UpM : allocution d’ouverture de Josep Borrell

Union pour la Méditerranée, Barcelone – UpM : allocution d’ouverture de Josep Borrell

Excellences, chers collègues et amis,

Parce que c’est une réunion d’amis, merci à vous tous d’être là. C’est formidable que tant d’entre nous aient réussi à se rencontrer en personne dans ces circonstances difficiles. Il s’agit d’une réunion avec un nombre record de participation ministérielle – c’est une bonne nouvelle.

La dernière fois, c’était en 2019 et je tiens à exprimer mes sincères remerciements à l’Espagne pour avoir accueilli cet événement dans un cadre aussi splendide, un lieu véritablement méditerranéen. Merci au ministre espagnol des Affaires étrangères [José Manuel Albares], pour ses encouragements à continuer à travailler et ses encouragements à continuer à faire preuve de solidarité et d’engagement.

Comme il l’a dit, hier, nous avons eu la première « Journée de la Méditerranée » et en cette « Journée de la Méditerranée », j’ai envoyé un message disant que nous sommes une famille(le lien est externe). Nous sommes voisins, nous sommes partenaires, nous sommes une famille. A l’intérieur d’une famille il y a de l’amour, mais il y a aussi de temps en temps un certain nombre d’ennuis, de querelles. Et nous l’avons aussi.

Nous l’avons parce que nous partageons une histoire commune. L’histoire nous rassemble et l’histoire nous apporte des conflits. L’histoire nous rejoint, mais aussi nous sépare. En fait, la Méditerranée est une frontière. C’est une frontière qui sépare deux mondes avec beaucoup de différences.

Nous nous sommes engagés à dépasser ce qui nous sépare et à faire de la Méditerranée plus qu’une frontière un lieu de rencontre qui rassemble notre monde, nos mondes, disons-le au pluriel.

La Méditerranée doit être un lieu de progrès partagé, mais si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous devons reconnaître que nous n’y avons pas beaucoup réussi. Et il est entre nos mains de continuer à travailler et à nous engager les uns avec les autres pour continuer à façonner notre histoire commune.

Notre époque nous apporte de nombreux défis. Nous sommes confrontés à des conflits et, sur certains d’entre eux, nous avons fait très peu de progrès. Je suis désolé de devoir m’en souvenir. Nous sommes confrontés à la fragmentation, aux inégalités et au manque d’opportunités économiques, en particulier pour les nombreux jeunes. Nous sommes confrontés à la pression migratoire et aux rêves déçus.

Regardez les chiffres : depuis 1990, au cours des 30 dernières années, au Maghreb – je sais que ce n’est pas toute la Méditerranée mais concentrons-nous sur le Maghreb – le PIB par habitant a doublé, mais dans l’Union européenne il a triplé. Ainsi, l’écart se creuse. Le PIB par habitant au Maghreb est passé de 5 000 $ à 10 000 $ et au [PIB par habitant dans l’] Union européenne est passé de 15 000 $ à 45 000 $ – l’écart est beaucoup plus grand.

Et nous pouvons dire la même chose à propos de la démographie. La population a augmenté beaucoup plus vite dans le Sud que dans le Nord. Au Nord, il a augmenté de 12 % et au Sud de 45 %.

Ces deux écarts, l’écart démographique et l’écart de richesse sont insoutenables, et ils ne diminuent pas, ils augmentent.

Regardons la réalité devant nous. Malgré tous nos efforts, et malgré tant de conférences et de réunions, comme l’a rappelé le ministre espagnol [des Affaires étrangères, José Manuel Albares], nous continuons à avoir un écart croissant. Permettez-moi d’insister sur cette idée : c’est insoutenable. Nous devons combler cet écart. Et, pour combler cet écart, nous devons faire face à des défis spécifiques.

Certainement, pour promouvoir un développement économique durable et inclusif, ce qui signifie au final, [créer] des emplois et des opportunités pour le grand nombre de jeunes du Sud. Et beaucoup d’entre eux devront chercher cette opportunité dans le Nord. Nous ne pouvons pas fermer nos frontières à la migration, mais elle doit être réglementée.

