100e de la catastrophe d’Anoual et du colonialisme espagnol

100e de la catastrophe d’Anoual et du colonialisme espagnol – Rif, Maroc, Kabyles, Sultanat, protectorat,

Lorenzo Silva dit, et je suis tout à fait d’accord, que pour comprendre l’histoire de l’Espagne au XXe siècle, dont nous sommes encore convalescents, il faut connaître en détail l’histoire du XIXe siècle, en particulier l’horreur vécue il y a cent ans dans les montagnes du Rif. Rien n’aurait été pareil – pas même la dictature primordiale, la chute d’Alphonse XIII, la guerre civile – si nous n’avions pas accepté le partage du Maroc par les Français dans lequel nous avons eu le sort empoisonné de couvrir la partie nord du royaume alaouite d’un colonialisme déguisé par le mot protectorat. D’une certaine manière, ce qui a suivi est une conséquence directe de cet événement.

Dans la région du Rif, les Kabyles ont toujours été irrécupérables. Ni le sultanat du Maroc n’a pu les vaincre, ni la monarchie actuelle, car les Rifs sont la seule opposition à Mohammed V. Dès le début, ils étaient indépendants et belliqueux. Dans les temps anciens, ils refusaient de payer le tribut et lorsque le sultan envoyait des collecteurs d’impôts pour affirmer son pouvoir, ils étaient presque toujours lynchés. Les Rifains étaient des tribus indépendantes dotées d’une forte conscience nationale qui ne pouvaient jamais être soumises ; une histoire qui laissait présager un échec cuisant sous la tutelle espagnole. Bien des années auparavant, Angel Ganivet avait prévu les maux qui nous assailliraient, en tant que pays, si nous nous emparions du cadeau empoisonné que nous offrait le colonialisme français. Il serait intéressant de jeter un coup d’œil à ses écrits sur le sujet. Eh bien, il serait intéressant de se pencher sur Ganivet en particulier, et plus encore sur les magnifiques dialogues épistolaires qu’il a eus avec Unamuno.

Au début du XXe siècle, l’Espagne est en convalescence après la perte de son empire, encore sous le choc de la récente défaite à Cuba et de l’indépendance subséquente de l’île. L’empire dans lequel le soleil ne s’est jamais couché a connu une fin peu glorieuse. Il est possible que la domination du nord du Maroc ait légèrement cautérisé la blessure dont souffrait l’orgueil espagnol… Ou, comme c’est toujours le cas, les intérêts économiques ont pris le pas sur les intérêts patriotiques. Lorsque nous entendons l’appel des grands mots : patrie, défense de la nation… ce que nous voulons en réalité, c’est défendre les intérêts économiques des particuliers. Des individus puissants, bien sûr, car le peuple part à la guerre comme main-d’œuvre, mais l’or ne reste jamais dans leurs poches. C’est le cas du Protectorat du Maroc. En plus des intérêts de la Couronne espagnole et de la proverbiale rapacité des Bourbons, le Comte de Romanones (une des plus grandes fortunes de l’époque) avait des intérêts dans les mines de fer d’Uixán, et il était nécessaire de le transporter jusqu’à la péninsule, pour cela il devait construire un chemin de fer à travers le territoire rifain, et l’armée espagnole, toujours prête à défendre les « intérêts » personnels de l’oligarchie, entreprit de vaincre les tribus kabyles en aidant à construire le chemin de fer si nécessaire à la poche du Comte.

Pendant le protectorat espagnol, on estime que plus de 40 000 Espagnols sont originaires de la région. Et comme il arrive dans toute colonie, les personnes touchées par la crise de la métropole et les escrocs de toutes sortes y affluent.

Les stratèges militaires ont été plusieurs fois avertis que la mission de colonisation était impossible, surtout au vu de l’état de l’armée à l’époque. Ils ont ignoré ou négligé les avertissements préalables et se sont lancés avec une ardeur guerrière dans la soumission des cabanes rifaines avec les maigres moyens dont ils disposaient. On sait très peu de choses sur les batailles et les campagnes qui se sont déroulées dans cette partie de l’Afrique et pendant les premières années du 20e siècle, juste quelques vagues notes dans l’histoire officielle (il est très difficile de parler des défaites) et de mauvais, très mauvais souvenirs de ceux qui ont subi la guerre en Afrique.

