Kosovo: Borrell sur le Conseil de stabilisation et d’association

Kosovo: Borrell sur le Conseil de stabilisation et d’association – Josep Borrell, Union Européenne, UE

Je suis heureux que nous ayons pu tenir ce Conseil de stabilisation et d’association en personne.

Je vois assez souvent le Premier ministre [du Kosovo, Albin] Kurti, pas aussi souvent que je le souhaiterais, mais nous parlons [souvent] au téléphone ; mais cette rencontre avec le commissaire [au voisinage et à l’élargissement, Olivér] Várhelyi a offert une occasion importante de discuter, de manière ciblée, de notre agenda bilatéral Union européenne-Kosovo.

Vous mesurez ici les avancées et les progrès, car notre accord de stabilisation et d’association reste au cœur de la relation entre l’Union européenne et le Kosovo. C’est votre guide sur la voie européenne et il crée des opportunités de commerce et d’investissement. Mais certainement, nous ne pouvons pas faire le travail à votre place.

C’est pourquoi j’ai salué la [décision] du Premier ministre Kurti et de son gouvernement de mettre fortement l’accent sur l’état de droit et la relance de l’économie, afin de créer des opportunités pour le peuple du Kosovo.

Nous restons déterminés à poursuivre nos efforts dans la lutte contre la corruption et le crime organisé. Nous aimerions voir plus de progrès ici, ainsi qu’en ce qui concerne la réforme de l’administration publique.

C’est pourquoi nous avons encouragé le Kosovo à poursuivre et à accélérer le processus de réforme, ainsi qu’à rester dévoué et concentré sur le dialogue facilité par l’UE sur la normalisation des relations avec la Serbie.

Nous en avons parlé aujourd’hui. Je pense qu’il est crucial pour le Kosovo de s’engager de manière constructive dans le dialogue facilité par l’Union européenne, ce qui signifie respecter et mettre pleinement en œuvre tous les accords passés, sans aucune sorte d’engagement sélectif.

Ici, le Kosovo et la Serbie ont beaucoup de travail à faire, car le statu quo n’est ni favorable ni soutenable pour aucun d’eux.

Mes derniers mots sont pour souligner l’importance d’améliorer la coopération régionale et le bon voisinage. Il est crucial de surmonter l’héritage du passé, d’éliminer les obstacles aux entreprises et aux personnes dans la région et d’aider le Kosovo et l’ensemble de la région à se rapprocher de l’Europe.

Nous restons assurément déterminés à vous accompagner dans ces efforts et je me réjouis de poursuivre cet engagement.

Mon collègue, le commissaire Várhelyi, approfondira certains aspects de notre relation. Je ne vais pas répéter certaines choses que, bien sûr, le commissaire expliquera en profondeur.

Questions et réponses

Q. Monsieur Borrell, vous avez annoncé après le FAC de novembre qu’il y aura une nouvelle série de réunions de dialogue de haut niveau en décembre et c’est déjà le 7 décembre. Y a-t-il une confirmation que cette réunion aura lieu?

Nous organisons et annonçons toujours les réunions de haut niveau du Dialogue lorsque cela est approprié et en temps voulu. Nous ne l’avons pas encore annoncé. Nous avons dit très clairement après les deux réunions de cette année que la condition préalable à la prochaine est la volonté des deux parties de s’entendre sur des résultats concrets. Il sera totalement inutile de convoquer une autre réunion si l’on peut percevoir que ces conditions ne sont pas réunies et de se revoir pour rien.

Ma récente communication et la navette diplomatique du représentant spécial de l’Union européenne [pour le dialogue Belgrade-Pristina, Miroslav] Lajčák, que je dois remercier pour son travail inlassable, ont montré que – à ma connaissance – il n’y a pas une telle disponibilité à ce point. Mais, l’année n’est toujours pas terminée et nous continuerons à faire tout notre possible pour essayer d’avoir une telle réunion, si nous pouvons nous assurer qu’il y aura un résultat. Nous ne pouvons pas forcer les partenaires s’ils n’ont pas la volonté de s’engager de manière constructive, mais je dois gérer notre agenda, nos énergies politiques en fonction du résultat prévu.

Q. Monsieur Borrell, vous avez dit qu’il est crucial pour le Kosovo d’être constructif dans ce dialogue avec Belgrade. Avez-vous parlé concrètement aujourd’hui du caractère constructif de M. Kurti concernant la mise en œuvre de l’obligation du Kosovo concernant l’Association des communautés serbes ?

