L’Algérie, la Tunisie et le nouveau Maghreb

L’Algérie, la Tunisie et le nouveau Maghreb – Abdelmadjid Tebboune, Kaïs Saïed,

La visite d’Etat en Tunisie du président Tebboune a montré toute l’importance d’un contrat historique entre les deux pays et même au-delà. Tous les peuples du Maghreb aspirent à voir la dynamique algéro-tunsienne faire tache d’huile. Le rapprochement stratégique opéré à travers le séjour tunisois de Abdelmadjid Tebboune est une bataille qu’il va falloir gagner. La nouvelle guerre pour un Maghreb souverain et uni, commence à peine. L’on a saisi, en tout cas, dans les propos de l’un et l’autre président tout le chemin qui reste à parcourir pour sortir de la logique des voeux pieux. Les deux pays entendent s’engager effectivement sur la voie de la concrétisation de volontés politiques.

Très imprégnés des enjeux de l’heure, Abdelmadjid Tebboune et Kaïs Saïed font montre d’une détermination à la hauteur des exigences historiques du moment. La région du Maghreb n’est plus ce qu’elle fut durant les années 60, 70 et 80. Les défis sont autrement plus importants et les menaces, monstrueuses. Les deux pays qui ont vécu ces dernières décennies des violences inouïes, en savent quelque chose. Même s’ils s’en sont sortis renforcés de ces épreuves, la menace qui se dessine en cette troisième décade du XXIe siècle est sans doute plus terrible encore. C’est la conviction du chef de l’Etat algérien qui propose à son homologue tunisien de donner un prolongement stratégique à la fraternité qui lie les deux peuples et les deux pays.

Alger et Tunis doivent se protéger contre les nouvelles forces de destruction. Ces dernières ont déjà pris pied au Maghreb et opèrent, désormais, à visage découvert. Le pacte maroco-israélien vise à anéantir l’esprit de liberté et de solidarité qui anime les sociétés de la région envers la Palestine. Une pareille entreprise aura pour effet direct, l’asservissement des peuples. On commence à le voir au Maroc et il est impensable que cela puisse déteindre sur les autres pays du Maghreb. Mais discourir seulement, ne fait pas gagner des guerres. Et celle qu’engage l’Algérie et la Tunisie se mène sur le terrain de l’intégration économique. Et ce n’est pas suffisant.

À ce propos, il y a une véritable prise de conscience et la Déclaration de Carthage a évoqué l’urgence «d’adopter une vision ambitieuse pour l’instauration d’un nouvel espace régional unificateur, complémentaire et intégré», destiné à remplacer la défunte UMA. L’idée est lancée.

Le président Tebboune y tient plus que tout. Ce sera la grande bataille des hommes libres contre le fléau sioniste. Une perspective que saluent les Tunisiens qui voient en la personne de Abdelmadjid Tebboune le défenseur d’un Maghreb prospère et intégré.

Saïd BOUCETTA

L’Expression, 18/12/2021

#Algérie #Tunisie #Maghreb #Tebboune #KaisSaied