Le Maroc ne veut pas de flexibilité du dirham

Le Maroc ne veut pas de flexibilité du dirham – taux de change, Banque Almaghrib, FMI,

Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, continue de s’opposer à l’assouplissement du taux de change. Il n’est pas d’accord sur le fait que les marges de fluctuation devraient être à nouveau élargies, malgré les récentes recommandations du Fonds monétaire international.

Abdellatif Jouahri estime qu’il n’est pas opportun d’élargir davantage la marge de fluctuation du dirham, même si le FMI insiste. « Nous avons défendu notre position et dit que c’est à nous de décider du bon moment. Nous ne nous sentons pas encore prêts, même si techniquement tout est en ordre », a-t-il déclaré mardi lors d’une conférence de presse à l’issue du dernier conseil d’administration de la Banque. Al-Maghrib.

L’accélération des réformes recommandées par le Fonds monétaire international en cette période dominée par la crise sanitaire, fait peser des incertitudes et des risques sur le budget de l’État, a déclaré le gouverneur de la Banque centrale. « Si nous passons à la deuxième phase, nous nous dirigeons vers l’inflation », a-t-il déclaré. Il a souligné que « les conséquences sont plus dommageables que nous ne pouvons l’imaginer et inverser cela est difficile ».

Abdellatif Jouahri a également souligné que les partenaires économiques à l’importation et à l’exportation, notamment les petites et moyennes entreprises, ne sont pas prêts à mettre en œuvre la réforme. « Nous avons fait une tournée régionale et nous pensons qu’il faut une politique de formation pour qu’ils soient mieux équipés », a-t-il déclaré.

Le premier élargissement de la bande de fluctuation du dirham a eu lieu en septembre 2018, permettant à la monnaie nationale de gagner de ±0,3% à ±2,5%. Le deuxième assouplissement a eu lieu en mars 2020, avec des fluctuations allant jusqu’à ± 5 %. Depuis le début de la réforme, le dirham est resté relativement stable face à l’euro et au dollar, malgré les inquiétudes initiales.

Bladna, 26/12/2021

#Maroc #Dirham #Change #Devise #dévaluation