Algérie-Tunisie : Unies pour le meilleur et contre le pire

Algérie-Tunisie : Unies pour le meilleur et contre le pire – Abdelmadjid Tebboune, Kaïs Saïed,

Les relations entre l’Algérie et la Tunisie sont celles de deux pays qui, désormais, regardent dans la même direction. Il y a certes le poids de l’histoire et les réalités de la géographie qui imposent de ne jamais se tourner le dos. Il y a aussi le présent qui commande de se serrer les rangs car tout ce qui menace la stabilité de l’un aura fatalement de fâcheuses répercussions chez l’autre. Cela explique le souci de notre pays de ne jamais laisser le voisin s’empêtrer seul dans ses problèmes d’autant que ce dernier n’a jamais failli à son devoir de solidarité pendant la guerre de Libération ou, plus tard, durant la décennie noire. Chacun a tendu la main dans les moments difficiles comme ceux que la Tunisie vit présentement et qu’aggravent des menaces sur toute la région. Dans le dossier que nous présentons, tous les aspects de cette relation multiforme ancrée dans l’histoire mais tournée vers l’avenir sont abordés et traités.

Les relations entre l’Algérie et la Tunisie revêtent un caractère particulier et exceptionnel. Les hautes autorités des deux pays ont, toujours, manifesté une ferme volonté d’approfondir la concertation et la coordination sur toutes les questions régionales et internationales. La visite d’Etat que le président de la République vient d’achever chez notre voisin de l’Est vient, de nouveau, confirmer cette détermination à tisser un partenariat stratégique et durable en vue d’amorcer une nouvelle ère. Celle-ci sera essentiellement basée sur l’intégration et la complémentarité économiques en réponse aux aspirations des deux peuples.

La signature de 27 accords et mémorandums de coopération couvrant presque tous les domaines est un signal fort. La coopération économique a connu, faut-il le rappeler, un développement continu depuis notamment la signature, entre les présidents Chadli Bendjedid et Habib Bourguiba, d’un traité de fraternité et de concorde le 19 mars 1983.Ce traité a, de nouveau, été renforcé avec la signature en 2001 d’un nouvel accord-cadre de coopération industrielle qui a contribué à faire doubler le volume des échanges commerciaux ces dernières années. Les relations bilatérales ancrées dans l’histoire ont été mises en avant par le président tunisien qui a appelé à «ouvrir des perspectives prometteuses de coopération entre la Tunisie et l’Algérie», avant de souligner «la nécessité de lire le passé et de prévoir l’avenir selon de nouveaux cadres et perceptions».

Pour la présidence tunisienne, la visite d’Abdelmadjid Tebboune constitue une occasion renouvelée pour renforcer davantage ces liens et consolider la coordination sur les enjeux régionaux et internationaux actuels. Celle-ci survient, par ailleurs, à un moment où la Tunisie connaît une grave crise économique après la transition entamée par Kaïs Saïed en application de l’article 80 de la Constitution.

La visite est intervenue au moment où la Tunisie fait face à une crise financière difficile et où les négociations avec le Fonds monétaire international sont au point mort. Le pays souffre d’une crise économique étouffante avec un taux de chômage qui a atteint 18,4% et une croissance économique qui n’a pas dépassé 0,6% au cours des dix dernières années.

La stabilité de la Tunisie demeure une préoccupation majeure pour les autorités algériennes qui ambitionnent de voir les diplomaties des deux pays se consacrer conjointement à d’autres enjeux d’intérêt commun.
Assia Boucetta

Horizons, 19/12/2021

#Algérie #Tunisie #Tebboune #Kaïs_Saïed