Turcs mais pas Turcs. Les limites du turquisme au Maghreb

Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Turquie – Turcs mais pas Turcs. Les limites du turquisme au Maghreb

Chaque empire laisse une présence de lui-même après sa dissolution. Dans ses provinces ce sont bien souvent des traces matérielles plutôt que spirituelles, alors que pour l’ancienne souche dominante il s’agit avant tout d’une perception de soi, d’une manière de s’imaginer et de se projeter dans le monde toujours avec l’idée d’un droit à la domination. Tout sujet qui prétend être l’héritier pourrait choisir de souffler sur ces présences pour réveiller leurs racines anciennes.

L’Empire ottoman s’est étendu, pour une phase de son histoire, également au Maghreb. L’existence de minorités turcophones dans cette région demande réflexion, compte tenu de la posture impériale turque croissante sur la scène géopolitique. Leur présence est-elle un facteur de puissance pour la Turquie ? Peut-être de quelle manière ? Une telle analyse implique plusieurs niveaux, à savoir ce que cela signifie d’être turc et quels sont le projet et la trajectoire actuels de la Turquie.

Il faut dire tout de suite que ces minorités, appelées Kouloughlis (environ deux millions en Algérie et en Tunisie), sont assimilées dans ces pays et ne se prêtent pas à être le levier géopolitique des intérêts turcs au Maghreb. Ils le sont avant tout pour des raisons historiques, pour la formation de l’Empire ottoman et ses limites stratégiques, mais aussi pour leur comportement au cours des siècles.

Les Ottomans ne conquièrent pas le Maghreb à la suite d’un projet réfléchi et mis en œuvre. Le Maghreb « pleut » sur lui, sous forme d’adhésion des potentats locaux et l’empire intervient davantage pour aider une faction et en marginaliser une autre, plutôt que pour transformer ces lieux en véritables provinces.

De l’Empire ottoman, le Maghreb a été divisé en régences de Tripoli, Tunis et Alger, plus un sultanat indépendant de facto du Maroc. L’adhésion est avant tout fonctionnelle de devoir se défendre de l’Espagne, qui est beaucoup plus proche et plus dangereuse.

Au moment d’une plus grande adhésion de cette région à l’empire, les élites turques transfèrent une partie de leurs membres au sommet de ces régences. De l’union de ces Turcs avec des éléments locaux, naîtront les kouloughlis , terme qui, démontrant précisément la méfiance ottomane dans leur substantielle loyauté, signifie, du point de vue turc, fils de serviteurs , tandis que du point de vue du point de vue des élites locales c’est un nom prestigieux, traduit par fils de soldats (surtout de janissaires).

Avant de prouver leur non-adhésion partielle au projet ottoman, les kouloughly ont accès à tous les bureaux. Surtout à l’odjak, l’armée, qui signifie en fait, en turc, la maison et la famille, et les trois régences du Maghreb elles-mêmes sont identifiées en turc comme garp adjokari ( odjack de l’ ouest). Cela prouve qu’ils sont d’abord intégrés dans les principales articulations du turquisme, qui se projette toujours à travers l’État et l’appareil militaire. Cependant, plus ils s’enracinaient au sommet plus ils se sentaient éloignés de l’empire, jusqu’à ce qu’ils déclenchent une révolte en 1629. Cette révolte fut étouffée et les kououghlis furent marginalisés, notamment par l’armée, et contraints de ne jouer que le rôle de corsaires. .

Au fil du temps, ils parviennent effectivement à atteindre à nouveau certains endroits clés, mais ils recommencent rapidement à servir les intérêts de leur « maison et famille » locales, à tel point qu’ils aident à réprimer le corps des janissaires turcs, qui s’est révolté en 1817. Dans le même temps cependant , ils s’allient à eux pour faire face à l’invasion française, manifestant moins un anti-turcisme qu’un nationalisme local. Certes, des éléments de distinction de cette minorité, comme preuve de leur ancienne lignée, subsistent. Par exemple, la culture de l’Islam sunnite de l’école Hanafi , contrairement à l’école Maliki, plus strictement maghrébins, mais en général ils sont une minorité qui s’est avérée, avant même la naissance des nations algérienne ou tunisienne ou marocaine, un ancêtre des consciences nationales maghrébines et certainement pas l’avant-garde de la projection turque au Maghreb . Cela dépendait aussi de la nature même de l’Empire ottoman, un empire terrestre, qui sous-estime énormément, non pas tant la force en mer, mais la transformation de la force en domination des mers et leur utilisation comme une forme de défense plus complète. A cet effet, l’assimilation de la côte nord-africaine, si elle était vraiment réalisée, aurait été fondamentale.

