Algérie-Mauritanie : Plus que de simples voisins

Algérie-Mauritanie : Plus que de simples voisins – Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, Abdelmadjid Tebboune,

Le président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani séjourne à Alger. Notre pays entretient avec la Mauritanie des relations qui, depuis quelques années, se sont nettement améliorées. Ce nouveau cours a été surtout favorisé par l’intérêt des opérateurs algériens pour les marchés de l’Afrique de l’Ouest dont la Mauritanie est une des principales portes d’entrée. Mais au-delà de l’aspect strictement économique, les liens humains sont intenses et le développement des zones frontalières est un objectif commun. Nos collaborateurs évoquent différents visages de la coopération et les contraintes que rencontrent les sociétés nationales, et un expert met en avant l’importance géostratégique, dans un contexte de tensions régionales, de l’axe Alger-Nouakchott.

Sur invitation du président Abdelmadjid Tebboune, son homologue de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a entamé, ce lundi une visite d’Etat de trois jours en Algérie. Au menu de la visite, figure le renforcement des liens de coopération, de partenariat et d’amitié entre deux pays voisins du Maghreb. Il sera question également de hisser les échanges économiques au niveau d’exception qui caractérise les relations politiques entre les deux pays. Alger et Nouakchott sont déterminés à aller de l’avant et à conjuguer leurs efforts pour ouvrir de larges perspectives à la coopération entre deux partenaires dont les relations sont amicales.

La volonté ferme d’impulser les échanges bilatéraux dans divers domaines, notamment sur le plan commercial, a été affichée ouvertement lors du déplacement, en septembre dernier à Nouakchott, du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, en qualité d’envoyé spécial du président de la République.

Les deux parties ont mis alors en exergue l’importance de la tenue d’une session d ela Grande Commission mixte, dans les plus brefs délais, et l’activation des mécanismes de coopération bilatérale en vue de garantir une exploitation optimale des opportunités, surtoutdans les domaines de la formation, de l’agriculture, de la santé et de l’éducation.
Joignant l’acte à la parole, les deux parties ont tenu la première session du comité bilatéral frontalier algéro-mauritanien au début du mois de novembre à Alger, en vertu d’un mémorandum d’entente signé en avril 2021à Nouakchott.

Le comité est un vecteur de renforcement des opportunités d’investissement, de réalisation des projets de partenariat dans les secteurs prioritaires au niveau des zones frontalières, depromotion des échanges économiques, commerciaux, culturels et sportifs et de désenclavement des localités. Parmi les projets prometteurs, figurent la réalisation d’une route stratégique entre Tindouf et Zouérate, la création d’une zone franche, l’organisation permanente de manifestations économiques et commerciales à Nouakchott et l’encouragement des opérateurs économiques algériens et mauritaniens à vendre leurs produits dans les marchés des deux pays.

Plus d’une centaine d’opérations d’exportation

Le comité a inscrit aussi l’intensification de la coordination sécuritaire sur les frontières à travers la création d’une commission regroupant les services de sécurité et la facilitation de l’intégration économique à la lumière d’une vision de développement à même de servir la sécurité et la stabilité des deux pays.

Sur le plan commercial, l’Algérie mise sur l’augmentation de ses exportations qui peuvent atteindre jusqu’à 50 millions de dollars. Leur valeur a augmenté de 205% au cours du premier trimestre2021, par rapport àla même période en 2020, selon les données de la Direction générale des Douanes. Entre janvier et mars 2021, 111 opérations d’exportation vers la Mauritanie ont été réalisées via le poste frontalier terrestre Chahid-Mustapha-Ben-Boulaïd dans la wilaya de Tindouf. Cela représente une hausse de plus de 113% du nombre d’opérations d’exportation via ce point de passage, par rapport au premier trimestre 2020. Les produits exportés sont constitués essentiellement de produits agroalimentaires, industriels comme les matières plastiques, le ciment, les produits d’emballage et d’hygiène.

Le recours au transport par avions-cargos d’Air Algérie a connu égalementuneaugmentationnotableen2020.Plusde 12 vols ont assuré l’exportation de produits agricoles algériens. Dans le cadre de la solidarité, l’Algérie a envoyé, en janvier 2021, deux missions médicales à Nouakchott pour soutenir la lutte contre la propagation de la pandémie de la Covid-19. Un signe fort de ce désir de conforter et diversifier les liens.

Wassila Ould Hamouda

Horizons, 28/12/2021

——————————————————–

Marché mauritanien : Une porte d’accès au marché de l’Afrique de l’Ouest

Pour les experts en économie, la Mauritanie pourrait devenir un partenaire commercial de premier plan dans les années à venir. L’Algérie pourrait, selon eux, compter sur Nouakchott pour consolider sa place en Afrique de l’Ouest, un marché en plein développement mais très concurrentiel.

«Le marché mauritanien est le plus ciblé par l’Algérie dans le domaine des exportations pour plusieurs raisons. La proximité tout d’abord. Etant un pays frontalier, nous gagnons en logistique et en transport routier. La diplomatie, ensuite. Les deux pays entretiennent d’excellents rapports historiques, politiques et diplomatiques qui faciliteront la mise en place de stratégies à moyen et long terme», explique l’expert en exportations, Moncef Zemmouchi. En outre, c’est un marché en pleine expansion dans différents secteurs. C’est donc une opportunité, selon lui, afin que nos opérateurs exportent également des services, la formation et l’expertise, dans les travaux publics, l’hydraulique, l’agriculture, l’électronique, et surtout dans la pêche. «Nos opérateurs ne doivent pas rater l’occasion d’investir en Mauritanie dans la transformation des produits de pêche. Surtout que ce pays est la porte de l’Afrique de l’Ouest à travers laquelle l’Algérie pourrait avoir accès à d’autres marchés. Comme la Mauritanie a ouvert son économie, nos opérateurs pourront profiter des allégements proposés aux investisseurs étrangers», estime-t-il. Par ailleurs, signale-t-il, si le projet de lignes ferroviaires entre le nord et le sud algérien aboutit, cela réduira considérablement le temps et les coûts de transport des marchandises de l’Algérie vers la Mauritanie.

Mais pour l’expert en économie, Hamza Boughadi, les choses ne sont pas aussi faciles. «La Mauritanie possède un marché certes important mais qui n’est pas aussi facilement accessible qu’on le pense. Ce marché peut être une belle opportunité pour les exportateurs nationaux qui sont en quête de partenariats durables. Mais ces derniers doivent savoir que ce marché est déjà inondé par des produits marocains et ceux de certains pays de l’Afrique de l’Ouest. C’est pour dire que la concurrence est rude», dit-il. L’autre contrainte, outre la concurrence, est le manque d’expérience de la plupart de nos opérateurs dans le domaine des exportations. Il est recommandé donc à ces derniers de s’outiller, de se former dans ce domaine et d’améliorer leurs produits afin de supplanter ceux des autres pays. «Les pouvoirs publics quant à eux sont appelés à investir davantage les canaux diplomatiques pour booster nos exportations. La visite du président mauritanien en Algérie va dans ce sens d’ailleurs», conclut-il.
Farida Belkhiri

Horizons, 28/12/2021

#Algérie #Mauritanie #Ould_el_Ghazouani #Tebboune