Média : Le Maroc, un cauchemar permanent pour l’Espagne

Média : Le Maroc, un cauchemar permanent pour l’Espagne – Ceuta, Melilla, Sahara Occidental, Algérie, UE,

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, assure que Rabat et Madrid sont sur la « bonne voie », mais aucun geste ne vient étayer ce rapprochement.
« Je suis heureux qu’il n’y ait pas de crise avec le Maroc en ce moment, mais je ne suis pas satisfait, je veux une relation qui soit à la hauteur des normes du XXIe siècle ». José Manuel Albares, le ministre espagnol des Affaires étrangères, a déclaré ce jeudi devant le Sénat espagnol que les relations avec Rabat sont sur la « bonne voie ». Malgré les efforts déployés par M. Albares pour s’attirer les faveurs du gouvernement du pays d’Afrique du Nord, Rabat a ignoré Madrid comme destination pour ses ambassadeurs nouvellement nommés. Elle a également contourné Berlin. M. Albares n’a pas encore posé le pied sur le sol marocain dans le cadre d’une visite officielle. Et Ceuta et Melilla restent fermées. La route est pavée. Les relations avec le Maroc sont un éternel cauchemar pour l’Espagne.

L’année 2021 a été particulièrement compliquée pour cette relation bilatérale, marquée par les questions du Sahara, de Ceuta et Melilla et leurs implications migratoires et sécuritaires, ainsi que par l’aggravation des tensions entre le Maroc et l’Algérie.

Comme le dit Javier Otazu, ancien correspondant à Rabat de l’agence de presse Efe, « le Maroc et l’Algérie s’enhardissent » dans cette lutte. Selon Eduard Soler, chercheur au CIDOB, cette coïncidence avec la crise algérienne « oblige précisément l’Espagne à faire preuve d’une grande finesse, car elle doit se réconcilier avec le Maroc sans crisper la situation avec l’Algérie sur le gaz et la question migratoire ». À l’exception peut-être du Mali, l’Espagne est le pays qui a le plus souffert de cette rivalité croissante entre Rabat et Alger ».

Mauvaise gestion des attentes
Le soutien de Donald Trump à la reconnaissance de la propriété marocaine du Sahara a provoqué l’euphorie dans le royaume alaouite. Ils pensaient que la décision des États-Unis entraînerait leurs alliés européens dans son sillage, mais ce ne fut pas le cas. L’Allemagne a clairement indiqué qu’elle s’en tenait à l’ONU sur la question du Sahara et continue de le faire, même si, ces derniers jours, Rabat a tenté d’interpréter les déclarations de la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, sur les options sur la table pour résoudre la question du Sahara comme un geste de rapprochement. Peu après, le gouvernement de Berlin a insisté sur le fait que rien n’avait changé.

Ce malaise vis-à-vis de l’UE a été clairement exprimé par le chef de la diplomatie marocaine, Naser Bourita, dans son discours devant le Parlement à Rabat le 15 novembre, lorsqu’il a déclaré que son pays « doit se libérer de la logique du chantage de l’Europe ». M. Bourita a insisté, comme l’a fait le roi Mohammed VI lors de l’anniversaire de la Marche verte, sur le fait que tout accord avec l’UE était subordonné au « respect de la souveraineté marocaine » sur le Sahara occidental.

D’une part, l’Espagne doit faire preuve de prudence car le Maroc ouvre le robinet de l’immigration à la moindre occasion ou prolonge la fermeture de Ceuta et Melilla, comme il le fait actuellement, mais il est également vrai que le Maroc n’obtient pas ce qu’il veut pour le moment et a un problème de gestion des attentes.

« En ce moment, il y a un discours qui pourrait marquer le début de la détente, mais il manque des faits tangibles, comme le retour d’un chef de mission, quelque chose d’important… Le Maroc a une longue histoire de crises avec différents pays, mais elles n’ont pas tendance à s’accumuler. En Espagne, il y a eu des hauts et des bas. Les moments les plus compliqués seraient Perejil et la crise la plus récente à Ceuta. Rabat a un problème de gestion des attentes. Comme de plus en plus de pays ne se sont pas joints à l’initiative de Trump, le Maroc est resté frustré. L’UE cherche un règlement négocié sur le Sahara. Il ne veut pas que le gagnant prenne tout, comme le veut le Maroc », déclare Haizam Amirah Fernández, chercheur à l’Institut royal Elcano.

Cette déception à l’égard de l’Europe a été particulièrement évidente avec Berlin et Madrid. Bien que le Maroc ait espéré que la chancelière Merkel fasse un geste envers le roi Mohammed VI lors de ses adieux, cela n’a pas été le cas, mais il est clair que Rabat est désireux de rétablir les relations avec Berlin, en profitant du changement de gouvernement. Dans le cas de Madrid, tout porte à croire que le Maroc aime gérer le tempo et ne voit pas encore l’heure de l’action.

