Ben Barka était un espion, selon des documents déclassifiés

Ben Barka était un espion, selon des documents déclassifiés – Maroc, Tchécoslovaquie, espionnage, services secrets, Guerre Froide,

Le chef de l’opposition marocaine Mehdi ben Barka était un espion, suggèrent les dossiers de la guerre froide
L’activiste assassiné à Paris en 1965 était un héros de la lutte mondiale contre l’impérialisme, mais les dossiers des services secrets tchécoslovaques jettent le doute sur son indépendance.

C’est l’une des grandes causes célèbres de la guerre froide. Vers midi, le 29 octobre 1965, Mehdi ben Barka , leader de l’opposition marocaine et héros de la gauche internationale, est enlevé alors qu’il arrive dans une brasserie de la rive gauche de Paris.

Au fil des ans, une grande partie de la vérité sur le meurtre du dissident de 46 ans a émergé : comment il a été emmené dans une maison au sud de Paris, torturé et tué par des agents des renseignements marocains. Mais de nombreuses activités de Ben Barka avant sa mort sont restées entourées de mystère. Aujourd’hui, de nouvelles recherches dans les archives des anciens États satellites soviétiques ont révélé que l’intellectuel charismatique, propagandiste et organisateur politique pourrait également avoir été un espion.

Des dossiers précédemment classifiés de Prague montrent que Ben Barka avait non seulement une relation étroite avec le Státní Bezpečnost (StB), le service de sécurité tchécoslovaque redouté, mais qu’il en a reçu des paiements substantiels, à la fois en espèces et en nature.

« Ben Barka est souvent décrit comme un combattant contre les intérêts coloniaux et pour le tiers-monde, mais les documents révèlent une image très différente : un homme qui jouait de plusieurs côtés, qui en savait beaucoup et savait aussi que l’information était très précieuse dans le froid. guerre; un opportuniste qui jouait à un jeu très dangereux », a déclaré le Dr Jan Koura, professeur adjoint à l’Université Charles de Prague, qui a eu accès au dossier.

Les conclusions seront controversées. Ben Barka est toujours un héros pour beaucoup à gauche, et sa famille nie catégoriquement toute accusation selon laquelle il aurait été impliqué dans l’espionnage ou aurait eu des liens étroits avec un État.

La possibilité d’un lien entre Ben Barka et le StB a été évoquée pour la première fois il y a près de 15 ans, bien que peu de personnes aient prêté une grande attention aux enquêtes menées par un journaliste tchèque. Mais Koura a non seulement pu accéder à l’intégralité du dossier Ben Barka dans les archives du StB, mais a également recoupé ses 1 500 pages avec des milliers d’autres documents secrets nouvellement publiés.

« Il n’y a aucun doute sur [la connexion tchèque]. Tous les documents le confirment », a déclaré Koura à l’ Observer .

Selon le dossier consulté par Koura, les relations de Ben Barka avec le StB ont commencé en 1960, lorsqu’il a rencontré son espion le plus haut placé à Paris après avoir quitté le Maroc pour échapper au régime de plus en plus autoritaire du roi Mohammed V. Sa patrie, une ancienne colonie française, avait pro-occidental depuis le début de la guerre froide, mais s’était récemment rapproché de Moscou. Les espions de Prague espéraient que cet éminent leader de la lutte pour l’indépendance du Maroc et fondateur de son premier parti d’opposition socialiste fournirait des renseignements précieux, non seulement sur les développements politiques dans le royaume, mais aussi sur la pensée des dirigeants arabes tels que le président égyptien , Gamal Abdel Nasser .

Ben Barka était également une figure majeure du « mouvement anti-impérialiste des nations africaines et asiatiques », a noté le StB, dont les contacts comprenaient Malcolm X, Che Guevara et le jeune Nelson Mandela. Peu de temps après leurs premières réunions, le StB a rapporté que Ben Barka était une source d’informations « extrêmement précieuses » et lui a donné le nom de code « Cheikh », révèlent les archives.

En septembre 1961, selon le dossier, Ben Barka avait reçu 1 000 francs français du StB pour des rapports sur le Maroc qui, selon lui, étaient copiés du bulletin interne du service de renseignement français à l’étranger. En fait, le matériel était accessible au public, ce qui a provoqué la colère et l’embarras à Prague lorsque la tromperie a été découverte. Ben Barka s’est néanmoins vu proposer un voyage tous frais payés en Afrique de l’Ouest pour recueillir des renseignements sur les activités américaines en Guinée équatoriale. Cette mission a été considérée comme un succès.

Les Tchécoslovaques commencèrent bientôt à soupçonner que Ben Barka avait également des relations avec d’autres acteurs de la guerre froide, apprenant en février 1962 d’un agent en France que « Cheikh » avait rencontré un syndicaliste américain au bar L’Éléphant Blanc à Paris et avait reçu un chèque fait en dollars américains. Cela a conduit à craindre que Ben Barka ait des liens avec la CIA, qui tenait à soutenir la réforme démocratique au Maroc et à sécuriser le royaume pour le camp occidental. Le StB devait recevoir d’autres rapports alléguant que Ben Barka était en contact avec les États-Unis, bien que le politicien marocain ait toujours nié cela lorsqu’il était confronté, a déclaré Koura.

