ONU: Comité contre la torture demande au Maroc de suspendre l’extradition d’Idris Hasan

ONU: Comité contre la torture demande au Maroc de suspendre l’extradition d’Idris Hasan – Chine, droits de l’homme,

Immédiatement après la décision de la Cour de cassation marocaine en faveur de la demande d’extradition d’Idris Hasan (Yidireshi Aishan) par la Chine, le 15 décembre, Safeguard Defenders et Mena Rights Group ont déposé une plainte urgente auprès du Comité des Nations Unies contre la torture.

Le 20 décembre, Safeguard Defenders et Mena Rights Group ont reçu la confirmation directe que le Comité a émis des mesures provisoires demandant au Maroc de ne pas extrader Idris Hasan vers la Chine pendant que la plainte est entièrement examinée par le Comité. En tant qu’État partie ayant déclaré la compétence du Comité en vertu de l’article 22 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, le Maroc est tenu par ses obligations internationales de respecter ces mesures.

Le 16 décembre 2021, quatre procédures spéciales de l’ONU (Nils Melzer, rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ; Fionnuala Ní Aoláin, rapporteur spécial sur la promotion et la protection des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme ; Mary Lawler, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme ; Fernand de Varennes RP, rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités) avait également appelé le gouvernement marocain à suspendre l’extradition d’Idris Hasan vers la Chine, citant le risque de « violations graves des droits de l’homme, y compris la détention arbitraire , disparition forcée, ou torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

Les experts des droits de l’homme ont réaffirmé qu’ « aucun État n’a le droit d’expulser, de renvoyer ou d’éloigner de toute autre manière une personne de son territoire dès lors qu’il existe des « raisons substantielles » de croire que la personne risquerait d’être soumise à la torture dans l’État de destination. , y compris, le cas échéant, l’existence dans l’État concerné d’un ensemble constant de violations flagrantes, flagrantes ou massives des droits de l’homme.

Les experts ont également rappelé l’annulation de la notice rouge d’Interpol 2017 publiée en août 2021, après de nombreux reportages médiatiques sur l’arrestation d’Idris Hasan à l’aéroport de Casablanca fin juillet. À la suite d’une révision, Interpol a reconnu aux autorités marocaines que l’avis avait été jugé « non conforme » notamment pour sa violation de l’article 3 de la Constitution de l’Organisation, interdisant strictement à Interpol d’entreprendre toute intervention ou activité d’ordre politique, militaire, religieux ou racial. personnage. Malgré des demandes répétées, Interpol n’a pas encore fourni à la défense d’Idris Hasan les « nouvelles informations » qui l’ont amenée à confirmer que la persécution de ce défenseur des droits humains ouïghour est fondée sur des motifs politiques, militaires, religieux ou raciaux.

***

16 décembre 2021 – Après des mois d’incertitude, le 15 décembre, la Cour de cassation marocaine a statué en faveur de la demande d’extradition de la République populaire de Chine pour l’Ouïghour Idris Hasan (article complet sur la détention et les procédures d’Idris Hasan ici ).

Idris a été arrêté le 19 juillet à l’aéroport de Casablanca sur la base d’une notice rouge d’Interpol publiée en 2017 que le même Interpol s’est retirée à la suite de nombreux reportages médiatiques sur l’affaire, car la notice a été jugée « non conforme » à la constitution de l’organisation interdisant la persécution à des fins politiques. , des motifs religieux ou ethniques ( l’historique complet de l’annulation de la notice rouge par Interpol ici ).

Interpol s’est commodément essuyé les mains de l’affaire – et n’a pas fourni la défense juridique préconisée avec les « nouvelles informations » qu’il aurait reçues à la suite de la détention d’Idris Hasan qui l’ont conduit à évaluer le « non-respect » – en déclarant aux autorités marocaines que suite à l’émission d’un mandat d’arrêt bilatéral provisoire de la RPC, l’affaire pourrait néanmoins avancer selon les termes du traité bilatéral d’extradition entre les deux pays qui n’est entré en vigueur qu’après sa ratification par Pékin le 22 janvier de cette année. Signalant la pression de la RPC pour de tels traités bilatéraux ces dernières années, le traité a été signé en mai 2016, dans le cadre d’un partenariat stratégique entre le Maroc et la RPC avec pas moins de quinze accords signés le même jour par le Roi Mohammed VI et Xi Jinping au Palais du Peuple à Pékin, portant notamment sur les aspects économiques, financiers, industriels, culturels, domaines du tourisme, de l’énergie, des infrastructures et consulaire. Le Maroc avait ratifié le traité en 2017.

