Sahara: La Russie appelle à des négociations directes

Russian Foreign Minister Sergey Lavrov speaks to reporters during a news conference during 76th session of the United Nations General Assembly, Saturday, Sept. 25, 2021 at United Nations headquarters. (AP Photo/Mary Altaffer)

Sahara: La Russie appelle à des négociations directes – Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, Russie,

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé mercredi à la reprise sans délai des négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc en vue parvenir à un règlement du conflit au Sahara occidental, réitérant «le refus de la Russie de toute démarche individuelle allant dans ce sens». «Il faut que les négociations reprennent le plus vite possible entre le Maroc et le Front Polisario (…) Les négociations doivent débuter pour aider à élaborer des solutions consensuelles qui satisferont les intérêts des deux parties», a déclaré M. Lavrov dans un entretien à la chaîne égyptienne TeN. Le chef de la diplomatie russe a souligné que «la crise au Sahara occidental doit être réglée comme toute autre crise sur la base des décisions du Conseil de sécurité», qui appellent «au dialogue direct entre le Maroc et le Front Polisario».

Règlement du conflit du Sahara occidental : La Russie contre toute mesure unilatérale

La Russie est contre toute mesure unilatérale concernant la résolution du conflit opposant le Front Polisario au Maroc, a indiqué, mercredi , le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, précisant que ce genre de mesure ne peut que nuire à la paix et créer des risques supplémentaires et inutiles.

Concernant le Sahara occidental, « nous sommes contre toute mesure unilatérale, tout comme nous le sommes dans le contexte du règlement palestino-israélien », a affirmé le ministre russe au cours d’un entretien accordé à la chaîne de télévision TeN TV. « Dans tout conflit, des mesures unilatérales non prévues par les accords de base ne peuvent que nuire à la cause (de la paix) et créer des risques supplémentaires inutiles », a-t-il soutenu. « La crise au Sahara occidental doit être résolue, comme toute autre crise, (…) sur la base de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU », a insisté le ministre. « Dans le cas du Sahara occidental, les résolutions (de l’ONU) prévoient la mise en place d’un dialogue direct entre le Maroc et le Front Polisario. Ce dialogue doit être repris dans les plus brefs délais », a assuré Lavrov. Il « devrait démarrer et faciliter l’élaboration de solutions répondant aux intérêts des deux parties.

L’instabilité en Afrique du Nord et dans la zone Sahara-Sahel affecte la situation générale et est à l’origine de l’absence de progrès vers un règlement du conflit au Sahara occidental », a estimé le chef de la diplomatie russe. « Nous sommes confrontés à la menace d’une escalade du conflit dans cette partie de l’Afrique », a-t-il prévenu, ajoutant que les pays influents doivent exhorter les parties au conflit à « faire preuve de retenue » et aussi « insister sur un règlement (du conflit) avec des méthodes politiques et diplomatiques ». « Nous pensons que la situation dans la région sahélo-saharienne devrait, au contraire, inciter les deux parties —le Maroc et le Front Polisario— à redoubler d’efforts pour susciter l’espoir dans la région », a-t-il dit. Fin octobre, lors du vote du Conseil de sécurité sur la prorogation du mandat de la Minurso (Mission de l’Onu pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental), la délégation russe à l’ONU a critiqué le travail mené par les Etats-Unis, porte-plume des résolutions sur le Sahara occidental, rejetant les tentatives visant à estomper les paramètres du règlement de ce conflit vieux de plus de quatre décennies.

L’ambassadeur adjoint russe à l’ONU, Dmitri Polyanskiy, a déploré les nouveaux éléments de langage introduits ces dernières années dans les résolutions prorogeant le mandat de la Minurso, citant en cela les références dans ces textes à la nécessité de s’en tenir à une « approche réaliste » ou à « des compromis ». « Les termes utilisés de ‘‘démarches réalistes’’ et de ‘‘compromis’’ prolongent l’ambiguïté et sapent les travaux du Conseil de sécurité, nuisant ainsi aux perspectives d’un dialogue direct entre les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc », avait expliqué la délégation russe.

Pour Moscou, le texte adopté ne contribuera pas aux efforts de l’Envoyé personnel pour relancer ces négociations directes.

///////////////////////////////

L’EUCOCO se tiendra en Allemagne l’année prochaine

Le Premier ministre sahraoui Bouchraya Hammoudi Bayoun a affirmé mardi que la décision de tenir la 46e session de la Conférence de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco) l’année prochaine en Allemagne revêt des connotations très fortes, en ce sens qu’il s’agit d’un Etat fort au sein de l’Union européenne (UE) qui aura son mot à dire sur la cause sahraouie.
Dans une déclaration à l’APS, M. Hammoudi Bayoun a fait savoir qu’il avait été décidé d’organiser la prochaine édition de l’EUCOCO en Allemagne, ce qui aura un impact positif sur la question sahraouie «dans la mesure où les nations qui orbitent autour de l’Allemagne suivraient son approche, d’autant plus que l’Allemagne a son poids au sein de l’UE, et son adhésion, subséquemment, à la Conférence à caractère international, est très importante».

El Moudjahid, 16/12/2021

#Sahara_Occidental #Maroc #Front_Polisario #Russie #EUCOCO