Albares déçu, l’Upm était l’occasion de rencontrer Bourita

Espagne, Maroc, Union pour la Méditerranée – Albares déçu, l’Upm était l’occasion de rencontrer Bourita

La crise avec le Maroc est toujours latente six mois après avoir explosé
Les ministres des Affaires étrangères marocain et algérien donnent un sit-in au sommet de l’Union pour la Méditerranée qui s’est tenu ce lundi à Barcelone
Le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a raté ce lundi une nouvelle occasion de rencontrer en tête à tête son homologue marocain, Nasser Bourita, et ainsi tenter de sortir d’une crise avec Rabat qui dure déjà depuis six mois. Son absence au sommet de l’Union pour la Méditerranée (UPM), qui s’est tenu à Barcelone, a été rejointe par le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, pays avec lequel le Maroc a rompu les relations fin août.

La rencontre se voulait une étape pour relancer les relations entre Madrid et Rabat et un lieu de médiation entre Marocains et Algériens, mais elle ne l’a pas été.

Albares a minimisé l’absence de ses collègues maghrébins à la réunion. « L’Algérie et le Maroc ont été extraordinairement représentés et ont participé très activement à la réunion d’aujourd’hui », a-t-il déclaré. Le ministre a également confirmé que Bourita, avec qui il a insisté sur le fait qu’il a « une relation fluide », l’a appelé dimanche pour l’informer de son absence. Tous deux ont convenu, a-t-il assuré, de « continuer à renforcer encore plus nos relations ». « J’aurais préféré qu’ils soient là », a-t-il fini par admettre, après avoir souligné que le Maroc et l’Algérie sont deux « partenaires stratégiques », mais leur absence « n’a rien amoindri aux contributions que les deux pays ont apportées » à la rencontre. .

L’Espagne et le Maroc s’apprêtent à célébrer une année enchaînant les désaccords, de l’annulation de la Réunion de haut niveau qui aurait dû se tenir fin 2020, jusqu’au déclenchement de la crise en mai dernier, lorsque plus de 10 000 citoyens marocains ont franchi la frontière avec Ceuta, devant la passivité des autorités du pays voisin. A cette époque, Rabat a retiré son ambassadeur à Madrid (puisqu’il est toujours vacant) et a pointé comme déclencheur des tensions l’arrivée en Espagne de Brahim Ghali, leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño en raison du covid-19. .. avec en toile de fond la discussion pour la souveraineté du Sahara Occidental.

La restructuration que Pedro Sánchez a entreprise au sein du Gouvernement à la mi-juillet, et qui a conduit au remplacement du Palais de Santa Cruz de Arancha González Laya par Albares, a semblé calmer les esprits de la presse officielle marocaine et a également conduit le roi Mohamed VI à exprimer en août, dans son discours annuel pour la fête de la Révolution du Roi et du Peuple, sa volonté d’ouvrir une nouvelle étape « sans précédent » dans la relation avec l’Espagne qui doit être fondée « sur la confiance et la considération mutuelle et le respect de la compromis ».

Tension autour des Zaffarines
Mais depuis lors, et malgré la distension des communications, la rencontre personnelle entre Albares et Burita n’a pas eu lieu, qui, comme l’expliquait le ministre en septembre dernier, allait avoir lieu « bientôt ». Tout cela en dépit du fait que, comme cela a été la tradition au cours des dernières décennies, Rabat est la première destination des ministres des Affaires étrangères nouvellement nommés d’Espagne.

Pendant ce temps, les affrontements se sont poursuivis. Le dernier épisode de tension a eu lieu la semaine dernière, après des plaintes espagnoles concernant la construction d’une ferme piscicole devant l’archipel des Chafarinas, que Rabat considère comme territoire « occupé » par l’Espagne (comme Ceuta et Melilla). Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé le déploiement de ces équipes pour la pisciculture, estimant qu’il s’est fait « dans les eaux territoriales espagnoles sans les autorisations nécessaires à cette activité ».

En parallèle, Madrid a ouvert une procédure qui pourrait aboutir à des sanctions contre la société espagnole spécialisée dans la pisciculture qui a installé les cages pour la firme marocaine propriétaire de la ferme.

Préférence pour la Chine
Au milieu de la controverse, le sommet de l’UPM a enregistré un nombre record de participants, avec 20 ministres des Affaires étrangères des 42 pays qui font partie de l’organisation. Bien qu’un seul d’entre eux soit originaire d’Afrique, le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Shoukry, dont le compatriote Nasser Kamel est le secrétaire général de l’organisation.

De nombreux ministres convoqués, comme Bourita et Lamamra, ont choisi de planter l’UPM pour assister au sommet Chine-Afrique, qui débute aujourd’hui à Dakar (Sénégal) et prend de l’importance grâce aux investissements chinois sur le continent.

Las Provincias, 29/11/2021

#Espagne #Maroc #UpM #Union_Méditerranée #Algérie