CPS: Pourquoi la Libye a-t-elle tourné le dos à l’Algérie ?

CPS: Pourquoi la Libye a-t-elle tourné le dos à l’Algérie ? – Union Africaine, Conseil de paix et de sécurité, Maroc,

Manœuvres marocaines au CPS : Le jeu malsain de Tripoli
Pourquoi la Libye a-t-elle tourné le dos à l’Algérie ? Pourquoi maintenant alors que la tension est à son paroxysme avec le régime du Makhzen ? Qui a intérêt à placer le régime naissant et encore fragile de Tripoli sous la coupe de Rabat ? Depuis quelques jours, l’information a d’abord circulé rapidement à travers plusieurs canaux diplomatiques, avant d’être relayée par des médias triés et les réseaux sociaux.

L’affaire concerne le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, un organe stratégique où se décident généralement les grandes résolutions sur les questions liées aux conflits et aux guerres dans le continent. Le Maroc veut retourner dans cet organe à travers de sombres manœuvres et un alignement spectaculaire de la Libye.

Selon le site d’information, Libya-al-Mostakbal, la déjà controversée ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Al Mangoush, a informé son homologue marocain, lors d’un entretien téléphonique, de la décision de son gouvernement «de retirer sa candidature pour siéger au CPS pour le mandat 2022-2025, d’y renoncer en faveur du royaume du Maroc et de soutenir la candidature marocaine». Le site note encore que cette décision «sera formellement communiquée à la commission de l’UA».

Ce retrait libyen facilitera ainsi le retour du Makhzen qui occupera, à nouveau, un siège au CPS, après son premier mandat de deux années (2018-2020), en sa qualité de représentant de l’Afrique du Nord.

Pour les milieux diplomatiques, le but de cette manœuvre est double : défendre d’abord le statut d’observateur de l’entité sioniste au sein de l’Union africaine, et peser ensuite sur les lourds dossiers d’actualité, comme au Sahara occidental, où l’UA veut jouer un rôle capital, dans les prochains mois, après la nomination d’un nouvel envoyé spécial du SG des Nations unies.

Le risque de ce hold-up, s’il est réalisé, est incalculable et pourrait créer davantage de tension et d’agitation, voire de division au sein de l’organisation panafricaine. Alors que le CPS, comme organe décisionnel permanent, est chargé de la prévention, la gestion et le règlement des conflits dans le continent, voilà qu’il devient un instrument de guerre et d’instabilité.

Il convient de rappeler, à ce propos, les déclarations du ministre marocain des Affaires étrangères au lendemain du retour de Rabat en tant que membre au sein de l’UA, après presque trente ans d’absence et de politique de la chaise vide, suite à l’adhésion de la République sahraouie.

«Rejoindre le CPS était notre objectif principal depuis un an», a affirmé Bourita. «C’est fondamental, car c’est là que sont traitées les questions importantes pour le Maroc, notamment au sujet du Sahara occidental», a-t-il ajouté.

La ministre libyenne des Affaires étrangères a confirmé ses propos et les intentions de son gouvernement. Dans un tweet qui ne rajoute point à la confusion, elle annonce le retrait officiel de la candidature de son pays au CPS et réaffirme le soutien de son pays à la candidature du Maroc. Officiellement, le gouvernement libyen n’a diffusé aucun communiqué expliquant sa démarche, ni répondant ou démentant les propos de sa cheffe de diplomatie.

Alger n’a pas encore réagi à cette volte-face, attendant certainement une communication officielle ou une correspondance libyenne aux instances de l’UA.

Alors que les Libyens s’apprêtent à élire leur président dans trois semaines, dans une conjoncture politique des plus instables et sous une pression énorme de puissances régionales et de l’ONU, il y a lieu de s’interroger sur cette décision de Tripoli, pour le moins incompréhensible et illogique dans les annales diplomatiques.

Pourquoi un retrait et pourquoi désigner aussi rapidement son remplaçant ? En 2015 déjà, alors que l’Algérie faisait des efforts extraordinaires dans des négociations dures et complexes avec toutes les parties libyennes, ces derniers ont préféré aller au palais de Skhirat, au Maroc, signer un accord, dont les détails et la plate-forme ont été rédigés à Alger. A l’époque, les observateurs avaient été surpris par ce retournement libyen, qui n’avait pas lieu d’être, bien que certaines factions de ce pays voisin n’aient jamais admis que l’Algérie y joue un rôle pour des raisons historiques, géographiques et culturelles.

Il est également vrai que le Makhzen a toujours tenté de phagocyter ce rôle algérien, en tentant de réduire son influence ou son poids, allant jusqu’à critiquer ouvertement l’Allemagne qui avait abrité deux fois un sommet consacré à la crise libyenne sans inviter le Maroc pour des raisons objectives alors que l’Algérie y était présente.

D’autres diplomates estiment que l’attitude libyenne s’explique par les agissements sournois de la part de deux puissances étrangères, la France et Israël. L’entité sioniste cherche naturellement à s’incruster davantage dans les rouages de l’organisation panafricaine, à affaiblir ses principaux Etats agissants et à imposer une nouvelle normalisation en direction de toute l’Afrique.

L’enjeu est également crucial pour les Français, qui veulent mettre en orbite le maréchal Haftar ou ses soutiens dans la région. Dans un pays où la solution politique n’est guère facile, où les convulsions de la guerre civile sont encore vivaces, l’accession du Maroc à la tête du CPS devient un enjeu de taille et un levier stratégique, dans les années à venir, non seulement pour l’équilibre sécuritaire en Libye mais aussi au Sahara occidental et au Sahel.

Par Mohamed K.

Le Jeune Indépendant, 01/12/2021

#Union_Africaine #UA #Conseil_paix_sécurité #CPS #Maroc #Libye #Algérie