Maroc: campagne de solidarité suite à l’arrestation d’une activiste

Maroc: campagne de solidarité suite à l’arrestation d’une activiste – Fatima Zara Ould Belaid, Femmes marocaines contre la détention politique,

Le Collectif des femmes marocaines contre la détention politique demande la libération de Fatima Zara Ould Belaid, qui, selon elles, a été arrêtée afin de décourager les manifestations dans le pays.
L’arrestation de la militante Fatima Zara Ould Belaid, 31 ans, le 25 novembre à son domicile à Tanger, a déclenché une campagne de solidarité du collectif Femmes marocaines contre la détention politique. Le collectif exige sa « libération immédiate » et dénonce le fait qu' »il n’existe aucune base légale pour sa détention ».

Femmes marocaines contre la détention politique a été créée en 2017, lors des manifestations du Hirak (mouvement, en arabe) dans le Rif, lorsque la chanteuse Silya Ziani, seule femme parmi les plus de 180 détenues dans le nord du pays, a été emprisonnée.

Aujourd’hui, le collectif a refait surface pour demander la libération de Fatima Zara, comme on l’appelle, membre de l’association ATTAC Maroc. La jeune femme de 30 ans a un long passé dans le mouvement marocain des droits de l’homme, au sein duquel elle est également connue sous le nom de Siman.

Fatima Zara a été dénoncée pour détournement de fonds présumé en août par l’ONG Hasnouna – dédiée à l’aide aux toxicomanes – où elle travaillait. Elle fait également l’objet d’une autre plainte déposée par le doyen de la faculté de droit et d’économie de Tanger, qui l’accuse d’organiser des manifestations non autorisées au sein de l’université.

La présidente du Collectif des femmes contre la détention politique, Jadiya Riadi, a déclaré jeudi lors d’une conférence à Rabat que la détention de la militante n’avait aucune base légale. « La plainte de l’ONG avait été déposée depuis août et personne n’y avait prêté attention », a-t-elle déclaré. « Fatima Zara a été licenciée illégalement parce qu’elle défendait les droits syndicaux des travailleurs », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la deuxième plainte, Riadi explique que Fatima Zara avait organisé plusieurs manifestations à Tanger contre une loi du ministère de l’éducation qui interdit aux personnes âgées de plus de 30 ans de participer aux concours pour les postes d’enseignants. « Beaucoup de gens s’opposent à cette loi », a déclaré M. Riadi : « Il y a beaucoup de diplômés dans ce pays, comme Fatima Zara elle-même, qui ont plus de 30 ans et ne trouvent pas de travail.

Riadi a affirmé que la police a fait irruption dans la maison de Fatima Zara et a confisqué deux ordinateurs. « Ils ont pris deux appareils. L’un des ordinateurs appartenait à un de ses amis », a critiqué M. Riadi.

La véritable raison de l’arrestation de Fatima Zara, selon le président du collectif, est l’intention de l’État de freiner les « protestations croissantes » qui ont lieu dans le pays. Riadi explique que ces dernières semaines, des manifestations ont eu lieu contre le passeport covid, imposé par le gouvernement pour endiguer la pandémie. « Les gens protestent également contre les prix élevés des denrées alimentaires. Les prix des denrées alimentaires de base comme l’huile et les lentilles ont fortement augmenté.

La conférence collective des femmes s’est tenue au siège de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), l’organisation la plus influente du Maroc, basée à Rabat. Parmi les participants figurait Jadiya Menehbi, sœur de Saída Menehbi, féministe historique et militante contre le régime de Hassan II. Menehbi est mort à l’âge de 25 ans, le 11 décembre 1977, après avoir subi des tortures et un isolement en prison et avoir fait une grève de la faim pendant 34 jours. Sa sœur a déclaré que l’État marocain ne fait pas de distinction entre les hommes et les femmes en matière de répression.

Jadiya Riadi a profité de la présence des journalistes pour rappeler qu’il y a plus de prisonniers politiques au Maroc que Fatima Zara. Elle a mentionné, entre autres, le cas des journalistes Omar Radi, emprisonné depuis juillet 2020, et Suleiman Raisuni, en prison depuis mai 2020. Tous deux sont accusés de délits sexuels. « Aucun des deux n’a eu un procès équitable », a déclaré Riadi. « Leur emprisonnement a pour seul but de museler toutes les autres voix critiques ».

Les Femmes marocaines contre la détention politique ont appelé les journalistes et les avocats du pays à assister à la première audience du procès contre Fatima Zara lundi prochain.

Francisco Peregil

El Pais, 11/12/2021

#Maroc #Fatima_Zara_ould_Belaid #Femmes_marocaines_contre_la_détention_politique #Répression #Makhzen