Le cas d’Idris Hasan – accusé de « terrorisme » et « d’incitation au terrorisme » par les autorités de la RPC – était le tout premier aux termes du nouveau traité, exacerbant les inquiétudes quant à la nature politique des procédures judiciaires au Maroc. La Cour de cassation chargée de statuer sur la demande d’extradition sans entrer dans le fond des accusations a été convoquée six fois avant son arrêt d’hier. Le jugement écrit n’a pas encore été mis à la disposition des avocats de la défense, mais la décision de la Cour sera désormais transférée au chef de l’État marocain qui signera la décision en décret, après quoi le ministère de la Justice sera chargé de son exécution en coordination avec ses homologues de la RPC. .

Il n’existe pas au Maroc de voies de recours internes pour contester la décision. Safeguard Defenders et Mena Rights Group, en consultation avec l’équipe juridique d’Idris Hasan au Maroc, ont donc immédiatement déposé un recours demandant des mesures provisoires auprès du Comité des Nations Unies contre la torture, qui peut examiner des plaintes individuelles alléguant des violations des droits énoncés dans la Convention contre la torture et Autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants par les États parties qui ont fait la déclaration nécessaire en vertu de l’article 22 de la Convention. Le Royaume du Maroc a fait une telle déclaration, permettant le dépôt d’une telle plainte demandant la suspension de l’exécution du jugement d’extradition sur la base du principe universel de non-refoulement.

En attendant la décision du Comité des Nations Unies contre la torture et en remerciant les nombreux acteurs saisis d’avoir pris toutes les mesures possibles et d’élever la voix pour empêcher cette extradition d’aller de l’avant, à ce stade, Safeguard Defenders fait la déclaration intérimaire suivante :

**

« Nous sommes profondément déçus que la Cour de cassation marocaine ait décidé d’ignorer les nombreuses preuves fournies par l’avocat de la défense de la torture, du procès inéquitable et du risque élevé de disparition forcée auxquels Idris Hasan est exposé s’il est extradé vers la RPC, en particulier après le retrait de la La notice rouge d’Interpol a mis en évidence les motifs politiques de sa persécution.

Comme il n’y a pas de recours juridiques internes disponibles, Safeguard Defenders et Mena Rights Group ont immédiatement soumis un appel urgent au Comité des Nations Unies contre la torture (CAT) demandant des mesures provisoires pour arrêter l’exécution de cette extradition. Le Maroc serait lié par une telle décision de la CAT et nous espérons qu’ils prendront ces mesures provisoires de toute urgence.

Nous appelons également tous les gouvernements démocratiques du monde à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter cette extradition, qui interviendrait quelques jours seulement après que le tribunal indépendant ouïghour a établi qu’un génocide a été commis par les autorités du PCC au Xinjiang, une évaluation faite précédemment par les gouvernements et Parlements du monde entier.

Les membres de l’Alliance interparlementaire sur la Chine ont déjà écrit à leurs ambassades marocaines locales pour réitérer leur grave préoccupation et demander aux autorités marocaines de se conformer à son obligation internationale de non-refoulement.

En août de cette année, quatre procédures spéciales de l’ONU ont envoyé une lettre au gouvernement marocain soulignant leur extrême préoccupation et les violations en cours au Xinjiang. La semaine dernière encore, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour les défenseurs des droits de l’homme, Mary Lawlor, a appelé expressément à la libération d’Idris Hasan. Nous faisons écho à cet appel et réitérons l’urgence de faire mieux pour protéger ces personnes les plus à risque.

Alors que de plus en plus de personnes tentent d’échapper au régime cruel de la RPC ces dernières années, le nombre de moyens légaux et illégaux employés par la RPC pour les traquer et les ramener en Chine « par tous les moyens » augmente rapidement. La semaine dernière encore, Deutsche Welle a rapporté que 90% des Ouïghours à l’étranger ont été harcelés ou intimidés par la RPC, tandis que les militants pro-démocratie de Hong Kong en exil sont confrontés à des menaces croissantes.

Safeguard Defenders réitère donc son appel à la suspension immédiate des traités d’extradition bilatéraux avec la RPC comme demandé par le Parlement européen et à l’émission de mesures spéciales de protection et de signalement pour ces communautés à risque. Nous ne pouvons pas rester debout pendant que leurs droits fondamentaux sont bafoués dans le monde entier.

Le cas d’Idris Hasan le démontre tragiquement. Nos pensées et nos actions vont maintenant d’abord et avant tout avec lui, ainsi qu’avec sa femme et ses trois enfants qui traversent un enfer, sachant qu’ils ne se reverront peut-être plus jamais. Cela doit être arrêté et un refuge doit leur être fourni de toute urgence. »

Safeguard Defenders, 20/12/2021

#Maroc #Chine #Aishan_Yidiresi #Extradition #ONU #CHDH