Omicron verrouille le Maroc sauf pour un grand ami du roi

Omicron verrouille le Maroc sauf pour un grand ami du roi – Mohammed VI, Ottman Azaitar,

L’environnement du monarque le pousse, à travers la presse étrangère, à se débarrasser des boxeurs avec qui il a fondé une nouvelle famille

Le Maroc a fermé hermétiquement son espace aérien et a fermé le 29 novembre. Tous les vols internationaux ont été suspendus, au moins jusqu’au 31 décembre, pour tenter de protéger le pays de la nouvelle variante du covid, l’omicron. Même les Marocains voyageant à l’étranger ne peuvent pas rentrer chez eux. Les frontières terrestres restent également fermées. Un seul a pu rentrer, le 8 décembre, dans un avion de l’armée de l’air qui a décollé de Cologne (Allemagne) vers le Maroc : Ottman Azaitar, l’un des trois frères germano-marocains dédiés à la boxe et aux arts martiaux, avec le Le roi du Maroc, Mohamed VI, âgé de 58 ans, a pratiquement fondé une nouvelle famille un mois après s’être séparé de son épouse, la princesse Lalla Salma, en mars 2018. Ces informations sur le vol de Cologne et bien d’autres sur les affaires et les abus de la fraterie Azaitar ont été publiés le week-end dernier sur un blog dans lequel écrivent des abonnés du journal numérique français ‘Médiapart’. Il est signé de Fabrice M. Sauvage, qui se présente comme un « politologue et journaliste d’investigation », mais n’est connu dans aucun de ces deux cercles. C’est probablement un pseudonyme.

L’auteur mystérieux et bien informé d’un blog exhorte secrètement le roi du Maroc à se séparer de ses amis dangereux car ils mettent la monarchie en danger.

L’article, une longue diatribe contre ces trois amis du souverain alaouite, a été repris quelques heures plus tard par des journaux liés aux autorités marocaines comme ‘Barlamane‘, dirigé par Mohamed Khabachi, ancien directeur de l’agence de presse officielle marocaine (MAP) et ancien responsable de la communication du ministère de l’Intérieur. ‘Barlamane’ omet de préciser que l’article a été publié sur un blog extérieur à la rédaction de ‘Médiapart’. Il ne se demande pas non plus qui en est l’auteur, ce qu’il semble connaître du roi et de ses amis.

Il sait non seulement qu’Ottman Azaitar a bénéficié d’un traitement privilégié, et c’est pourquoi il a pu rentrer au Maroc, mais les trois frères travaillent dans certains locaux commerciaux qu’ils possèdent dans la marina de Salé, à côté de Rabat, sans attendre d’obtenir l’obligatoire autorisation. Il sait aussi que le 1er décembre sa grand-mère est décédée et a été enterrée au cimetière de Marchan à Tanger, où les inhumations sont interdites depuis 2012. Ce sont les scandales les plus récents perpétrés par les Azaitars, mais il y en a bien d’autres, déjà connus, qui l’auteur rappelle à l’époque qu’il s’indigne de « l’étalage de ses multiples propriétés et de ses cadeaux excessivement luxueux ». « Ils instrumentalisent la générosité royale », leur reproche-t-il, laissant ainsi entendre que les voitures et montres haut de gamme qu’ils montrent sur les photographies qui sont téléchargées sur les réseaux sociaux sont des cadeaux de Mohamed VI.

Comment leur amitié s’est forgée
Le monarque a reçu, le 20 avril 2018, Abou Bakr, Ottman et Omar Azaitar, d’origine marocaine, mais né et élevé à Cologne, au Palais Royal de Rabat pour les féliciter de leur réussite dans les compétitions d’arts martiaux. Là, une amitié s’est tissée, notamment avec Abou Bakr, qui a conduit Mohamed VI à partir en vacances avec eux – aux Seychelles et naviguer en Méditerranée sur le yacht ‘Al Lusial’ – et à les accueillir pendant des mois dans leurs palais royaux. A Dar el-Makhzen, à Fès, ils ont passé une bonne partie de cette année.

L’auteur de l’article soutient même que les frères sont des « tyrans qui ont pris le pouvoir par la force ». Ils prétendent « s’emparer du roi ». « Ils ont acquis une autorité illimitée et l’exercent de manière absolue et oppressive. » Il s’agit « d’une affaire d’Etat car l’inaction des agents administratifs et politiques en position de responsabilité cause des dommages au Maroc », ajoute-t-il, oubliant que le pouvoir exécutif, à Rabat, est aux mains du souverain. Lui seul pouvait arrêter les excès de ses amis.
« Temps nocif et pernicieux »

Pour le mystérieux blogueur, « un climat néfaste et pernicieux s’est installé au Maroc ». Il est vrai que les élites du pays connaissent et commentent avec étonnement les publications des Azaitars sur les réseaux sociaux. Ils sont fiers de leur relation avec le monarque. « Ce qui relève de la sphère privée [l’amitié] ne peut être exposé aux yeux de la population car il y a ainsi un risque de rompre le contrat qui existe depuis 12 siècles entre les rois du Maroc et chacun de leurs sujets », prévient le chroniqueur. C’est-à-dire que l’amitié de Mohamed VI avec la confrérie germano-marocaine met en danger la monarchie. L’article du blog semble suivre les mêmes lignes que ceux publiés au printemps par, entre autres, ‘Barlamane’ et ‘Hespress’, le journal numérique le plus lu au Maroc. Le style ressemble même à celui publié par ‘Hespress’ le 1er mai, dont la version originale a été écrite en français puis traduite en arabe.

Ces attaques contre les amis de Mohamed VI sont probablement encouragées par les plus proches collaborateurs du monarque, agents de sécurité et conseillers royaux, pour l’inciter à se débarrasser de l’Azaitar, qu’ils jugent « toxique ». Au printemps, ils l’ont fait via la presse marocaine, mais cela n’a pas fonctionné. C’est pourquoi ils ont désormais recours subrepticement à un média étranger qui reproduira plus tard la presse marocaine. Le média choisi est plutôt critique envers les autorités marocaines. Edwy Plenel, directeur de ‘Médiapart’, est l’une des victimes de Pegasus, le programme malveillant fabriqué par la société israélienne NSO avec lequel des milliers d’hommes politiques, militants et journalistes ont été espionnés à travers le monde. Les journalistes français dont les téléphones portables ont été infectés par le virus soupçonnent qu’il a été introduit par les services secrets marocains, ce que nie Rabat. Ils ont signalé l’espionnage au parquet de Paris. Sur la liste des Marocains espionnés avec Pegasus, révélée en juillet par les médias de l’association Histoires interdites, figurait le propre numéro de téléphone de Mohamed VI. L’explication la plus plausible est que les services de sécurité marocains voulaient tout savoir de sa relation avec les Azaitars pour éviter tout outrage qui pourrait nuire davantage à l’institution monarchique.

Ignacio Cembrero

Vanitatis, 14/12/2021

#Maroc #Ottman_Azaitar #Abu_bakr_Azaitar #Omar_Azaitar #MohammedVI