Gambie : 1ère élection présidentielle post-Jammeh

Gambie : 1ère élection présidentielle post-Jammeh – Yahya Jammeh, Adama Barrow, Ousainou Darboe, Mama Kandeh, Halifa Sallah, Abdoulie Ebrima, Essa Mbye Faal,

BANJUL, Gambie (AP) – Des files d’électeurs se sont alignées samedi devant les bureaux de vote de la capitale gambienne alors que le pays organise une élection présidentielle qui, pour la première fois depuis des décennies, n’inclut pas l’ancien dictateur Yahya Jammeh comme candidat.

Les bureaux de vote se sont ouverts à un taux de participation élevé, avec de nombreuses personnes faisant la queue au stade de l’Indépendance de la capitale avant le lever du soleil. Près d’un million d’électeurs devaient déposer des billes dans l’une des six poubelles, chacune ornée du visage et du nom d’un candidat.

Les candidats incluent le président sortant Adama Barrow, qui a battu Jammeh en 2016 alors qu’il se présentait comme candidat d’une coalition d’opposition.

Les challengers de Barrow sont l’ancien mentor et chef de l’opposition Ousainou Darboe du Parti démocrate uni ; Mama Kandeh du Congrès démocratique de Gambie ; Halifa Sallah de l’Organisation démocratique du peuple pour l’indépendance et le socialisme ; Abdoulie Ebrima Jammeh du Parti de l’unité nationale ; et Essa Mbye Faal, ancien avocat principal de la commission vérité de la Gambie, qui se présente sous un ticket indépendant.

« Nous ne perdrons jamais cette élection », a déclaré Barrow après avoir voté à Banjul. «Je suis un leader qui se concentre sur le développement, et ce développement se poursuivra dans ce pays. Je sais que dans les prochaines 24 heures, mon peuple célébrera dans les rues. »

Barrow a souligné que la Commission électorale indépendante doit rester impartiale dans sa supervision des élections.

« S’ils sont neutres, cela nous facilite tous la tâche, les joueurs, et s’ils sont neutres, il est facile pour les gens d’accepter les résultats finaux », a-t-il déclaré.

Darboe, le candidat du Parti démocrate uni, a voté à Fajara, un quartier de Bakau, près de la capitale, en utilisant une marchette pour voter en raison de problèmes de santé.

« Notre espoir est que beaucoup de gens viendront voter parce que nous pensons que si la majorité des gens votent, le Parti démocrate uni aura une chance de gagner » Kemo Bojang, secrétaire général national de la jeunesse de l’UDP dit aile.

En tournée dans les bureaux de vote de la région de Serrekunda, le président de la Commission électorale indépendante, Alieu Mommar Njie, s’est dit satisfait du processus de vote. Il a déclaré que les résultats des élections seraient annoncés d’ici lundi.

« Il n’y a pas de meilleur système au monde que nous », a déclaré Mommar aux journalistes.

Tous les candidats à la présidentielle se sont engagés à renforcer l’économie du pays dépendante du tourisme à la suite de la pandémie de coronavirus afin que moins de Gambiens se sentent obligés de parcourir la dangereuse route migratoire vers l’Europe.

Alors que les élections de 2016 qui ont chassé Jammeh du pouvoir après 22 ans ont vu les Gambiens passer de la peur à l’exaltation, beaucoup ne sont toujours pas satisfaits des progrès réalisés par la nation.

« Depuis l’arrivée au pouvoir du président Barrow, les prix des denrées alimentaires n’ont cessé d’augmenter. Le Gambien moyen vit dans la pauvreté, nous voulons donc qu’un candidat soit élu pour résoudre ce problème », a déclaré Kebba Gaye, 23 ans, dans la ville de Wellingara. « Nous, les jeunes, voulons élire un leader qui respectera et valorisera nos votes. Un leader qui créera des emplois pour nous (jeunes), des constructions de routes, ainsi que des hôpitaux de qualité à travers le pays.

Dans un quartier voisin, Marietou Bojang, 24 ans, a reconnu la nécessité d’un changement, affirmant que les gens n’avaient pas assez à manger.

« Je vote parce que moi-même et d’autres femmes souffrons en silence. Un sac de riz a considérablement augmenté », a-t-elle déclaré à l’Associated Press.

Elle s’est également plainte de corruption, affirmant que l’on n’avait pas fait assez pour régler les problèmes au sein du gouvernement.

De nombreux Gambiens veulent avoir la certitude que les nouveaux dirigeants amèneront la petite nation ouest-africaine d’environ 2,4 millions d’habitants vers la paix et la justice.

Malgré le départ de Jammeh, la nation continue de souffrir des effets de son régime, notamment des violations des droits et des fonds prélevés dans les coffres de l’État.

« En tant que pays, nous ne pouvons pas guérir sans justice », a déclaré à l’Associated Press le président de l’Association du barreau de Gambie, Salieu Taal.

Jammeh a quitté la Gambie en 2017. Son règne de deux décennies a été marqué par des arrestations arbitraires, des disparitions forcées et des exécutions sommaires qui ont été révélées par des témoignages dramatiques lors des audiences de la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations qui ont duré des années.

La semaine dernière, la commission a remis son rapport en 17 volumes au président Barrow, l’exhortant à répondre aux attentes en veillant à ce que les auteurs de violations des droits humains soient poursuivis. Barrow a déclaré qu’il veillerait à ce que justice soit faite.

Pourtant, une réélection de Barrow est incertaine, car de nombreux Gambiens se sentent trahis après que son Parti national du peuple a conclu un accord avec les principales personnalités de l’ancien parti au pouvoir, malgré la scission de Jammeh avec ce parti.

Omar Amadou Jallow, figure emblématique du Parti populaire progressiste, s’est rallié à Barrow.

« Votons et rentrons chez nous pacifiquement », a-t-il déclaré samedi aux journalistes. « Cette élection va être transparente.

Jallow a déclaré que les partisans du parti ne devraient pas se battre, appelant les Gambiens à rester ouverts.

« Nous sommes égaux devant la loi. C’est la démocratie. Nous voulons la paix dans ce pays », a-t-il ajouté.

Cependant, les liens avec Jammeh ne sont pas seulement un problème pour le président actuel. Le candidat de l’opposition Kandeh a été fortement soutenu par une faction politique dissidente que Jammeh a formée pendant son exil en Guinée équatoriale.

Alors que Kandeh a gardé le silence sur le retour possible de Jammeh en Gambie, ses alliés disent sans équivoque que Jammeh reviendrait s’ils sortaient victorieux des élections.

Jammeh, qui a pris le pouvoir en 1994 lors d’un coup d’État sans effusion de sang, a été démis de ses fonctions en 2016. Après avoir initialement accepté de démissionner, Jammeh a résisté et une crise de six semaines a vu les pays voisins d’Afrique de l’Ouest se préparer à envoyer des troupes pour organiser une armée. intervention. Jammeh a été contraint à l’exil et s’est enfui en Guinée équatoriale.

Parmi les autres candidats, Sallah et Darboe sont des politiciens établis, mais ils sont confrontés aux défis de nouveaux arrivants tels que Faal et Ebrima Jammeh, qui font des vagues dans les zones urbaines.

Les Gambiens, habitués à la violence autour des scrutins, s’inquiètent d’une éventuelle confrontation entre les partisans de Barrow et Darboe, car les années ont vu un grand fossé entre les deux dirigeants autrefois proches.

Associated Press, 04/12/2021

#Gambie #YahayaJammeh #Elections