La relation s’est néanmoins poursuivie. Les Tchécoslovaques ont invité Ben Barka à Prague, où il a accepté d’aider à influencer la politique et les dirigeants africains en échange de 1 500 £ par an.

Ben Barka a été envoyé en Irak pour obtenir des informations sur le coup d’État de février 1963, pour lequel il a reçu 250 £, selon les documents. En Algérie, il a rencontré à plusieurs reprises Ahmed ben Bella, le président et un ami, et a rendu compte de la situation dans le nouvel État indépendant.

Au Caire, on lui a demandé de recueillir des informations auprès de hauts responsables égyptiens qui pourraient aider les Soviétiques dans les négociations lors d’une visite de Nikita Khrouchtchev , le premier ministre soviétique. Les rapports de Ben Barka sont parvenus aux services de renseignement soviétiques, qui ont jugé le matériel fourni comme « très précieux ». En récompense de ses services, lui et ses quatre enfants ont été invités en vacances dans un spa en Tchécoslovaquie, révèle les recherches de Koura.

« Ben Barka n’a jamais admis qu’il collaborait [avec les services de renseignement], et le StB ne l’a jamais répertorié comme un agent, juste comme un « contact confidentiel ». Mais il fournissait des informations et était payé », a déclaré Koura.

« Il était très intelligent, un gars très intelligent. Il n’y a pas de document avec sa signature, il n’y a pas d’échantillons de son écriture. Il a été interrogé oralement pendant des heures… Parfois, il utilisait une machine à écrire mais refusait d’écrire quoi que ce soit à la main.

Les motivations de Ben Barka, militant engagé arrêté et emprisonné à plusieurs reprises au Maroc, restent floues.

Ses défenseurs disent qu’il était prêt à discuter à plusieurs reprises de la situation internationale avec les responsables tchécoslovaques, car c’était le meilleur moyen de les influencer. Ils disent aussi que bien que les analyses de Ben Barka aient pu être utiles au StB, cela ne fait pas de lui « un agent », quoi qu’aient écrit des bureaucrates ambitieux et des espions sur des notes internes.

Ils soutiennent également qu’un tel rôle aurait été incompatible avec l’engagement de Ben Barka à préserver « le mouvement du tiers-monde de l’influence soviétique et chinoise ».

Bachir ben Barka, qui vit dans l’est de la France, a déclaré à l’ Observer que les relations de son père avec les États socialistes et autres étaient simplement celles que l’on pouvait attendre de toute personne profondément engagée dans la lutte mondiale contre l’impérialisme et l’exploitation coloniale à l’époque, soulignant que les documents étudiés par Koura avaient été « produits par un service de renseignement, [et étaient donc] peut-être édités ou incomplets ».

Koura est moins convaincu de l’altruisme de Ben Barka. « Il y avait à la fois du pragmatisme et de l’idéalisme. Je ne le condamne pas. La guerre froide n’était pas seulement en noir et blanc », a-t-il déclaré.

Dans ses derniers mois, Ben Barka était occupé à organiser la Conférence tricontinentale, un événement qui réunirait à Cuba des dizaines de mouvements de libération, des groupes révolutionnaires et leurs sponsors. La conférence allait devenir un moment crucial dans l’histoire de l’anticolonialisme international dans les années 1960 et 1970, et le militant vétéran voulait présider l’événement.

Mais les Soviétiques soupçonnaient qu’il était devenu trop proche des Chinois, leurs rivaux pour le leadership de la gauche mondiale. Des responsables soviétiques ont déclaré au StB que Ben Barka avait reçu 10 000 $ de Pékin et ont fait pression sur le service pour lui retirer tout soutien ou protection.

Néanmoins, le StB a amené Ben Barka à Prague pour une semaine de formation en communications, codes, surveillance et contre-surveillance. C’était trop peu, trop tard, cependant. Une semaine après avoir demandé une arme de poing au StB, Ben Barka a été enlevé et tué.

Bien qu’il ait ordonné une enquête, le président Charles de Gaulle a nié toute implication des services secrets français et de la police. La France et les États-Unis n’ont pas encore publié de documents secrets clés sur l’affaire.

Prague a tenté d’imputer l’assassinat apparent de Ben Barka à la CIA, révèlent les nouveaux documents tchécoslovaques. Cela a dupé quelques-uns. Dans un document obtenu par l’ Observer en vertu des lois britanniques sur la liberté d’information, les diplomates londoniens louent la « modération » dont fait preuve Paris face aux preuves « accablantes » de la responsabilité des services de renseignement marocains.

The Guardian, 26/12/2021

#Maroc #Mehdi_ben-Barka #Tchécoslovaquie #Guerre_froire #Services_secrets #Espionnage