Arménie-Azerbaïdjan: Les drones ont mis fin à un vieux conflit

Arménie-Azerbaïdjan: Les drones ont mis fin à un vieux conflit – Bayraktar TB2, Harop, ogives MAM

Comment les drones ont mis fin à une guerre de plusieurs décennies en 44 jours.

Les États-Unis et l’OTAN ont beaucoup à apprendre de ce conflit entre pairs

« Ne vous inquiétez pas si vous entendez une explosion », nous dit notre guide arménien alors que nous nous faufilons dans les rues bombardées de Martuni. « Le temps que vous l’entendiez, elle vous a déjà manqué. Vous ne devriez vraiment vous inquiéter que si vous entendez le bourdonnement d’un drone. Ce qui sera le cas », ajoute-t-il avec un sourire sec. Cette petite ville se trouve à moins de trois kilomètres de la ligne de front d’une bataille sanglante entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour la région longtemps contestée du Haut-Karabakh – une zone de la taille du Delaware, entièrement située en Azerbaïdjan et largement habitée par l’ethnie arménienne.

Le conflit remonte à 1988 et s’est intensifié avec la dissolution de l’Union soviétique. Mais aujourd’hui, en un peu plus d’un mois, deux véhicules aériens sans pilote (UAV) envoyés par les Azéris – le Bayraktar TB2 turc et le Harop israélien – ont anéanti l’avantage défensif arménien et détruit des milliards de dollars de matériel militaire. Le Bayraktar, souvent armé d’ogives MAM guidées par laser, frappe ses cibles de la même manière qu’un Predator américain frapperait un camp terroriste en Afghanistan ou en Somalie. Le Harop, en revanche, plonge vers sa cible comme un kamikaze et explose à l’impact.

Quelques minutes plus tard, notre guide prend un appel et commence à s’inquiéter. « Nous avons reçu des rapports de drones en approche », dit-il, et il dirige notre convoi de journalistes vers l’abri anti-bombe le plus proche, qui est une cave réaménagée pour la garnison de la ville. Des essaims de drones ont ciblé des villes similaires et des positions militaires proches des lignes de front pour affaiblir les défenses arméniennes avant que l’infanterie et les blindés azéris ne puissent charger leurs positions. Il s’agit de la version moderne du barrage d’artillerie qui a précédé l’assaut des tranchées pendant la Première Guerre mondiale.

Pour fortifier leur position ces dernières années, les Arméniens ont acheté à la Russie des systèmes coûteux d’alerte précoce anti-aérienne. Mais dans cette guerre, ces outils se sont avérés notoirement peu fiables pour détecter la flotte mortelle de drones de combat de l’Azerbaïdjan, qui étaient beaucoup plus petits et plus agiles que les avions de chasse que les systèmes russes étaient censés aider à arrêter.

Notre guide nous fait signe de nous arrêter et de garder le silence, puis il montre ses oreilles et fait des mouvements au-dessus de lui. Nous entendons un faible bruit dans le ciel, un gémissement aigu qui ressemble à celui d’une moto de cross, suivi d’une série d’explosions beaucoup plus rapprochées. Dans la sécurité de la cave, une douzaine de soldats arméniens sont assis, fumant, dormant et jouant aux cartes, tandis que les bombardements continuent à l’extérieur.

Au bout de 20 minutes, nous recevons le feu vert et nous nous précipitons vers le camion de presse, en espérant échapper à la prochaine vague de drones. Les décombres qui nous entourent sont sinistrement familiers à mes collègues, dont la plupart sont des journalistes chevronnés qui ont travaillé sur des guerres en Irak, en Syrie ou en Afghanistan. Des maisons de ville ont été réduites en pièces, des lignes téléphoniques et des briques sont éparpillées sur les trottoirs. Les rues sont marquées par des explosions, petites et grandes. L’hôtel de ville art déco en briques rouges, une structure imposante et belle pour une ville de quelques milliers d’habitants, est couvert de cicatrices d’éclats d’obus, ses fenêtres ont été soufflées. La place extérieure est jonchée de verre brisé. Le seul bruit, à part le vrombissement de l’air, est l’aboiement incessant des chiens errants qui se disputent les déchets des soldats.

Mais alors que nous reprenons la route vers Stepanakert, la capitale régionale contrôlée par les Arméniens, les explosions en arrière-plan se rapprochent. Nous commençons à voir de la poussière et de la fumée provenant des rues voisines. Juste après avoir passé la périphérie de la ville, une explosion secoue le van. Un énorme panache de fumée blanche s’élève à 40 mètres sur notre gauche. C’est exactement ce que notre mentor craignait tant. Nous avons été repérés, et maintenant nous sommes ciblés.

Notre chauffeur hurle et appuie sur l’accélérateur, contournant les nids de poule sur la route étroite à une vitesse qui semble être de 90 miles par heure. Environ une minute plus tard, trois petites frappes explosent sur une petite colline vers laquelle nous roulions. Lorsque nous arrivons tous à la sécurité relative du bunker de notre hôtel, nous sommes choqués et, franchement, un peu exaltés. Mais nous savons que nous avons eu de la chance.

Les journalistes sont des cibles interdites par les lois internationales de la guerre. Certains membres de notre groupe pensaient que le système de ciblage des Azéris avait échoué. D’autres soupçonnaient qu’il s’agissait d’un tir d’avertissement pour effrayer les reporters et les éloigner des combats. Mais quelques semaines auparavant, plusieurs journalistes, dont certains du journal français Le Monde, avaient été gravement blessés dans une attaque à la roquette dans la même ville où nous étions visés. Avetis Harutyunyan, un journaliste d’Armenia TV, a été blessé après avoir été touché par des éclats d’une roquette GRAD près de l’endroit où nous avions été visés. « Je me souviens avoir couvert la guerre d’avril 2016 où [les Azéris] ont à peine touché près des cibles », m’a-t-il dit. « Cette fois, ils nous ont ciblés avec une précision extrême ».

Après notre voyage éprouvant, nous nous sommes assis autour d’un abri anti-bombes de Stepanakert en buvant des verres d’un alcool local, une liqueur extrêmement forte, semblable à de la vodka, fabriquée à partir de mûres. L’ancien colonel arménien Arshak Haryryan se souvient du premier conflit dans la région après la dissolution de l’Union soviétique. « Lors de la première guerre, nous nous sommes battus dans les collines avec des AK47 et des tanks que nous avons capturés à l’ennemi… maintenant, ce ne sont que des drones, des drones, des drones. Ils ne se battent pas loyalement. L’Azerbaïdjan a un énorme budget militaire, de nouvelles technologies, et ces horribles drones. »

Il m’a montré une photo de lui et de son peloton armé de fusils, tous entassés sur un véhicule blindé de transport de troupes de 1993 qui avait aidé à la prise de la ville stratégique de Shushi, dans le Haut-Karabakh. Aujourd’hui, a-t-il expliqué, tout ce qui est de cet ordre serait rapidement réduit en miettes.

Popular mechanics, 29/10/2021

#Arménie #Azerbaïdjan #Turquie #Drones #BayraktarTB2 #Harop