Tunisie : Drame après l’incendie d’un bâtiment d’Ennahdha

Tunisie : Drame après l’incendie d’un bâtiment d’Ennahdha – Rached El Ghannouci, Kaïs Saïed,

Une personne est décédée et 18 autres ont été blessées, dont deux personnalités du parti tunisien d’inspiration islamiste Ennahdha, dans l’incendie de son siège jeudi, ont annoncé les autorités et les membres du parti. Ennahdha a indiqué sur Facebook qu’un de ses « activistes », un ancien réceptionniste né en 1970, était mort dans l’incendie. Le ministère de l’Intérieur a déclaré que son corps « carbonisé » avait été retrouvé dans le bâtiment. Les médias tunisiens ont cité des sources judiciaires selon lesquelles la personne s’était « immolée au rez-de-chaussée » de l’immeuble.

L’ancien Premier ministre et vice-président d’Ennahdha, Ali Laaryadh, a été hospitalisé après avoir sauté du deuxième étage du bâtiment pour échapper aux flammes, tout comme le président du conseil consultatif Abdelkarim Harouni, ont déclaré des membres du parti. Un correspondant de l’AFP a vu de la fumée s’échapper des fenêtres de l’immeuble du centre de Tunis alors que les gens en sortaient.

Le président du parti, Rached Ghannouchi, président du parlement tunisien suspendu, a déclaré aux journalistes que l’homme décédé avait été « une autre victime de la pauvreté, de la marginalisation… et d’une guerre médiatique injuste contre Ennahdha ». Ghannouchi a déclaré que l’homme « a passé 10 ans en prison pour son activisme contre la dictature » de Zine El Abidine Ben Ali, mais une décennie après la révolution qui a renversé le dirigeant de longue date, « il n’avait rien, pas même le minimum de dignité ». Ghannouchi n’était pas dans le bâtiment au moment de l’incendie, a déclaré le responsable d’Ennahdha, Mondher Lounisi.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé qu’une enquête avait été ouverte sur les causes de l’incendie. Ennahdha, un mouvement d’opposition interdit sous le dictateur Ben Ali, est la plus grande force du parlement tunisien depuis peu de temps après la révolution de 2011. Il a joué un rôle central dans la politique nationale jusqu’à ce que le président Kais Saied limoge le gouvernement, suspend l’assemblée et s’empare d’une série de pouvoirs le 25 juillet. L’incendie est survenu trois jours après que le parti a averti qu’il faisait face à une campagne de « diffamation » orchestrée visant à il hors de la politique nationale.

#Tunisie #Ennahdha