L’une des causes de la désinformation est peut-être qu’une loi promulguée en 1912 a défini le rachat en espèces. Le service militaire pouvait être compensé en payant entre 1 500 et 2 000 pesetas de l’époque par les familles qui dispensaient ainsi leurs jeunes hommes de partir au Maroc. Pour donner une idée, ce montant pourrait bien représenter le salaire d’un professionnel qualifié pendant un an. En raison de la loi, il était impossible pour la majeure partie de la population espagnole, pauvre et appauvrie, de payer cette somme. L’armée espagnole était donc composée de bataillons de personnes pauvres, illettrées, affamées, sortant pour la première fois de leur vie de villages reculés, mal nourries et sans formation. Peu, très peu, ont raconté leur expérience dans le Protectorat marocain, pour la simple raison qu’ils ne savaient ni lire ni écrire. Les bourgeois et les aristocrates, qui savaient écrire, restaient chez eux, dans la chaleur de leur foyer, sans souffrir des privations ou de la guerre.

La Leva fut terrible pour les jeunes hommes qui restèrent pendant 3 à 5 ans dans le monde perdu de l’Afrique du Nord, entre la barbarie des cabilas remplies de haine du colonisateur, le désir de se libérer et les privations que la corruption endémique plongeait dans l’armée : la faim et le peu de ravitaillement les condamnaient à une mort très probable ou à un retour mutilé qui les laissait démunis pour le reste de leur vie.

Les hommes qui ont marché vers l’Afrique l’ont fait en espadrilles, sans vêtements adéquats, avec des armes archaïques – des mitrailleuses Cok inefficaces et de vieux et inutiles fusils Mauser, pour beaucoup d’entre eux – et avec pratiquement aucun entraînement. Indalecio Prieto, dans son livre Con el rey o contra el rey (Avec le roi ou contre le roi), dénonce le fait que les soldats espagnols partent au combat avec seulement un mois d’entraînement alors qu’il est obligatoire d’avoir au moins trois mois d’entraînement, sans vaccinations et dans des conditions physiques épouvantables. Il y a eu des dénonciations étouffées par les pouvoirs en place de terribles corruptions qui ont montré comment les fonds destinés à la nourriture et à l’habillement ont été détournés dans les poches des généraux au détriment des soldats.

Déjà, les années précédentes, les prélèvements successifs avaient produit du désordre. Les femmes se prosternent sur les voies ferrées pour empêcher leurs fils de partir, en signe de protestation contre l’élection injuste des cinquièmes – les jeunes hommes qui n’ont pas payé sont inscrits à une loterie, et un cinquième d’entre eux partent pour l’Afrique, d’où le nom de « cinquièmes ». En 1909, à Barcelone, le désespoir causé par les taxes et les prélèvements élevés a provoqué les protestations qui ont déclenché la Semaine tragique avec les conséquences que l’on sait.

Entre le 22 juillet et le 9 août, le gros de l’armée espagnole se concentre dans la zone de l’Annuel, située entre la baie d’Al Hoceima et Melilla, soit quelque 11 500 hommes répartis entre 9 000 Espagnols et 2 500 Rifains dépendants de l’Espagne (soi-disant parce que beaucoup ont participé à la bataille, et ont même été infiltrés, informant à tout moment Abdelkrim des mouvements et de l’état de l’armée espagnole). À la tête de cette armée se trouvait le général Silvestre, un général inepte, orgueilleux et tyrannique qui a fait fi des conseils et des écrits des experts et a décidé d’entrer dans le Rif. Un autre effet secondaire de la guerre en Afrique a été le militarisme qui a émergé dans ces campagnes. Les commandants militaires ont été formés aux campagnes africanistes, donnant naissance à des commandants turbulents, éduqués dans l’impunité et la barbarie d’un ennemi loin de tout contrôle et prêt à tous les méfaits. Les africanistes qui, quelques années plus tard, traverseront le détroit à bord du Dragon Rapide… mais ceci est une autre histoire.

