Algérie. Dérapage dangereux de la Banque mondiale

Algérie. Dérapage dangereux de la Banque mondiale – BM, FMI, rapport de conjoncture sur la situation économique de l’Algérie, lobbies anti-algériens,

Censé rester à équidistance de tout avis ou analyse subjectifs pouvant jeter le discrédit sur sa vocation, la Banque mondiale, et pourtant, a fait exactement ce qu’elle ne devait jamais faire. À savoir, le parti pris flagrant dont elle s’est rendue coupable dans son dernier rapport de conjoncture sur la situation économique de l’Algérie.

Pis, lorsqu’elle ne se contente pas encore d’augurer d’un avenir sombre sur le plan économique et social, elle joue le jeu des lobbies qui vouent une haine viscérale pour l’Algérie. Un rapport insidieux et tendancieux à plus d’un titre qui a suscité la colère des Hautes autorités algériennes, d’autant plus que la B.M a ignoré royalement les efforts multiformes, et salutaires d’ailleurs, engagés depuis la mise en branle du processus d’édification de l’Algérie nouvelle.
Ainsi, en lieu et place de dresser en toute art d’objectivité un rapport basé sur des statistiques officielles en bonne et due forme, l’institution de Bretton Woods est déraillée de son cadre d’institution financière internationale pour se transformer en un outil de manipulation et de propagande. Sinon comment expliquer le fait qu’elle a distillé des informations tendancieuses et insidieuses sur la situation économique en Algérie. Celle-ci est allée jusqu’à prédire « un séisme » dévastateur et des perspectives obscures pour l’Algérie, rien que ça !

Instrument entre les mains des lobbies anti-Algérie

En effet, la BM, au lieu d’élaborer des rapports financiers et économiques ainsi que des analyses objectives sur la base d’indicateurs fiables et crédibles, et d’en conclure avec des conclusions de même titre, elle s’en est prise de manière maladroite et gratuite à l’Algérie où elle prédit un « séisme économique ». Pour preuve, croit-elle faire gober à l’opinion nationale et internationale, de la « vulnérabilité » du pays en termes d’exportations hors-hydrocarbures. Le comble, c’est lorsqu’encore la BM évoque la « pauvreté en Algérie », au moment où elle passe sous silence la situation de précarité alarmante, voire dangereuse et suicidaire, sévissant dans un pays voisin de l’ouest de l’Algérie.

Un rapport suite à quoi, cette institution ne fait que perdre davantage de crédibilité. Car, elle a rendu une copie, comme tous les précédentes contre l’Algérie, fallacieuse et qui, de surcroît, obéissent au doigt et à l’œil des agendas douteux des lobbies anti-algériens. Ces mêmes cercles hostiles qui ont la vicieuse habitude d’employer des campagnes hostiles à l’Algérie, dont l’objectif, une évidence, est de porter atteinte à l’Algérie et ses Institutions.
Manifestement, il y a un complôt visant à nuire à la stabilité du pays à travers ce genre de rapports négatifs et nuisibles, fondés sur des indicateurs et des arguments non sourcés, publiés par des influenceurs et des anonymes sur les réseaux sociaux, sachant que ces derniers sont financés et parrainés par des parties n’hésitant pas à déverser toute leur haine sur l’Algérie, l’objectif étant de fausser l’opinion publique.
Il s’agit aussi de ternir l’image de l’Algérie et de semer le doute parmi les Algériens, notamment après les images d’union et de communion que le pays a vécu récemment après la consécration de l’équipe nationale de football en coupe arabe-FIFA.

Le rapport du FMI dit le contraire

Ces pratiques insidieuses de la BM, contrastent avec le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) qui a relevé des progrès et des avancées dans l’économie du pays. Cela contraste aussi avec les acquis enregistrés par l’Algérie sur les plans politique, social et économique, notamment à la faveur du parachèvement des Institutions de l’État, entamées par l’élection du Président Abdelmadjid Tebboune en décembre 2019 et couronnées par les dernières élections locales.

À cet effet, la Banque mondiale a omis d’évoquer les défis relevés par l’Algérie dans une conjoncture économique délicate, marquée par la pandémie du Coronavirus. Mieux encore, l’Algérie a réussi à dégager un excédent, pour la première fois, de plus d’un (1) milliard de dollar dans sa balance commerciale et reste le seul pays sur tout le continent qui n’a aucune dette. Alors que plusieurs pays ont vu leurs économies s’effondrer, l’Algérie a réussi à résister à cette situation et à rester debout, n’en déplaise à la Banque mondiale et à de nombreux détracteurs, aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Aussi, il est important de préciser que l’Algérie qui est étonnée des prétendus chiffres avancés par la BM, n’arrivera jamais et en aucun cas au volume d’importation de 50 milliards de dollars.

Farid Guellil

Le Courrier d’Algérie, 28/12/2021

#Algérie #Banque_Mondiale #Rapport_situation_économique #FMI #Lobby_antialgérien