Selon Cembrero, la France était derrière le hacker Coleman

Selon Cembrero, la France était derrière le hacker Coleman – Maroc, DGED, Mourad El Ghoul, Sahara Occidental, Front Polisario,

Le journaliste Ignacio Cembrero n’a pas publié de « boîte » ou de « scoop » journalistique : il a déclenché une véritable « bombe » en révélant que le célèbre « Hacker » Chris Coleman (qui a publié des centaines de documents secrets compromettants de la haute institution marocaine d’espionnage et de contre-espionnage -services d’espionnage) , n’était autre que les services secrets français eux-mêmes…!!!

Une liste de centaines de documents publiés par « Chris Coleman » depuis le 3 octobre 2014 peut être consultée sur le site Web d’ARSO

« Rabat a coupé la coopération antiterroriste avec Paris et l’espionnage français s’est vengé en utilisant « Twitter » pour dévoiler des centaines de documents marocains confidentiels »

El Confidentiel – Par Ignacio Cembrero 30/05/2021

Soudain, à partir du 2 octobre 2014, d’un profil Twitter anonyme (@chris_coleman24), des documents secrets d’Omar Hilale (ambassadeur du Maroc à l’ONU) sur le Sahara occidental, à une lettre de recommandation pour sa fille du ministre marocain des Affaires étrangères à l’époque, Salahedin Mezzouar, ont été largués sur ce réseau social.

Avec des hauts et des bas, jusqu’au début de 2015, des centaines de documents de la diplomatie marocaine et du service secret d’espionnage, la Direction générale des études et de la documentation (DGED) ont été mis au jour, accompagnés de quelques lettres ou photographies privées, comme celles du mariage de la ministre Mbarka Bouaida, tous sans conséquence. Le tweeter anonyme a montré de la sympathie pour le Front Polisario et a déclaré en français vouloir « déstabiliser le Maroc ».

Six ans plus tard, les soupçons sur qui se cachait derrière ce profil, qui reprenait le nom de l’entraîneur de l’équipe de football galloise, ne pointent plus vers un jeune « hacker » indépendantiste sahraoui ou vers les services secrets algériens, comme plusieurs ministres et des journalistes marocains l’avaient dénoncé à l’époque. Ils pointent du doigt la Direction générale de la sécurité extérieure (DGED), les services secrets français.

La colère de Rabat contre Paris a commencé le 20 février 2014 lorsque sept policiers de la justice française ont frappé à la porte de la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Paris, où Abdellatif El Hammouchi, chef de la direction générale de la surveillance territoriale, l’élite policière marocaine considéré comme la brigade politico-sociale à l’époque de Franco. El Hammouchi avait été accusé de torture par deux Marocains résidant en France et un Sahraoui emprisonné à Salé. Un juge a voulu entendre ses déclarations. Il a refusé et s’est enfui rapidement avant que le magistrat n’ordonne son arrestation.

Le roi Mohamed VI et son entourage proche ont pris le même jour la décision de rompre la coopération judiciaire avec Paris et l’ont annoncée dans un communiqué. Ils ont également suspendu la coopération antiterroriste, bien que Rabat n’ait pas rendu publique cette deuxième décision. A cette époque, la France était frappée par le terrorisme et de nombreux attentats ont été perpétrés par des Européens d’origine marocaine.

Les plus hautes autorités marocaines ont alors infligé à la France une sanction similaire à celle qu’elles viennent d’infliger à l’Allemagne et envisagent d’appliquer pour la deuxième fois à l’Espagne. La première date d’août 2014. Cherkaoui Habboud, directeur de l’Office central des enquêtes judiciaires, a confirmé mercredi, dans une interview au journal numérique ‘Rue 20’, l’interruption de la collaboration avec Berlin. Il a également prévenu que l’hospitalisation en Espagne de Brahim Ghali, chef du Front Polisario, « menace de provoquer la suspension de la coopération dans le domaine de la sécurité entre les deux pays ».

Trois mois après la rupture de Rabat avec Paris, le 24 mai 2014, « Le 360″, un journal numérique marocain, a révélé le nom du chef des services secrets français accrédité à Rabat comme étant le deuxième secrétaire de l’ambassade de France. La femme, une lieutenant-colonel surnommée « lionne » par ses collègues, a dû quitter le pays en vitesse. Le 360 » est, selon « Le Monde », un média « très proche de Mounir Majidi, le secrétaire particulier du roi Mohamed VI ».

Un mois après cet épisode, le 25 juin 2014, Mustafa Adib, l’un des plus farouches opposants à la monarchie alaouite, a été interviewé pour la première fois par la chaîne de télévision arabophone France 24, qui dispose d’une large audience au Maghreb et auquel consacre beaucoup de temps d’antenne. Adib, un ancien capitaine de l’armée de l’air qui a dénoncé la corruption parmi les militaires et s’est retrouvé en exil à Paris, s’est depuis fréquemment manifesté devant les caméras de cette chaîne publique française.

Trois mois plus tard, le faux profil de Chris Coleman a commencé à inonder Twitter de documents et d’e-mails marocains confidentiels. Le fleuron de ce Wikileaks en version marocaine a peut-être été la révélation de l’accord verbal conclu en novembre 2013 par le président Barack Obama avec Mohamed VI, qu’il a reçu à la Maison Blanche.

Obama a déclaré à son invité qu’il renonçait à demander au Conseil de sécurité de modifier le mandat de la Minurso, le contingent de l’ONU déployé au Sahara occidental, afin qu’il soit compétent en matière de droits de l’homme. En échange, le monarque s’est engagé à établir un programme de visites au Sahara du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, à arrêter les tribunaux militaires qui jugent des civils et à légaliser les associations indépendantistes sahraouis. Il ne tiendrait que partiellement ses promesses.