Deuxièmement, nous devons lutter contre les inégalités et tisser des liens humains et culturels. Troisièmement, le commerce et l’investissement, il n’y a pas assez de commerce entre nous. L’Afrique du Nord est l’une des régions les moins intégrées au monde et le nombre d’échanges économiques entre le Nord et le Sud n’augmente pas. Et enfin et surtout, lutter contre le changement climatique et améliorer les conditions de vie.

Certes, ces défis ne peuvent être résolus avec succès que si nous travaillons ensemble. J’insiste sur l’idée qu’il faut convertir la Méditerranée non pas en une frontière qui nous sépare, mais en un lieu de rencontre. C’est à cela que sert l’Union pour la Méditerranée, et ce que l’Union pour la Méditerranée fait par des mesures concrètes, par une coopération pratique, en produisant des résultats. C’est ce qu’est l’Union pour la Méditerranée.

D’autres acteurs internationaux font leur apparition dans la région. Quand je suis arrivé à Bruxelles il y a deux ans, il n’y avait pas de Russes en Afrique du Nord. Maintenant, il y en a beaucoup. Lorsque d’autres acteurs viennent, il est important de continuer à accroître notre engagement parmi nous, parmi les Méditerranéens.

Un bon exemple de cette solidarité est nos efforts communs pour faire face à la situation en Biélorussie, permettez-moi de le mentionner, car cela compte beaucoup pour nous, Européens. Beaucoup d’entre vous ont fait preuve de solidarité – merci – en limitant le trafic aérien vers la Biélorussie, ou pour reprendre les mots de mon collègue commissaire [pour promouvoir le mode de vie européen, Margaritis] Schinas : « C’est le moment où l’Union européenne compte sur nos amis, et nous sommes très heureux de voir que nous en avons beaucoup ». Et beaucoup d’entre vous ont été très utiles pour arrêter ce flux de personnes qui [ont été] utilisées comme balles contre les frontières européennes. Ils ont été transformés en armes, et ce genre de choses, nous ne pouvons pas nous permettre de les avoir.

Un autre bon exemple est la façon dont nous nous sommes entraidés avec la pandémie de COVID-19. C’est un travail en cours, mais de notre côté, nous avons fait de notre mieux, pas assez, mais de notre mieux pour aider tous les pays du pourtour méditerranéen. Et nous continuerons à les soutenir.

Un autre exemple encore est la déclaration ministérielle sur l’environnement et l’action pour le climat, adoptée par l’Union pour la Méditerranée au Caire le mois dernier, comme l’a rappelé le ministre espagnol [José Manuel Albares]. Cet accord doit conduire la région vers une transition verte réussie. Parce que le changement climatique et la dégradation de l’environnement comportent de sérieux défis, mais c’est aussi une grande opportunité pour nos deux économies, pour la création d’emplois, pour la diversification de notre structure économique.

Un succès similaire a été enregistré en juin dernier lorsque l’Union des ministres de la Méditerranée a confirmé son intention de tracer une nouvelle voie de transition énergétique propre pour la région. Ils se sont mis d’accord sur un plan directeur pour l’interconnexion électrique entre tous les pays et à travers la Méditerranée. Je pense qu’il faut souligner l’importance de ce masterplan.

Oui, l’Union pour la Méditerranée a prouvé sa capacité à dépasser les clivages politiques et à se concentrer plutôt sur des coopérations concrètes débouchant sur des résultats tangibles sur le terrain. C’est pourquoi, permettez-moi de remercier le Secrétariat général et le Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée, Nasser Kamel, pour son leadership et son dévouement dans des circonstances si difficiles.

La mise en œuvre sera la clé. Les belles paroles sont importantes, les bonnes actions sont meilleures. Mais en plus d’agir, nous avons besoin de communiquer. Je pense qu’il y a un manque de communication de notre part et que notre travail n’est pas bien connu ou traité comme il devrait l’être. Je vous invite tous à expliquer plus et mieux, à démontrer la valeur de la coopération à travers la Méditerranée. Notre peuple en a besoin. Ils ont besoin de savoir comment nous travaillons ensemble et c’est pourquoi nous sommes ici.

Merci pour votre attention. Je vais céder la parole à mon coprésident, Ayman Safadi, [Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères de Jordanie], en le remerciant pour son excellente coopération.

Lien vers la vidéo (à partir de 13’00 ») : https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-214321

EEAS, 29/11/2021

#Union_Méditerranée #UpM #Barcelone #6forum_régional