L’inepte général Silvestre est confronté à un chef de guerre du Rif, ancien collaborateur de l’Espagne, journaliste et homme de valeur, convaincu de la nécessité de l’indépendance du Rif. Abdelkrim El Jatabi convainc les différentes cabilas de s’unir sous son commandement. Les Rifains se sont battus pour leur terre, dans leur pays qu’ils connaissaient comme le fond de leur poche… avec l’idée claire de l’indépendance vis-à-vis de l’envahisseur espagnol qui pillait leurs richesses et maltraitait leur peuple. Comme cela s’est produit des années plus tard au Vietnam, envahir n’est pas la même chose qu’être envahi. Les Rifains, qui connaissent le terrain et sont armés depuis leur enfance, font partie de leur vie. Les cabilas étaient confrontés à de pauvres diables qui ne savaient même pas comment charger un fusil, et encore moins viser, au cas où le fusil espagnol tirerait quelque chose de mortel, en plus d’être affamés et démotivés. Le fils du peuple perdu d’une Espagne appauvrie n’avait rien perdu dans les montagnes du Rif, tandis que les troupes des Kabyles unis sous le commandement d’Abdelkrim avaient leur vie en jeu.

Dans le magnifique livre d’Arturo Barea, La forja de un rebelde, au deuxième volume, le protagoniste se demande comment eux, qui ne savent ni lire ni écrire, qui mangent des oignons avec du pain et vivent brutalisés par la faim dans des villages perdus de l’Espagne profonde, vont civiliser les habitants du Rif.

Le général Silvestre a avancé rapidement au début de la bataille, a étendu l’armée avec l’idée d’atteindre Al Hoceima, mais a fait d’énormes erreurs de stratégie militaire. Les soldats espagnols s’abritaient dans des Blocaos, qui étaient de simples constructions facilement pénétrables par les balles… C’était l’été, la température dans la région atteignait 47 degrés et l’eau devait arriver quotidiennement dans des mules avec un front allongé de manière absurde par Silvestre. Depuis les positions rifaines, ils n’ont même pas pris la peine d’engager le combat, les troupes espagnoles étaient épuisées à force de tirer sur les animaux équipés de l’eau qui attendait les soldats assoiffés dans les blockhaus. Ils étaient nourris avec des légumineuses et des boîtes de sardines… des aliments susceptibles de les rendre plus assoiffés. Pendant un certain temps, la seule eau qu’ils recevaient était celle que leur jetait la maigre aviation dans des blocs de glace. Le typhus a fait des ravages dans presque tous les cas en raison de la contamination du rare liquide qui leur parvenait. Le désespoir et la misère s’installent avec le découragement.

Abdelkrim El Jatabi connaissait bien les faiblesses de l’armée espagnole ; il avait servi de traducteur pendant un certain temps et manœuvrait en prévision des échecs stratégiques de Silvestre. Du 17 au 22 juillet, avec seulement 5 000 hommes dans l’armée espagnole décimée, Abdelkrim décide d’attaquer avec les 18 000 hommes sous son commandement. Les Rifains étaient frais, habitués à la chaleur, sur leur propre territoire et bien armés. Le désastre était prévisible.

La défaite est absolue, les Espagnols courent dans le désarroi en étant anéantis par les Rifains. Les troupes espagnoles se sont rendues, sous le commandement du général Navarro, car on pense que Silvestre s’est suicidé ou est mort au combat, acceptant de respecter la vie des soldats. Le pacte n’a pas été honoré par l’armée rifaine, et une fois les vaincus capturés, ils ont été impitoyablement assassinés et horriblement torturés. Des mois plus tard, lorsque les corps ont été retrouvés, la terrible mort qui avait frappé les fils du peuple espagnol a été révélée. Les troupes d’Abdelkrim ont épargné la vie de quelques soldats et de certains commandants militaires afin de les rançonner auprès du gouvernement espagnol.

La rançon, qui n’a pas été versée par le gouvernement, a été payée par un homme d’affaires basque et s’élève à plus de quatre millions de pesetas. Le roi Alphonse XIII, qui avait personnellement encouragé l’attaque et, comme cela a été amplement démontré, avait des affaires dans la région, a prononcé une phrase que certains monarchistes nient mais qui a l’apparence de la réalité. Lorsqu’on lui a annoncé le montant de la rançon, il a déclaré : « la chair d’oie se vend très cher », en faisant référence aux prisonniers. Comme on peut le voir, la génétique des Bourbons a toujours été méchante et abjecte.

La souffrance des quelques personnes qui ont survécu en tant que prisonniers est terrible. Il existe des livres dont je recommande la lecture et qui nous fournissent des informations plus horribles sur le désastre, parmi lesquels le livre d’Indalecio Pietro cité plus haut, Imán de Ramón J. Sender, La forja de un rebelde de Barea… Peut-être que la connaissance de la souffrance absurde de certains compatriotes ne les dédommagera jamais d’être morts dans leur jeunesse, mais elle nous apprend que l’histoire est écrite avec le sang populaire pour l’enrichissement d’une monarchie corrompue et de ses complices de palais.

