L’Espagne pose les bases de sa relation avec le Maroc

L’Espagne pose les bases de sa relation avec le Maroc : « Respect des frontières » et coopération « loyale » – Maghreb, Algérie, Ceuta, Melilla,

La priorité de l’Espagne est de « promouvoir un espace de sécurité, de stabilité politique et de développement et de contribuer à faire face aux menaces ».
La nouvelle stratégie de sécurité nationale définit la relation de l’Espagne avec le Maroc comme une relation de « bonne amitié », bien que sous la prémisse du « respect » des frontières mutuelles et de l’existence d’une « coopération loyale ».

Le Conseil des ministres a approuvé mardi la nouvelle stratégie, qui analyse les risques et les menaces auxquels l’Espagne est confrontée, ainsi que le contexte géopolitique. Son renouvellement aurait dû avoir lieu l’année prochaine, mais le gouvernement a décidé d’avancer le nouveau texte compte tenu de l’impact généré par le covid-19 et de la multiplication des stratégies hybrides.

Le document consacre l’une de ses sections au Maghreb, une région dans laquelle le gouvernement rappelle que la priorité de l’Espagne est de « promouvoir une zone de sécurité, de stabilité politique et de développement et de contribuer à faire face à des menaces telles que le terrorisme et le crime organisé ».

Tout cela, insiste-t-il, doit être abordé sous l’angle de la collaboration avec les pays « partenaires et amis préférentiels de l’Espagne ». « Les relations de l’Espagne avec le Maroc et l’Algérie sont des relations de bonne amitié, fondées sur le principe de la coopération loyale et du respect des frontières mutuelles », souligne le texte.

Mais la nouvelle stratégie de sécurité nationale prévoit également l’élaboration d’un plan de sécurité global pour Ceuta et Melilla, et part du principe que les villes autonomes, « en raison de leur situation géographique sur le continent africain et de la nature spécifique de leurs frontières espagnoles et européennes », nécessitent une « attention particulière » pour garantir la sécurité et le bien-être de leurs citoyens.

Ce plan de sécurité pour Ceuta et Melilla avait déjà été proposé par le directeur du cabinet de la présidence du gouvernement de l’époque, Iván Redondo, lors d’une intervention au Congrès en juin dernier, après la crise migratoire à la barrière frontalière avec le Maroc. M. Redondo a souligné que, « loin » de se limiter à une crise migratoire, il s’agissait « d’un outil de plus parmi ceux utilisés dans le cadre de stratégies hybrides ».

La stratégie de sécurité nationale aborde également des aspects tels que le changement climatique, la cybersécurité, les flux migratoires et les relations avec l’Europe et le reste du monde, ainsi que les besoins en matière de sécurité et de défense pour garantir la capacité de dissuasion.

LE RÔLE DE L’OTAN
En ce sens, il est favorable à l’accroissement du  » rôle de premier plan  » de l’Espagne au sein de l’OTAN, ce qui coïncidera avec le sommet qui se tiendra à Madrid en juin prochain. Le document s’engage en faveur du multilatéralisme et souligne que la meilleure garantie pour celui-ci est la participation à l’Alliance atlantique.

Il maintient également la nécessité de disposer de capacités militaires adéquates pour protéger la souveraineté nationale, la population et sa liberté, en garantissant une « dissuasion crédible », et reconnaît la nécessité d’un cadre budgétaire stable pour les forces armées.

Sport, 28/12/2021

#Espagne #Maroc #Ceuta #Melilla #Maghreb #OTAN