Pour en revenir à aujourd’hui, même la Turquie n’essaie pas de tirer parti de ces communautés. La raison réside dans la nature très problématique du concept d’être turc. Seuls les Turcs peuvent être Turcs, et même pas les Turcs en soi, car on devient Turc. Il ne s’agit donc pas de l’ethnie classique, entendue comme terre et sang (possédés), mais marche, migration et sang (effusion).

Le Turc est tel parce qu’il bouge, parce qu’il migre depuis le début, depuis les montagnes de l’Altaï, et partout où il va, il conquiert et verse le sang, alors il devient un guerrier, il devient de plus en plus fort. Il ne vise pas à faire l’autre turc, mais à harmoniser sa différence avec sa propre force. Renforcer les différences (faisant ainsi semblant de laisser libre) renforce le Turc, qui se forge dans la lutte, dans un cercle continu de marche, de lutte et de soumission, jusqu’à l’harmonie finale, le mystère de la domination, qu’est la Kizilelma , la pomme rouge . En ce sens, être turc, ou plutôt devenir turc, est un état d’esprit, un sentiment qui n’est pas émotionnel, mais spirituel, qui rapproche le mythe de la marche originelle et de la conquête finale.

Sentiment, pas limite ; devenir turc ne s’arrête pas à l’Anatolie, qui n’est pas la Turquie au sens strict, mais est la Turquie d’aujourd’hui. Le mythe est en effet dans l’âme, les Turcs le portent tout entier dans chaque conquête. Les Turcs d’aujourd’hui vivent en Anatolie, mais ce ne sont pas des Anatoliens, ce sont des Turcs. Là où sont les Turcs, c’est en Turquie, mais ce ne sont pas des Turcs parce qu’ils sont en Turquie. La Turquie est dans l’âme.

Les minorités post-ottomanes ne peuvent pas être turques, car comme nous le verrons elles ne se sentaient pas turques, mais romaines/ottomanes lorsqu’elles sont arrivées au Maghreb. C’est pourquoi ils n’intéressent pas la Turquie.

La stratégie turque actuelle, de style kémaliste et beaucoup plus stratégiquement consciente, par rapport à l’Empire ottoman (car la Turquie d’aujourd’hui est néo-ottomane dans la propagande, mais kémaliste dans la planification et la trajectoire), consiste à s’insinuer là où il y a déjà déconstruction, à restaurer la floraison, ou le bien-être turc, mais c’est la floraison qui est turque, pas l’élément humain indigène. A partir de Kemal, qui a défendu la Libye de l’invasion italienne, la Turquie libère ou défend des occupants, s’insinuant ainsi dans les sentiments anti-occidentaux maghrébins. Les locaux peuvent devenir turcs, mais pas turcs. Autonomes qui se croient libres.

L’erreur de considérer l’attitude turque comme néo-ottomane a été en quelque sorte promue par Erdogan lui-même, qui a maintes fois, à des fins internes, parlé de son rôle comme néo-ottoman, mais il n’a pas parlé de géopolitique, mais plutôt de géopolitique. délégitimer ses adversaires, se faisant l’héritage de la forme impériale la plus accomplie jamais atteinte par un État turc. Il visait à dénigrer ses adversaires, comme s’ils étaient des traîtres, car ils ne font pas partie de cette glorieuse histoire. Erdogan lui-même imaginait pourtant pouvoir mettre en œuvre la nouvelle trajectoire kémaliste en profitant de la carte plus facile, mais moins géopolitique, à sa disposition, la religion musulmane, soutenant les Frères musulmans dans les pays arabo-islamiques, espérant pouvoir enseigner la laïcité et à travers eux convaincre, entre tous,

