Maroc: santé, éducation, gangrénés par la corruption

Maroc: santé, éducation, gangrénés par la corruption – transparence, contrôle, services publics

RABAT – Les secteurs de la santé et de l’éducation sont les plus gangrénés par le phénomène de la corruption au Maroc, selon l’Autorité nationale pour l’intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption, relevant que « les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement afin de lutter contre ce fléau sont inefficaces et ne répondent pas aux normes de transparence et de contrôle ».

« Les secteurs de la santé et de l’éducation arrivent en tête des secteurs gangrénés par la corruption au Maroc », a indiqué l’instance dans son rapport annuel de 2020, notant que « la corruption touche davantage les secteurs du service public qui sont les plus sollicités par les citoyens ».

Le rapport fait remarquer, en outre, « que 36.138 appels d’alerte sur les cas de corruption ont été enregistrés entre le 14 mai 2018 et le 31 décembre 2019 via la ligne directe mise en place par le procureur de la République afin de dénoncer la corruption », précisant que « ces appels ont conduit à l’arrestation de 117 suspects à travers le pays ».

Il note que « le nombre d’affaires de corruption serait beaucoup plus important que celui arrêté car certaines affaires sont du ressort de la Police judiciaire », déplorant « le retard dans leur traitement ».

#Maroc #Corruption #Education #Santé #Services_publics #Transparence #contrôle