Neuf personnes ont été condamnées à mort au Maroc en 2020

Neuf personnes ont été condamnées à mort au Maroc en 2020 – Justice, peine de mort, peine capitale,

La justice marocaine a condamné neuf personnes à la peine de mort en 2020 et il y avait jusqu’à cette date un total de 76 prisonniers avec cette peine, qui n’a pas été appliquée depuis 1994, selon les données publiées par le procureur général marocain.
À la fin de 2020, 76 personnes au total se trouvaient dans le « couloir de la mort » au Maroc, dont deux femmes, et 19 ont été reconnues coupables d’actes terroristes ayant fait 63 morts.

Selon les données du ministère public marocain, rendues publiques cette semaine, deux hommes condamnés à la peine de mort pour les attentats de Casablanca en 2003, qui ont fait 33 morts, figurent également sur cette liste.

Il y a également 11 personnes reconnues coupables de meurtres de mineurs et d’autres crimes comme le viol ou l’enlèvement, ainsi qu’un homme qui a assassiné sa femme, a rapporté aujourd’hui l’agence EFE.

Sept autres ont été reconnus coupables de meurtre et de viol et huit de meurtre et de vol.

Au total, les 76 personnes reconnues coupables de cette peine ont causé la mort de 158 personnes.

Quant aux juridictions qui ont prononcé ces condamnations, 42 % des affaires étaient des villes de Rabat et de Casablanca.

Selon des sources judiciaires consultées par l’agence EFE, la plupart des condamnés à mort se trouvent à la prison de La’ouad à Kénitra, près de la capitale marocaine, dans une aile dédiée exclusivement à ces détenus.

Le nombre de personnes arrêtées dans ces circonstances au Maroc varie en raison de nouvelles décisions de justice ou des grâces que le roi peut accorder, commuant la peine (en 2020 cette mesure s’appliquait à quatre femmes).

Et aussi parce que les peines sont réduites à la suite d’appels ou parce que ces détenus meurent en prison.

Il y a actuellement 81 détenus condamnés à la peine de mort dans dix des 77 prisons du Maroc, qui sont soumis par la loi à un régime pénitentiaire de cellules individuelles avec droit à une heure de marche dans la cour, également individuellement.

Ces détenus ont également un régime alimentaire différent des autres, sans que la loi pénitentiaire marocaine précise en quoi il consiste.

Plusieurs organisations de défense des droits humains au Maroc exhortent chaque année le gouvernement à accélérer l’abolition de la peine de mort, qui n’a pas été appliquée dans ce pays depuis 1994, date de la dernière exécution.

Selon les données les plus récentes d’Amnesty International, en 2020, 54 pays au total ont prononcé des condamnations à mort et 18 continuent de les appliquer.

En avril 2021, 108 pays avaient aboli la peine de mort pour tous les crimes et 144 avaient aboli la loi ou la pratique.

Mundo ao minuto, 10/12/2021