Concernant l’Association/Communauté des communes à majorité serbe, ce que j’ai à dire, c’est ce que j’ai déjà dit lors de cette réunion à plusieurs reprises et avant cette réunion. La création d’une association/communauté de communes à majorité serbe fait partie de l’Accord de Bruxelles. Cet accord a été conclu de bonne foi par toutes les parties concernées. Et nous attendons que tous les accords soient respectés et pleinement mis en œuvre par les deux parties. Parce que répondre aux besoins des communautés serbes est un élément important du processus de normalisation complet. Avec les mêmes mots, j’ai adressé cette question aujourd’hui au Premier ministre Kurti. Cette partie de l’accord doit être mise en œuvre et elle fait partie de toute façon d’aborder les futurs accords pour la normalisation des relations.

[réagissant aux remarques précédentes du Premier ministre Kurti]. Permettez-moi de dire que je suis aussi un démocrate. Je ne suis pas ici pour servir un politicien de quelque côté que ce soit. Ce qui s’est passé avec les plaques d’immatriculation a montré que – et cela devrait être un exemple – que le Dialogue est le seul forum pour aborder et résoudre tous les problèmes en suspens. Et je voudrais que vous reconnaissiez pleinement l’importance de ce Dialogue afin de surmonter les difficultés pour le Kosovo d’intégrer pleinement la communauté internationale. Je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait que c’est la Cour constitutionnelle qui met des obstacles, et rend impossible la mise en œuvre de cet accord. Cela a été fait par les gouvernements représentatifs de deux parties agissant de bonne foi et conformément aux normes internationales pour établir des accords dans le cadre du Dialogue. Alors, je suis désolé, Premier ministre [Kurti], nous devons continuer à demander la mise en œuvre de cet accord. Je sais qu’il y a d’autres accords en cours. Je sais que des deux côtés il y a des accords qui n’ont pas été mis en œuvre, mais c’est un accord très important.

Q. Concernant le Dialogue, il y avait un accord temporaire sur les plaques d’immatriculation, ce qui est bien, mais vous, Monsieur Borrell, lorsque vous êtes venu, vous aviez l’habitude de dire que l’accord final pouvait être une question de mois, pas d’années. Le Dialogue visera-t-il à parvenir à un accord final ? Cela inclura-t-il la reconnaissance ou continuerez-vous à faire face aux problèmes pratiques qui peuvent survenir de temps à autre sur le terrain ?

Oui, ce sujet et tous les sujets – nous sommes ici pour discuter, nous sommes ici pour renforcer notre relation, nous sommes ici pour voir comment nous pouvons avancer sur le Dialogue. L’objectif du Dialogue est de parvenir à un accord juridique global sur la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie. Qu’est-ce que ça veut dire? C’est aux parties de décider, ce n’est pas à moi. Je suis un facilitateur ; J’essaie de mettre les gens d’accord. D’accord sur quoi ? Sur la normalisation de la relation. Sans la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo, il n’y aura pas de voie claire vers l’Union européenne. De quoi s’agit-il? Quelle est l’essentiel ? C’est aux parties de décider. Je ne peux pas dire quel doit être le résultat final. Si je disais une telle chose, je ferais partie du jeu. je ne fais pas partie du jeu, J’essaie juste de vous pousser à discuter et à faire pression pour une solution. Et c’est ce que j’essaie de faire, d’encourager les deux parties à poursuivre la discussion. Quand j’ai dit « c’est une question de mois, pas d’années », c’est parce que ça a duré, combien d’années ? Trop, non ? Donc, s’il y a de la bonne volonté, le problème peut être résolu demain aussi bien que dans trois ans. Et je ne pense pas que le peuple du Kosovo, et les Balkans dans leur ensemble, puissent attendre la normalisation « dans des années ». Cela va être un gros obstacle pour l’avenir de ces pays sur le chemin de l’Europe. le problème peut être résolu demain aussi bien que dans trois ans. Et je ne pense pas que le peuple du Kosovo, et les Balkans dans leur ensemble, puissent attendre la normalisation « dans des années ». Cela va être un gros obstacle pour l’avenir de ces pays sur le chemin de l’Europe. le problème peut être résolu demain aussi bien que dans trois ans. Et je ne pense pas que le peuple du Kosovo, et les Balkans dans leur ensemble, puissent attendre la normalisation « dans des années ». Cela va être un gros obstacle pour l’avenir de ces pays sur le chemin de l’Europe.

Lien vers la vidéo : https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-215287

EEAS, 07/12/2021

#Josep_Borrell #Kosovo #UE