Le plan visant à transmettre le pouvoir par la religion a échoué et a poussé le blocus du Golfe encore plus loin dans un sens anti-turc. Se présenter comme l’héritier des Ottomans dans un monde arabe, qui a un mauvais souvenir de cette domination , était une erreur supplémentaire. Pour cela Erdogan revient à la véritable figure de la projection du pouvoir turc, le culte de l’État, car là où arrivent les Turcs, il y a toujours un État, qui prend la forme de reconstruction ou d’influence des appareils, principalement dans les forces armées. Car justement le Turc devient Turc en combattant. Ce sont alors les appareils, plus encore que les forces politiques, dont les Frères musulmans, qui doivent devenir Turcs et accueillir les Turcs.

La réaction actuelle du président tunisien, qui a expulsé les frères musulmans, jusque-là soutenus par la Turquie, de la vie parlementaire et gouvernementale du pays, ne contredit pas la nouvelle approche turque, car la confrérie tunisienne était un dernier vestige de celle-ci. erreur et déjà payé avec Morsi en Egypte. La Turquie montre maintenant qu’elle ne veut plus le faire.

L’expansionnisme turc est la reconstruction ou l’influence des appareils. Apporter un État est le pendant d’un peuple qui a la migration dans son ADN, c’est la seule stabilité, le seul enracinement qu’il puisse concevoir, alors qu’il ne conçoit pas de s’arrêter dans une terre spécifique en tant que terre, mais dans cette terre s’il devient un état déterminé. Parce que l’État appartient au peuple plus qu’à la terre. L’état est l’émanation directe et la création du peuple, c’est l’ancien cheval des chevaliers/archers, le cheval sur lequel on se repose et voyage, et c’est ce que les Turcs peuvent emporter avec eux et reconstruire partout où ils vont.

Il reste une contradiction dans la posture turque, qui sait que la Turquie est là où sont les Turcs, mais pour l’instant la seule vraie Turquie, qui existe, est en Anatolie, et le projet géopolitique à mettre en œuvre est réaliste s’il part de là. C’est pourquoi Erdogan et les générations de stratèges kémalistes tentent de chérir l’erreur de l’Empire ottoman, qui a été de s’imaginer romain et donc d’imaginer un centre, Constantinople, d’où ne pourrait pas rayonner sa propre puissance, comme un centre géopolitique toujours il y a, parce que ce n’était pas un centre ottoman.

L’Empire ottoman, centré sur Constantinople, et en tant que Romain comme ils l’imaginent, conduit à raisonner en termes d’Orient et d’Occident, et illusionne un peuple migrateur qu’il a enfin trouvé un point d’atterrissage, un centre déjà fait, et coordonne, précisément un est et un ouest à ce centre, l’Anatolie à l’est et les Balkans à l’ouest. Le centre n’était pas en Anatolie, mais un centre, s’il était turc, devait l’être. Les Turcs, en revanche, s’imaginent être des Ottomans/Romains, et en effet pour eux le centre n’existe que si l’Est et l’Ouest existent et sont additionnés. Pour cela, ils conquièrent les Balkans avant même d’avoir pris Constantinople et reviennent ensuite la prendre. Parce que le centre n’a de sens qu’en fonction des coordonnées. Conquérir ceux dont le centre tombe et le centre est Constantinople.

Après cette première erreur, ils commettent l’erreur de ne pas comprendre la valeur de la mer, car ils sont un peuple migrateur et terrestre, d’autant plus qu’ils imaginent Rome comme un empire de terre, non achevé en Méditerranée. L’État kémaliste démontre au contraire, en déplaçant immédiatement la capitale à Ankara, d’imaginer une centralité et une solidité de l’Anatolie comme une Turquie effective, et ce ne sont plus l’Orient et l’Occident romains qui donnent sens au centre, mais c’est le centre qui donne sens aux coordonnées et les coordonnées sont maintenant principalement au nord et au sud. Après tout, les murs est et ouest actuels sont en fait infranchissables pour le moment. À l’ouest, la Grèce protège la mer Égée par la possession du Dodécanèse (avec l’aide des Émirats arabes unis, d’Israël, de la France, de l’Égypte), tandis qu’à l’ouest, bien qu’ayant pris des mesures dans le Caucase, cependant, il se heurte à des puissances actuellement impossibles à vaincre, comme la Russie et l’Iran, l’Anatolie doit donc être protégée au nord et au sud. Au nord de la Russie via la mer Noire et au sud via la domination en Méditerranée.

