Macron rencontre MBS lors de la dernière étape du Golfe

Macron rencontre MBS lors de la dernière étape du Golfe – France, Arabie Saoudite, Qatar, Mohamed Ben Salmane,

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) — Le président français Emmanuel Macron a rencontré samedi le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman pour la dernière étape d’une tournée de deux jours dans le Golfe. Les inquiétudes concernant le programme nucléaire iranien, les multiples crises au Liban et la guerre en cours au Yémen devaient être diffusées en privé par les deux parties.

Plus tôt dans la journée, Macron était au Qatar, où il a déclaré aux journalistes que la France et un certain nombre de pays européens envisageaient d’ouvrir une mission diplomatique conjointe en Afghanistan, mais a souligné que cela ne signifierait pas la reconnaissance des dirigeants talibans du pays.

Il a également déclaré qu’il soulèverait la question du Liban avec le prince héritier saoudien, en particulier l’importance de se tenir aux côtés du pays politiquement dans l’impasse alors qu’il passe d’une crise à l’autre.

En Arabie saoudite, Macron a rencontré le prince héritier dans la ville de Jiddah, sur la mer Rouge, où le royaume est en train d’accueillir sa toute première course de Formule 1 et un concert pop de Justin Bieber, malgré les appels des groupes de défense des droits au boycott. C’est la dernière initiative du jeune prince héritier pour présenter les réformes sociales qu’il a inaugurées et pour lesquelles il a été salué. Simultanément, cependant, le prince a également mené une répression omniprésente contre les militants des droits de l’homme et les critiques, aboutissant au meurtre de l’écrivain saoudien Jamal Khashoggi fin 2018 en Turquie, une opération qui a entaché la réputation du prince à l’étranger.

Macron, 43 ans, a toujours maintenu une ligne de communication ouverte avec l’héritier de 36 ans du trône saoudien, y compris en période de controverse internationale. Plus particulièrement, l’ intervention du président français a été considérée comme essentielle en 2017 pour aider le Premier ministre libanais de l’époque, Saad Hariri, à quitter l’Arabie saoudite après avoir prétendument été contraint de démissionner de son poste lors d’une visite dans la capitale saoudienne, Riyad.

Le Liban devrait à nouveau figurer dans les discussions de Macron avec le prince Mohammed. Le Liban, qui souffre déjà d’une crise économique sans précédent, fait face à des pressions économiques et diplomatiques supplémentaires de la part des États arabes du Golfe, principalement de l’Arabie saoudite, en raison de la frustration suscitée par la domination du groupe Hezbollah soutenu par l’Iran sur la politique libanaise.

Quelques heures avant d’arriver à Jiddah, Macron a déclaré qu’il était « absolument nécessaire » que la région rouvre ses relations économiques et aide le Liban en période de besoin. Il a déclaré qu’il en avait discuté avec l’émir au pouvoir du Qatar et qu’il le ferait avec le prince héritier d’Arabie saoudite.

Pour aider à apaiser les tensions avant le voyage de Macron à Jiddah, un ministre libanais qui avait critiqué la guerre menée par les Saoudiens au Yémen et dont les commentaires ont déclenché la dernière querelle du Golfe a démissionné du gouvernement vendredi. Il a déclaré qu’il avait démissionné avant le voyage dans l’espoir que cette décision puisse aider les efforts du président français pour rétablir les relations saoudo-libanaises.

« Je pense que cette démission a permis de relancer la possibilité de discussions, notamment avec l’Arabie saoudite », a déclaré Macron aux journalistes au Qatar. « Le premier objectif doit être que le gouvernement libanais puisse fonctionner normalement, c’est-à-dire se réunir, travailler et avancer sur les réformes indispensables.

Alors qu’il était au Qatar tôt samedi, Macron a salué le rôle du petit État du Golfe dans l’aide aux efforts d’évacuation des citoyens européens hors d’Afghanistan après la prise de contrôle du pays par les talibans au cours de l’été.

Il a indiqué que la France et d’autres pays de l’UE réfléchissent à « avoir un site commun à plusieurs pays européens où nos ambassadeurs ou chargés d’affaires peuvent être présents » en Afghanistan. Il a souligné que cela ne signifierait pas une reconnaissance politique ou un dialogue politique avec les talibans.

Tout au long de ses réunions dans le Golfe, les entretiens de Macron se sont également concentrés sur la reprise des pourparlers concernant l’accord nucléaire de l’Iran avec les puissances mondiales , dont la France est partie. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont signalé que l’accord nucléaire de 2015 – avec des ajustements mineurs – était la voie à suivre avec l’Iran. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite s’étaient opposés à l’accord négocié avec l’Iran, bien que tous deux aient depuis tenu des pourparlers avec Téhéran pour calmer les tensions.

Lors de la visite de Macron aux Émirats arabes unis vendredi, la France a annoncé que les Émirats arabes unis achetaient 80 avions de combat Rafale améliorés dans le cadre d’un accord d’une valeur de 16 milliards d’euros (18 milliards de dollars) et représente le plus gros contrat d’armement français à l’exportation. L’accord a été critiqué par des groupes de défense des droits humains préoccupés par l’implication des Émirats arabes unis dans la guerre au Yémen.

Associated Press, 04/12/2021

#France #Macron #MBS #Mohamed_ben_salmane #Arabie_saoudite