L’impact du Maroc sur l’histoire de l’Espagne
Pourquoi la relation avec le Maroc est-elle si délicate ? Comme le dit Eduard Soler, chercheur au CIDOB, « il y a peu de pays qui ont un conflit territorial ouvert, quelque chose qui rend la relation différente. En même temps, il existe un fort héritage historique qui a alimenté le nationalisme dans les deux pays. Au cours du siècle dernier, les relations avec le Maroc ont marqué la politique intérieure : de la Semaine tragique à la crise de la Restauration, en passant par la guerre civile, le franquisme et plus tard la Marche verte. Aucun autre pays n’a eu une telle influence sur notre politique intérieure.

Le Maroc est l’un des plus importants partenaires commerciaux en dehors de l’Union européenne. Plus de 600 entreprises sont basées au Maroc et emploient quelque 20 000 personnes. Et très important : l’Espagne abrite près d’un million de Marocains. Nous sommes condamnés à nous comprendre, mais il est impossible que la relation soit celle de bons voisins.

« Le problème avec le Maroc est qu’après avoir provoqué le flux de migrants vers Ceuta en mai, il est devenu un voisin imprévisible. C’était une réaction excessive. Ces relations sont difficiles à prévoir. Rabat utilise toujours le joker de la France, qui se range toujours de son côté. Et il flirte avec la France et la Russie parce qu’il pense que l’UE est en proie aux obligations bureaucratiques et aux mécanismes démocratiques. Il n’a jamais compris l’essence démocratique de l’UE. Nous ne pouvons pas avoir une relation du XXIe siècle avec le Maroc parce qu’il a un système politique du XIXe siècle », explique Javier Otazu, auteur de Los tres jaques del rey de Marruecos.

De l’avis de Haizam Amirah Fernández, « il est frappant de constater que Rabat a pensé que c’était une bonne décision de jouer la carte de l’immigration massive à Ceuta et a cru qu’elle aurait des défenseurs comme la France. C’est un acte qui a terni son image et remis en question sa fiabilité ».

Dans son livre, Javier Otazu affirme qu' »en 2021, le Maroc a dégradé son image et dilapidé une grande partie du soft power accumulé pendant une décennie ». La grande erreur de calcul a été commise par le royaume alaouite lorsqu’il a encouragé le flux migratoire en réaction aux soins hospitaliers prodigués au chef du Front Polisario, Brahim Ghali, en Espagne. C’est le ministre des affaires étrangères, Arancha González Laya, qui a fini par payer pour une décision du gouvernement souverain de Sánchez. « Bien que ce que Rabat a fait soit inadmissible, elle n’a pas vraiment perdu. Les relations avec l’Espagne sont très inégales et l’Espagne finit toujours par céder ».

En réalité, il s’agissait d’une colère contre le manque de soutien de l’Espagne à la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara. Mohamed VI soutient que sur le Sahara, il n’y a pas de demi-mesure : vous êtes soit avec le Maroc, soit contre le Maroc. Vous êtes soit un traître, soit loyal.

Mais l’Espagne, comme le dit l’ancien correspondant à Rabat, ne peut être à l’avant-garde d’un tel geste. « Le Maroc sait que le temps joue en sa faveur, mais je suis surpris qu’il soit si déterminé à faire changer d’avis l’Espagne, car il pense que cela entraînera le reste dans sa chute. Le conflit a été gagné. Ce n’est qu’une question de temps », souligne M. Otazu.

Les Marocains sont engagés dans le Sahara depuis des années. Ils ont dépensé beaucoup de temps et d’argent et ont mis leurs lobbies au service de cette cause de manière intensive. Aux États-Unis, leurs efforts ont porté leurs fruits. Ils ont bénéficié du soutien du lobby juif en raison de leurs liens avec les Juifs marocains. Dans l’Union européenne, ils tirent également leurs ficelles, mais ils n’ont pas réussi à empêcher le rejet de la crise qu’ils ont provoquée à Ceuta en mai. Ni le jugement contre la Cour de justice de l’UE pour l’utilisation des ressources sahraouies. C’est pourquoi le chef de la diplomatie européenne s’en prend aux gouvernements européens qu’il veut, dit-il, « faire sortir de leur zone de confort ».

Il est curieux que les Marocains, qui se sentent déçus par l’UE, aient néanmoins tendance à se tourner vers le Nord comme point de référence. Certains veulent migrer pour des raisons économiques, d’autres pour bénéficier d’une plus grande liberté. Et dans ce Nord se trouve l’Espagne, un pays qu’ils connaissent mieux que les Espagnols ne les connaissent. Quoi qu’il en soit, l’Espagne et le Maroc sont condamnés à se comprendre. Comme le souligne Eduard Soler, « l’Espagne ne peut pas se permettre d’être à couteaux tirés avec le Maroc. Elle nuit à la population de Ceuta et Melilla, aux secteurs d’activité, partout… Et le désir d’apaisement est réciproque. Cependant, les rythmes sont différents ».

El Independiente, 18/12/2021

#Espagne #Maroc #Ceuta #Melilla #Sahara_Occidental #Algérie #UE