Afrique : rivalité entre l’UE et la Russie et la Chine

Afrique : rivalité entre l’UE et la Russie et la Chine – République centrafricaine, RCA, Wagner, Mali, Sahel,

Au cours de la dernière décennie, l’engagement chinois et russe en Afrique s’est considérablement accru, mettant les deux puissances en concurrence directe avec l’Union européenne. Dans des développements récents, en République centrafricaine (RCA), des mercenaires russes ont récemment pris le commandement d’au moins un bataillon formé par l’UE pour aider à « précéder » le pays riche en minéraux, selon un rapport divulgué. «Aujourd’hui, la plupart des unités FACA déployées opèrent sous le commandement direct ou la supervision de mercenaires du groupe Wagner (WG). Le GT a également établi une solide influence sur l’état-major des Forces armées centrafricaines (FACA) et d’autres institutions gouvernementales », indique le récent rapport du service extérieur de l’UE. Andrew Lebovich, chargé de mission au Conseil européen des affaires étrangères (ECFR), déclare que « depuis que l’on a appris en septembre que le gouvernement malien négociait un contrat avec la société militaire privée russe Wagner Group, la France et d’autres États européens ont fait de cette question un point central de leur activité diplomatique. »

Jusqu’à 1 000 mercenaires russes censés mener des opérations de formation, de protection rapprochée et de lutte contre le terrorisme seraient payés par des concessions au groupe Wagner ou à des sociétés liées sur plusieurs mines, pour un minimum estimé à 10 millions d’euros par mois, bien que le coût réel pourrait être beaucoup plus élevé. Lebovich explique également qu’« en réponse, la France, l’Allemagne et l’UE ont tous exprimé clairement leur mécontentement, en publiant des déclarations fermes condamnant cette décision.

Bien que les observateurs et diplomates européens s’opposent généralement à une éventuelle présence de Wagner au Mali, certains ont estimé que le recul agressif de la France avait été contre-productif. Sa réponse a joué dans les appels populistes à la « souveraineté » – contre l’influence française continue en tant qu’ancienne puissance coloniale. Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a affirmé en novembre à Moscou le droit souverain du Mali de poursuivre des partenariats de sécurité au-delà de ceux existant avec la France et l’UE. Il a même encouragé la Russie à poursuivre l’extraction minière et d’autres opportunités commerciales au Mali.

Pendant ce temps, le président chinois Xi Jinping a promis à l’Afrique un milliard de doses de vaccin Covid, le continent ayant du mal à acquérir suffisamment de vaccins pour se vacciner contre la maladie. Dans un discours prononcé au 8e Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) à Dakar, au Sénégal, le président Xi a déclaré que son pays donnerait directement 600 millions de doses, 400 millions de doses supplémentaires provenant d’autres sources, telles que des investissements dans des sites de production. La Chine n’est pas seulement le premier partenaire commercial de l’Afrique, mais aussi le plus grand créancier de l’Afrique. Alors que les experts disent que la relation doit être réorganisée dans l’intérêt du peuple africain, la balle est dans le camp africain, soulignent-ils.

Alors que l’annonce de Xi pouvait être considérée comme faisant partie des efforts de la Chine pour redorer son image, l’auteur et chercheur allemand Helmut Asche a déclaré que rien ne pouvait être gagné en dénigrant les efforts de la Chine. « Les donateurs occidentaux sont clairement en deçà de ce que nous aurions dû faire », a déclaré Asche, faisant clairement référence à la distribution inégale des vaccins entre les pays riches et les pays en développement. « Il y a des intérêts clairs derrière la partie chinoise, mais cela sert également un objectif africain », a déclaré Asche aux médias.

La Chine est de plus en plus contrariée par les critiques occidentales. Le ministère des Affaires étrangères de Pékin a déclaré que le gouvernement était « étonné par les récents commentaires du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au sujet d’une prétendue déception africaine envers les Chinois ». Le problème réside dans le manque de transparence, souligne l’universitaire Asche. « La moitié de la dette chinoise contractée par les pays africains est ce qu’on appelle la dette cachée. La dette cachée signifie que nous ne connaissons pas les conditions exactes de remboursement, l’état de remboursement, etc. En réponse aux ouvertures de la Chine sur le continent, l’UE a lancé ce qui est décrit comme une feuille de route pour des investissements majeurs dans les infrastructures à l’échelle mondiale.

Sa stratégie Global Gateway, dont l’objectif est de lever 340 milliards de dollars pour financer les infrastructures, est considérée comme un défi pour l’initiative chinoise la Ceinture et la Route (BRI). Il portera sur les transports, la santé, l’éducation, et des projets numériques et climatiques à travers le monde, notamment en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique latine. Et c’est en Afrique que le programme Global Gateway sera confronté au test majeur de son efficacité à contrer l’influence économique chinoise, déclare Francesca Ghiretti de l’Institut Mercator pour les études chinoises, basé à Berlin.

La Commission européenne ne mentionne pas le marché africain comme objectif prioritaire, « mais c’est logique, puisque c’est là que l’arrivée des financements chinois a le plus nui aux entreprises européennes, qui ont souvent perdu des parts de marché », explique Jean-François Dufour, directeur de DCA China-Analysis, une société de conseil. Le Global Gateway a aussi un avantage car, « en copiant plus ou moins la manière de faire chinoise, l’Union européenne prive Pékin d’un de ses arguments favoris en Afrique :

euBulletin, 11/12/2021

#Afrique #UE #Chine #Russie #GlobalGateway