Malgré la stricte censure de la presse, la nouvelle de la catastrophe atteint la péninsule, entraînant la chute du gouvernement de Maura et le coup d’État de Miguel Primo de Rivera. Le scandale national a pris des proportions considérables, à tel point que le général José Picasso (l’oncle de Pablo) a été chargé d’enquêter sur ce qui s’était passé à Annual.

L’honorable général Picasso a écrit plus de 2 500 pages détaillant les corruptions, les erreurs et les détournements de fonds des commandants militaires, y compris de la Couronne. Primo de Rivera et le monarque, devant l’ampleur du rapport, décident de le supprimer. Le rapport Picasso n’a jamais vu la lumière du jour. Sur les 2 500 pages du rapport, un peu moins de 700 ont survécu, donnant une idée du crime commis par un pouvoir militaire et des commandants ineptes et voleurs. Une fois le coup d’État de Miguel Primo de Rivera consommé, les condamnés du désastre annuel ont été graciés, laissant le tout recouvert de la poussière de l’oubli.

Abdelkrim El Jatabi a formé la république indépendante du Rif avec le reste des Kabyles et a maintenu pendant cinq ans un gouvernement qui a été vaincu par les troupes espagnoles et françaises qui ont en quelque sorte pansé les blessures de la grande humiliation de l’Annuel. Ils ont été bombardés avec des armes chimiques – les premières jamais utilisées dans une guerre – et aujourd’hui encore, il y a des séquelles de ces bombes, la population rifaine souffre de dix fois plus de cancers que les autres régions du pays. La brutalité de la victoire des Rifains est apprise par les troupes espagnoles et françaises et elles ripostent avec encore plus de violence. La guerre menée par Abdelkrim a été prise comme exemple pour les luttes ultérieures telles que celle de Ho Chi Minh ou de Che Guevara.

Dans la bataille menée conjointement par les troupes espagnoles et françaises, il y avait le général Sanjurjo et quelques commandants qui entreront peu après dans l’histoire noire de l’Espagne, Franco, Millán Astray, Emilio Mola, Varela, Queipo de Llano, Berenguer… Tous des africanistes récalcitrants entraînés entre l’humiliation et la victoire suivante où a lieu l’atroce bain de sang en réponse à celui perpétré par les troupes d’Abdelkrim.

Le chef rifain a été capturé par les Français et a vécu des années plus tard en exil en Égypte. Il est considéré comme le père de l’irrédentisme arabe. C’était un homme cultivé, épris de liberté, pas du tout fondamentaliste bien qu’éduqué dans l’islam, qui a su unifier et diriger un peuple qui, aujourd’hui encore, continue à poser de nombreux problèmes à la monarchie alaouite. Confirmant que le peuple rifain ne se soumet pas.

Comme nous l’avons vu précédemment, la défaite d’Annual a conduit au coup d’État de Miguel Primo de Rivera, qui a été mis en scène pour sauver la face du monarque mesquin et querelleur, Alfonso XIII, et pour dissimuler les graves conséquences de ses erreurs et de celles de l’establishment militaire. Le discrédit de la monarchie, la contrainte des temps qui ont suivi ont produit le triomphe républicain du 14 avril… et le reste est déjà bien connu.

Lorsque, des années plus tard, le général et directeur de la Guardia Civil, Sebastián Pozas, en juillet 1936, fidèle à la République, a distribué 15 000 fusils à la population de Madrid, ces hommes savaient quoi faire avec les fusils. Ils savaient très bien comment charger et tirer avec un fusil d’assaut. Avec eux, les vétérans marocains marchent jusqu’au Cuartel de la Montaña et défendent Madrid contre l’assaut des soldats africanistes, qui cette fois n’envahissent pas le Rif mais leur propre pays.

Je termine comme j’ai commencé. Il est probable que si nous n’avions pas reçu le « cadeau » de la dernière trace de colonialisme au Maroc, que la rapacité colonialiste de l’oligarchie et de la monarchie espagnoles, les événements du 20ème siècle, avec la guerre civile comme point culminant, ne se seraient pas produits. Il est possible que l’histoire aurait été différente.

María Toca Cañedo

La Pajarera Magazine, 30/07/2021

#Espagne #Maroc #Sultanat #Protectorat #Franco #Rif #Kabyles #Abdelkrim_El_Khattabi