C’est ici que l’importance de l’Afrique du Nord entre en jeu dans la nouvelle stratégie kémaliste, car l’Afrique du Nord est la possibilité de dominer la mer par le littoral. En effet, la Turquie est consciente que la mer est la première ligne de défense, mais elle ne la sent pas encore en elle-même, elle se sent obligée de reproduire le modèle avec lequel elle a toujours conquis sa gloire, qui est la route terrestre. Pour cette raison, pour l’instant, dominer les côtes est le seul moyen qu’ils ont d’atteindre la mer, au lieu d’atterrir sur les côtes de la domination de la mer. La Libye n’est donc pas seulement la première tranchée avec laquelle consolider la frontière de la patrie bleue (et contourner Chypre), c’est aussi le premier point d’où rayonner la domination en Afrique du Nord, pour faire tout un arc de défense de Gibraltar à Suez , seulement après qu’il soit aussi le point terrestre d’où projeter la puissance, arrivant d’un côté en Somalie et de l’autre au Sénégal, c’est-à-dire vers les océans, traversant les détroits, d’un côté Gibraltar et de l’autre de Suez et Bab el Mandeb, arrivant à nouveau par voie terrestre. C’est une limitation fondamentale de la stratégie turque.

Une autre limitation est que l’Afrique du Nord n’est pas actuellement sous le contrôle total de la Turquie. En fait, elle possède la moitié de la Libye, mais la Tunisie s’est rebellée contre l’infiltration de la puissance turque vers le Maghreb et l’Algérie elle-même n’a pas encore glissé dans ses bras. Ne parlons pas de l’Egypte. Un autre gros problème du soft power turc en Afrique du Nord et ailleurs aujourd’hui est de savoir qu’il ne peut plus s’appuyer pleinement sur l’islam de fraternité pour s’insérer dans les dynamiques locales, mais en même temps il n’a pas réussi à trouver une nouvelle mission. Pour l’instant, il essaie de se présenter comme un pouvoir islamo-laïc, en dehors des canaux des frères musulmans, mais est-il possible de façonner les appareils et l’État, avec toutes les structures connexes, sans déclinaison islamo-politique ? Un résultat inattendu.

La dernière et la plus grande limitation est le fait que la Turquie a jusqu’à présent réussi à poursuivre ses ambitions dans l’ombre de la bienveillance américaine, un hégémon au-delà duquel et contre lequel la Turquie ne peut se permettre d’agir. Hégémon qui assigne des limites précises à la puissance turque, contrebalance la Russie, notamment en Libye et en Afrique du Nord en général, l’agace dans le Caucase, s’étirant peut-être à agacer les Chinois, mais la véritable concrétisation des projets turcs ne peut manquer de prévoir un affrontement avec les La puissance américaine et en même temps ne peuvent pas se permettre un tel affrontement. La trajectoire géopolitique des Turcs est en effet encore trop peu fondée sur les ressources et trop sur le mythe, qui en tant que tel est une catégorie qui relève davantage du rêve.

Des erreurs ottomanes, les Turcs ont appris la nécessité de se centrer dans un lieu et d’en faire un centre d’irradiation de leur puissance, au lieu de se déplacer indéfiniment ; en ce sens, l’Anatolie est effectivement devenue la Turquie, et ils ont également compris l’importance de la mer, car l’Anatolie se défend de la mer bleue / de la patrie, mais ils n’ont pas encore réussi à penser comme un peuple qui est en mer et s’appuie sur le ressources limitées dont ils disposent.

Les Turcs sont toujours un grand peuple pour l’instant, mais avec une trop grande ambition.

par Andrea Forte

Difesa Online, 28/11/21

#Turquie #Maghreb #Maroc #Algérie #Libye #Empire_ottoman