Dans ce volume de documents déposés sur Twitter, plusieurs centaines concernaient l’Espagne. Nadia Jalfi, épouse de Gustavo Arístegui, qui était porte-parole du Groupe populaire au Congrès et ambassadrice en Inde, a échangé 150 courriels entre 2008 et 2011 avec Mourad el Ghoul, directeur de cabinet du patron de la DGED. Il a pris des commandes de sa part et a également formulé des propositions liées à la presse italienne et française et à un cinéaste espagnol désireux de « dévoiler la souveraineté historique du Maroc sur le Sahara ». Par l’intermédiaire d’un de ses plus proches collaborateurs, Jalfi a expliqué à ce journaliste qu’elle travaillait durant ces années pour une agence de communication et qu’il ne connaissait pas El Ghoul.

Ahmed Charai, un homme d’affaires marocain de la presse, est également en contact permanent depuis des années avec El Ghoul, selon des courriels publiés par le faux profil. Les commandes qu’il a reçues étaient plus complètes que celles de Jalfi et comprenaient des paiements à plusieurs journalistes français bien connus et à un américain. Il a été arrêté en 2011 à l’aéroport de Dulles (Washington) pour avoir tenté d’introduire plus d’argent aux États-Unis que ce qui était autorisé.

La même année, Charai a été condamné par le tribunal provincial de Madrid à payer 90 000 euros pour « dommages moraux » à l’ancien président du gouvernement espagnol José María Aznar et à publier la condamnation dans trois journaux espagnols et trois journaux marocains, ce qu’il n’a pas fait. « Rachida Dati enceinte d’Aznar », titre en Une de « L’Observateur du Maroc », l’hebdomadaire dont il est propriétaire, a poussé l’ancien président espagnol à le poursuivre en justice. Charai a affirmé qu’Aznar était le père de la fille que la ministre française de la Justice attendait à l’époque.

Parallèlement à cette fausse information de l’hebdomadaire marocain, le magazine espagnol ‘Interviú’ a reçu un lot de photographies d’Aznar avec Dati à Paris, prises devant un restaurant. « Les photos les plus embarrassantes d’Aznar » était le titre en première page d' »Interviú », essayant de donner de la crédibilité à ce que Charai a publié. Des années plus tard, on savait que le père de la fille était l’homme d’affaires français Dominique Desseigne. Des sources du renseignement espagnol pensent que l’épisode était une tentative de la DGED de ternir l’image d’Aznar, le chef du gouvernement espagnol qui avait la pire relation avec Mohamed VI. Interrogé sur l’authenticité de ses e-mails de signature, Charai n’a jamais répondu à ce journaliste.

Un troisième épisode révélé par le tweeter laisse la diplomatie espagnole dans un très mauvais état. Le 27 octobre 2013, deux jeunes hommes de Melilla ont été abattus par la Marine royale marocaine. Le gouvernement marocain a promis en décembre d’envoyer au gouvernement espagnol les résultats de ses enquêtes, mais aucune information n’est jamais parvenue à Madrid.

Gonzalo de Benito, secrétaire d’État adjoint au ministère des Affaires étrangères, a rencontré Badreddine Abdelmoummi, « numéro deux » à l’ambassade du Maroc à Madrid, dans les couloirs d’une conférence sur l’Afrique, le 28 mai 2014. « Il m’a indiqué que son gouvernement [espagnol] serait satisfait de toute explication que le Maroc pourrait donner pour résoudre cette affaire », a écrit Abdelmoummi à ses chefs à Rabat. Le Maroc est resté silencieux.

Le faux profil, fermé à plusieurs reprises par Twitter à la demande des autorités marocaines, mais qui réapparut sous un autre nom, a disparu début janvier 2015. A la fin de ce mois, Mohamed VI entame un séjour à Paris qu’il n’avait plus visité depuis plus d’un an. Bien que son séjour ait été privé, il a été reçu par le président de l’époque, François Hollande. Les deux hommes ont souligné leur détermination « à lutter ensemble contre le terrorisme et à coopérer pleinement dans le domaine de la sécurité ».

La France avait encore des devoirs à faire pour se réconcilier avec le Maroc. En juillet 2015, l’Assemblée nationale française a approuvé un amendement au protocole sur la coopération judiciaire en matière pénale entre les deux pays. Les juges français étaient paralysés si les faits allégués – la pratique de la torture – étaient commis au Maroc. Plusieurs ONG de défense des droits humains ont remis en question la constitutionnalité du nouveau protocole.

La DGSE, les services secrets français, n’a pas reconnu avoir inspiré ces tweets si nuisibles aux espions et diplomates marocains. Cependant, il existe de nombreuses indications que ce sont eux qui les ont mis en circulation. Mustafa Adib, l’ancien capitaine si prodigue à la télévision à l’époque, est venu s’excuser en février 2019 sur sa page Facebook. « Mes apparitions sur France 24 ont été faites dans le cadre d’une transaction avec les services secrets français au plus haut niveau (…) », a-t-il révélé.

Adib s’est prêté à être l’un des outils de la DGSE française pour se venger de la DGED marocaine. L’autre, le plus puissant, était très probablement le piratage des e-mails et des ordinateurs de l’espionnage et de la diplomatie marocaine, afin de divulguer plus tard une petite partie de ce qui a été volé via Internet.

AAPSO, 31/05/2021

#Maroc #France #DGED #Hacker_Chris_coleman #Espionnage #Sahara_Occidental