Le drone kamikaze et la guerre conventionnelle

Le drone kamikaze et la guerre conventionnelle – espionnage, données satellites, electronic warfare, guerre conventionnelle

Le drone kamikaze conventionnelle peut changer la donne mais comme tout nouvel avantage tactique il entraînera de fait une réponse multiforme.
La réponse serait-elle de frapper en amont en empêchant l’ennemi de sortir l’épée du fourreau ? La métaphore est je pense assez simple à comprendre.

Cela implique un travail de renseignement très précis avec un suivi quasi quotidien de l’unité dédié qui peut être obtenu grâce aux données satellites mais également par travail de renseignement humain sur le terrain. De l’espionnage pur et dur à l’ancienne, oui on a encore besoin de l’humain doté de son instinct et de sa capacité d’analyse.

L’autre réponse « Electronic Warfare » est la capacité technique à mettre hors d’état de nuire les drones kamikazes par les caractéristiques mêmes de sa conception. Une conception utilisant justement une électronique à la fois simple et très avancée mais qui la rend vulnérable aux équipements dédiée à la guerre électronique pour le soutien, la protection et l’attaque. Le tout étant de savoir si ses équipements de guerre électronique aujourd’hui sont capables de neutraliser ces drones kamikazes en nombres élevés.

Il y a également les équipements dédiés a la défense antiaérienne, le problème étant le taux de réussite d’interception de ses équipements qui de base sont censé détruire des appareils avec des signatures radar très différente et en nombres restreints d’où l’importance d’avoir une redondance capable d’encaisser plusieurs vagues.

D’abord revenons aux fondamentaux, l’utilisation de drones kamikazes dans une guerre conventionnelle répond à une stratégie, premièrement pénétrer la bulle A2/AD de l’ennemi en détruisant ses capacités antiaériennes, deuxièmement atteindre les postes de commandements afin de désorganiser la chaîne de commandement et donc la riposte, troisièmement dans une moindre mesure affaiblir l’infanterie en détruisant l’artillerie lourde, les mlrs (Multiple Launch Rocket System) et les blindés aux multiples configurations.

Une chose ne change pas dans une guerre conventionnelle, celui qui frappe le premier à les blancs, à lui de garder l’avantage.

ALN54DZ, 26/09/2021

#Drones #Guerre_conventionnelle #Electronic_Warfare