Algérie. Une affaire de blé

Algérie. Une affaire de blé – France, Russie, importation, prix,

Le ministère des Affaires religieuses a encore appelé les Algériens à accomplir «Salat El-Istisqa», prévue pour demain lundi. L’occasion de rebondir sur le changement climatique qui menace la survie de l’espèce humaine sur terre, mais surtout ses moyens de subsistance. L’Algérie a tourné le dos à la France pour se tourner vers la mer Noire, la mer Baltique, l’Allemagne et probablement l’Argentine pour assurer ses importations en céréales, au moins jusqu’à la fin de la campagne 2022.

Producteur d’une partie de ses besoins en blé dur mais fortement dépendant du marché mondial pour ses besoins en blé tendre, l’Algérie tente de trouver le moyen de s’approvisionner en quantités suffisantes pour compenser une production locale qui a chuté de moitié, principalement en raison de conditions climatiques peu propices. L’Algérie se trouve en cette année finissante obligée d’assurer l’importation d’un demi-million de tonnes de céréales dans un contexte agité du marché mondial. Programme ambitieux datant de plus d’une dizaine d’années, l’Algérie devait absolument arriver à deux millions d’hectares irrigués pour rattraper le manque de précipitations, un phénomène qui va en s’aggravant d’année en année.

L’objectif de parvenir à assurer l’autosuffisance et à diversifier la production agricole n’est toujours pas atteint malgré l’intérêt avéré accordé par les pouvoirs publics à la terre nourricière et ceux qui la travaillent. La généralisation des systèmes économes en eau est une nécessité impérieuse pour épargner quelque 2 milliards de m3 d’eau pour irriguer 200.000 à 300.000 hectares jusqu’à la fin de cette année. Comment concilier changement climatique et développement agricole en Algérie, tel est le vrai défi qui met les autorités publiques sur la corde raide. La forte dynamique démographique que connaît le pays, ajoutée à la pression financière dans un contexte de crise économique mondiale se traduit aussi à travers un déséquilibre des ressources agricoles qui a conduit à une dépendance alimentaire extrêmement forte vis-à-vis de l’étranger en matière de céréales notamment.

Aujourd’hui, le challenge est d’assurer le pain quotidien aux Algériens en ayant le génie de s’adapter aux événements climatiques extrêmes, porteurs de dangers multiples sur la santé publique mais aussi et surtout sur notre sécurité nationale.

Le Quotidien d’Oran, 19/12/2021

#Algérie #Blé #Importation #France