Visite de la Secrétaire d’Etat Clinton au Maroc (*)

Visite de la Secrétaire d’Etat Clinton au Maroc (*) – Hillary Clinton, Lobbying, Etats-Unis, Edward Gabriel, Robert M. Holley, Sahara Occidental, Dialogue Stratégique,

Contexte
La visite de Hillary Clinton au Maroc, prévue le 26 février (2012, ndlr), sera très probablement son dernier voyage au Maroc en tant que secrétaire d’État américaine. Elle a clairement indiqué qu’elle ne resterait pas à son poste actuel si le Président Obama était réélu en novembre. Par conséquent, sa visite plus tard dans le mois représentera probablement notre meilleure opportunité d’obtenir un engagement de sa part pour faire des progrès significatifs sur plusieurs objectifs importants que nous avons espéré atteindre pendant son mandat au Département d’Etat. La visite offrira une bonne occasion de consolider les progrès réalisés lors de la rencontre entre le Ministre des Affaires Etrangères Fassi Fihri et la Secrétaire d’Etat Clinton à Washington en mars de l’année dernière, ainsi qu’une nouvelle occasion de faire un pas en avant important dans la consolidation du soutien américain à l’initiative du Maroc pour résoudre la question du Sahara Occidental.

Objectifs de la visite
Obtenir une déclaration publique de soutien de la part du Secrétaire aux réformes du Maroc et à l’importance que les États-Unis attachent à la collaboration avec le Maroc en tant que partenaire dans la promotion du progrès au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. À cet égard, obtenir l’assurance du Secrétaire d’inaugurer formellement le Dialogue stratégique annoncé il y a un an.

Obtenir le soutien de Clinton pour engager les ressources américaines de développement afin d’améliorer la vie de ceux qui vivent dans les provinces du Sud, comme autorisé dans le projet de loi Omnibus Appropriations de décembre 2011 qui donne à l’administration Obama le feu vert pour utiliser les fonds américains dans les provinces du Sahara.
Obtenir un engagement du Secrétaire que le ministère répondra à la langue Leahy dans une réponse forte et positive, afin de mettre cette question au repos, une fois pour toutes.

Encourager le Secrétaire à réitérer le soutien américain à l’initiative marocaine d’autonomie comme « sérieuse, crédible et réaliste » et à déclarer publiquement que les événements dans la région rendent nécessaire une résolution de la question du Sahara Occidental par un compromis politique afin de promouvoir la coopération et l’intégration régionale, ainsi que de combattre l’influence et les activités croissantes des éléments terroristes et criminels régionaux qui cherchent à profiter des incertitudes des développements du printemps arabe dans la région.

Points suggérés sur le Sahara Occidental
Décrivez les mesures prises par le Maroc dans un effort pour améliorer les relations avec l’Algérie et favoriser un meilleur climat pour la coopération régionale et la résolution du problème du Sahara. Expliquez la perception marocaine des résultats de ces efforts.

Donner au Secrétaire Clinton une pleine compréhension de l’engagement du Maroc à résoudre cette question aussi rapidement que possible et expliquer les dangers d’une impasse continue, en particulier alors qu’AQMI et d’autres groupes criminels cherchent à déstabiliser la région.

Exprimer l’appréciation du Maroc pour l’autorisation donnée par le Congrès à l’administration Obama d’utiliser les fonds d’aide au développement des États-Unis pour aider à améliorer la vie de ceux qui vivent dans les provinces du Sud. Expliquer comment de telles actions pourraient aider à créer un meilleur climat pour résoudre le problème plus large du Sahara. Exprimez votre volonté de travailler en étroite collaboration avec le Département d’État et les agences de développement américaines pour identifier les programmes qui pourraient être mis en œuvre et suggérez qu’une réunion de travail soit organisée dans un avenir proche pour aborder cette opportunité de renforcer les efforts des États-Unis et du Maroc sur cette question. Ce sera le seul et unique signal pendant son mandat qui fera avancer progressivement la question du SS. Elle devrait le voir accompli avant de quitter son poste. C’est l’un des deux points les plus importants que Clinton peut faire avec le Maroc avant de quitter son poste.

L’autre question qui laisserait une signature indélébile de Clinton est le dialogue stratégique entre les États-Unis et le Maroc. Elle devrait s’assurer que ce dialogue soit établi comme un processus continu, et que la première réunion ait lieu avant qu’elle ne quitte ses fonctions.

Encourager la Secrétaire Clinton à faire une déclaration publique forte de soutien à la nécessité de résoudre le problème du Sahara et à réitérer la nécessité d’un compromis lorsqu’elle exprime à nouveau la vision américaine de l’initiative du Maroc comme « sérieuse, crédible et réaliste. » Tout ce qui n’est pas le cas sera perçu comme un retour en arrière du Département d’Etat sur ses engagements précédents.

A cet égard, réitérer l’engagement du Maroc que les réfugiés dans les camps algériens sont les bienvenus pour rentrer chez eux et seront aidés à construire une nouvelle vie pour eux-mêmes et leurs familles.

Expliquer les conséquences du langage de Leahy sur les relations bilatérales et la perception par la population marocaine. Expliquez spécifiquement l’importance d’une réponse positive forte et sans équivoque du Département d’Etat à cet égard afin de clore cette question une fois pour toutes.

(*) Document élaboré par l’ancien ambassadeur au Maroc, Edward Gabriel (vient d’être nommé par Joe Biden membre de l’Institut de Paix des Etats-Unis, en attente de confirmation par le Sénat) et Robert M. Holley, membre de groupe marocain de lobbyinf à Washington.

SOURCE : Marocleaks, 01/01/2022

#Maroc #HillaryClinton #Lobbying #EdwardGabriel #RobertHolley #SaharaOccidental #DialogueStratégique