Pourvoi du conseil de l’UE : Le Polisario déplore

Pourvoi du conseil de l’UE : Le Polisario déplore – Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, TJUE,

Oubi Bouchraya Bachir, membre du secrétaire national du Front POLISARIO chargé de l’Europe et de l’Union européenne, nous a transmis une déclaration concernant le pourvoi du conseil de l’UE à propos de la décision de justice rendu en date du 28 septembre passé par la cour de justice européenne en faveur du Polisario. Le diplomate sahraoui y rappelle en effet que « Par deux arrêts du 29 septembre 2021, le Tribunal de l’Union européenne a annulé les nouveaux accords UE-Maroc qui incluaient illégalement la partie du Sahara occidental sous occupation marocaine ».

Et d’ajouter que S’inscrivant dans la lignée des précédents arrêts rendus par la Cour de justice de l’Union européenne en 2016 et en 2018, le Tribunal a jugé que les nouveaux accords UE-Maroc avaient été conclu en violation grave du droit international, contre le consentement du peuple sahraoui ». il est vrai cependant, que « Du côté adverse, les réactions sont sans surprise : le Royaume du Maroc dénie cette réalité juridique, et l’Union européenne, sous influence française, cherche à gagner du temps. Devant le rejet net de ses arguments par le Tribunal, le Conseil de l’UE avait le devoir d’amener le Royaume du Maroc à être raisonnable ».

En effet, « la logique imposait ensuite d’ouvrir des négociations avec le Front POLISARIO pour assurer la continuité des activités économiques, dans le respect du consentement sahraoui, avec la mise en place de dispositifs techniques comme il existe pour les autres territoires occupés situés dans le voisinage de l’Union européenne ». et de déplorer qu’ « Au lieu de cela, le Conseil de l’UE choisit la fuite en avant, en formant un pourvoi contre les arrêts du Tribunal de l’UE. La CJUE devra donc décider si les annulations des nouveaux accords UE-Maroc sont conformes à sa jurisprudence sur le Sahara occidental.

Le Front POLISARIO n’est pas surpris, car il sait très bien que les dirigeants européens sont dans l’incapacité de tenir au Maroc un langage de vérité, préférant que la décision soit prise par les juges. Cette vérité est connue de tous, depuis le premier jour : l’Union européenne ne peut pas inclure le Sahara occidental dans sa coopération avec le Royaume du Maroc car ce territoire n’est pas marocain, ne l’ayant jamais été ». le plus dramatique et désolant dans ces « affaires » c’est que « La faiblesse du Conseil a un coût élevé pour le peuple sahraoui.

En effet, « L’inexécution des précédents arrêts a aggravé la situation sur le terrain, renforçant le sentiment d’impunité de l’occupant marocain, ce qui lui a permis de reprendre le conflit armé, au détriment du processus de paix ».

Le diplomate sahraoui conclut sa déclaration sur cette note optimiste : « Le peuple sahraoui, légaliste et pacifiste, sait que, dans sa lutte pour l’autodétermination et l’indépendance, ses adversaires lui imposeront toutes les épreuves. Il n’est donc pas surpris par ce pourvoi. Alors que, tôt ou tard, les dirigeants européens devront respecter leurs obligations à l’égard du peuple sahraoui, ils cherchent à gagner du temps par une manœuvre dilatoire, et embarquent l’Union européenne dans cette procédure dont le but principal est de prolonger l’occupation illégale du Sahara occidental. Pour sa part, notre peuple place toute sa confiance dans la justice européenne en tant que rouage essentiel de l’État de droit en Europe. Nul doute que la juste cause du peuple sahraoui finira par triompher ». Ainsi soit-il…

#Sahara_Occidental #Maroc #UE #TJUE