ce n’est pas une somme dérisoire dans de nombreuses régions du Maroc, mais c’est abordable. Le principe du ticket modérateur réduit la demande, qui sinon mettrait le système en faillite par des coûts excessifs.

Il a également libéralisé la politique marocaine. Les femmes et les minorités religieuses (y compris les juifs et les chrétiens) ont des droits égaux en vertu de la nouvelle constitution. Il a transféré le pouvoir de lui-même aux gouvernements nationaux et régionaux élus.

Passant au rôle nécessaire des États-Unis, l’administration Obama doit faire plus que des discours. Aussi vertigineux qu’ait été le discours du président Obama au Caire, il n’a pas été suivi de changements significatifs de politique. L’administration Obama a continué à travailler avec des partis, des factions et des personnalités qui n’acceptaient pas les valeurs libérales comme point de départ. Un signe révélateur : regardez le processus interne d’un parti pour sélectionner ses dirigeants. Si un parti n’élit pas ses dirigeants lors d’élections équitables et multi-candidats, alors il ne sera pas une force démocratique et pacifique s’il arrive au pouvoir. Les Frères musulmans d’Egypte et les islamistes de Tunisie passent ce test. Le Hamas et le Front Polisario ne le font pas.

Une fois qu’un parti atteint le seuil, l’Administration doit continuer à s’engager afin de l’influencer dans une direction plus libérale, le respect de la diversité religieuse, la propriété privée, la liberté d’expression et des élections libres. La façon dont un parti traite les chrétiens et les juifs est un bon baromètre, la façon dont il traite les investisseurs étrangers en est un autre.

La plus grande erreur historique des 30 dernières années s’est peut-être produite pendant les années Bush – Bush 41. Le président George HW Bush a assisté à la chute du mur de Berlin, à l’émergence d’États embryonnaires plus libres en Europe de l’Est et à une transition en Russie elle-même. Pourtant, à part l’envoi de conseillers économiques et de diplomates, Bush n’a pas fait grand-chose pour guider le processus historique.

L’administration Bush croyait que toute orientation serait considérée comme une ingérence. Et certains de ses conseils étaient inutiles. Lorsque les réformateurs ont voulu interdire aux anciens responsables communistes de se présenter aux élections dans les nouvelles nations, le département d’État les a vivement exhortés à ne pas céder à cette tentation. En conséquence, la Bulgarie, la Hongrie et même la Pologne ont été en proie à une décennie de luttes politiques inutiles avec les défenseurs « post-communistes » de l’ Ancien Régime.. (Des conseils similaires concernant les responsables baasistes en Irak ont ​​également retardé les progrès là-bas.) Dans le monde réel, la protection du libéralisme exige parfois des moyens non libéraux. Pour être accepté en tant que parti politique légitime, le parti doit adhérer ouvertement aux valeurs libérales : liberté de conscience, presse libre, propriété privée, libre échange sur des marchés ouverts. Ces valeurs ont fait de l’Occident la région la plus riche de la Terre et elles fonctionnent partout où elles ont été essayées.

Au Maroc, l’administration Obama semble prête à répéter les erreurs des années Bush. Envoyez quelques professionnels, asseyez-vous et espérez le meilleur. Après tout, c’est leur pays.

Jusqu’à présent, l’approche décontractée ne fonctionne pas. Il est temps qu’Obama rencontre Mohammed VI. Le sommet enverrait un signal aux réformateurs du monde arabe : vous n’êtes pas seuls. La religion est une grande source de moralité, mais le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté est d’avoir des marchés ouverts et la croissance économique. Les partis religieux qui cherchent à moderniser les nations doivent d’abord moderniser leur propre pensée économique.

Si les réformateurs arabes cherchent un modèle, pourrait dire Obama, ils en ont un en Mohammed VI. Son dossier « d’espoir et de changement » doit être copié.

Si Obama décide de rester chez lui, les historiens le mettront dans la ligue de Bush : un observateur de l’histoire, pas un leader des transformations.

Richard Miniter

Forbes, 25/04/2012

#Maroc #Marocleaks #PrintempsArabe #RichardMiniter #SaharaOccidental #EtatsUnis #Lobbying

Be the first to comment

Leave a Reply