Sahara, colonialisme et extermination de la gauche marocaine

Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, Espagne – Sahara, colonialisme et extermination de la gauche marocaine

Conflit du Sahara occidental : fruit du colonialisme et de l’extermination de la gauche marocaine

À la fin de l’année dernière, le conflit sur le Sahara occidental – qui était en sommeil depuis près de trois décennies – a de nouveau éclaté lorsque l’armée marocaine a avancé vers la soi-disant zone tampon de guerre au sud du Sahara occidental, le 13 novembre 2020, pour dissoudre un manifestation de militants sahraouis. Ce faisant, il a violé un accord de cessez-le-feu signé en 1991 avec le Front Polisario (acronyme de Front populaire de libération de Saguia al-Hamra et Río de Oro). Ce dernier a immédiatement déclaré l’accord nul et a repris les combats après près de trois décennies. Le Maroc a reçu le soutien du président sortant des Etats-Unis, Donald Trump, qui a reconnu en décembre 2020 comme légitime l’occupation de facto du royaume marocain de l’ancienne colonie espagnole. Par Jorg Tiedjen / Jungle Welt

Lorsqu’il s’agit de la lutte pour l’indépendance du Sahara occidental et du Front Polisario, le contexte du conflit n’est généralement expliqué que sous une forme abrégée. On oublie de le situer dans l’histoire des luttes anticoloniales de la région. L’Afrique du Nord y a toujours joué un rôle important. En Algérie, c’est plus douloureusement conscient que dans d’autres pays : lorsque les Algériens ont célébré la victoire contre l’Allemagne nazie à Sétif le 8 mai 1945 et arboré leur drapeau national, conscients que la domination coloniale allait également prendre fin, ils ont été attaqués par des colons. police, et des dizaines de milliers de personnes ont été enterrées dans des fosses communes.

Comme les Algériens, la majorité des Marocains s’était fortement opposée à tout gouvernement étranger depuis le début, pendant des siècles. Mais, finalement, c’est le sultan lui-même qui, en 1912, a demandé à la France de l’aider pour empêcher son renversement violent par des insurgés qui voulaient empêcher la livraison du pays. Ainsi fut signé le traité de protectorat de Fès, qui accordait à la France de larges pouvoirs.

Autre particularité, le Maroc était divisé en plusieurs zones depuis le traité d’Algésiras de 1904. La province du Rif restait aux mains de l’Espagne, de même qu’une bande de terre au sud. Les villes de Ceuta (19 km2) et Melilla (12 km2) étaient déjà sous souveraineté de Madrid, [à partir de 1580 la première – avant qu’elle ne soit sous souveraineté portugaise à partir de 1415- et à partir de 1496 la seconde].

Le Sahara occidental avait été attribué à l’Espagne lors de la Conférence africaine de Berlin en 1884/85. Tanger devient une zone internationale.

Dans la guerre du Rif [les tribus du Rif se sont unies contre les autorités coloniales des protectorats espagnol et français] qui a duré de 1911 à 1927, le peuple du Rif commandé par Mohammed ben Abdelkrim Al-Khattabi (1882-1963) a résisté pendant cinq ans après avoir anéanti en 1921 à l’ensemble de l’armée coloniale à Anoual (N. de la E . : il est connu comme la catastrophe annuelle, dans laquelle 11 500 soldats espagnols, 9 000 civils espagnols et 2 500 Riffiens ont été tués, combattant du côté espagnol. Les forces espagnoles ont été d’environ 36 000 hommes – entre civils et militaires – et les tribus du Rif, environ 18 000. Selon les historiens, en 1920, l’Espagne consacrait la moitié de son budget national aux dépenses militaires).

La République confédérale des tribus du Rif

Sous la direction d’Abdelkrim Al-Khattabi (N. de la E. : ses tactiques de guérilla ont été étudiées par d’autres dirigeants tels que Hó Chí Minh, Mao Zedong et Che Guevara) l’armée du Rif a non seulement résisté aux Français – ils s’étaient précipités pour aider son voisin ibérique – pendant cinq ans, il a également fondé la première République confédérale des tribus du Rif. (N. de la E. : A partir de 1925, les Français interviennent pleinement dans le conflit, avec 60 000 hommes. Les forces franco-espagnoles bombardent à la fois l’armée du Rif et la population civile avec du gaz moutarde).

L’historienne María Rosa de Madariaga a décrit l’issue de cette guerre impitoyable avec la phrase : « Si Abdelkrim avait gagné, l’Espagne aurait été sauvée de Franco. Franco (et d’autres chefs de coup d’État militaires) qui se sont soulevés plus tard contre la Seconde République, commandaient les troupes espagnoles pendant la guerre du Rif.

Abdelkrim, qui est vénéré comme un héros au Maroc, a été déporté par la France à l’île de La Réunion, possession française d’outre-mer (N. de l’E : au bord de la défaite, il a préféré se rendre à la France, plutôt que d’être jugé par l’Espagne, qui n’a pas renoncé à sa tentative et a demandé à la France pendant des années – sans succès – son extradition). En 1947, alors en voyage, en escale dans un port égyptien, Abdelkrim parvient à s’évader et à obtenir l’asile politique en Egypte. Au Caire, il ouvre le bureau maghrébin de la Ligue arabe. Son plan était de mettre fin à la domination coloniale en Afrique du Nord par une lutte coordonnée.

Régime néo-colonial

La France a accepté une paix avec la Tunisie et le Maroc afin de maintenir l’Algérie. Comme en Algérie, une Armée de libération nationale (ALN) est apparue au Maroc. Au contraire, il y en avait deux : un au nord, opérant depuis la zone espagnole, et un autre au sud, avec des bases au Sahara occidental. Les Marocains et les Sahraouis ont combattu ensemble et à travers les territoires dans une guerre de guérilla contre les puissances occupantes françaises et espagnoles. Dans le même temps, il y avait des organisations dans les villes qui ont mené des attaques contre les Français. Mais au Maroc, tous les espoirs reposaient sur le sultan Ben Youssef, qui dirigeait le mouvement nationaliste urbain. Il est finalement démis de ses fonctions par la France en 1953 et déporté à Madagascar. A partir de ce moment, son retour fut la principale revendication du Mouvement pour l’Indépendance (Istiqlal), organisé principalement par le parti du même nom.

Au retour du sultan en 1955, il était accompagné de Mohammed Oufkir, officier des troupes coloniales françaises qui excella en Indochine et qui devint plus tard ministre de l’Intérieur sous le fils de Ben Youssef, Hassan. Dans les traités avec la France et l’Espagne, la libération du Maroc du statut de protectorat était réglée tout en sauvegardant les intérêts français. Ce que le mouvement national avait oublié de négocier, c’était la participation au pouvoir. Il y avait un parlement présidé par Mehdi Ben Barka, un représentant de la gauche anticoloniale. Mais la Chambre des députés était en grande partie hors de son pouvoir. Ben Barka a tenté en vain de prendre le contrôle de l’ALN. Au lieu de cela, Hassan et Oufkir ont formé les forces armées royales, qui, avec les services secrets, la police et d’autres unités, sont les piliers les plus importants, sinon toujours sûrs, de la monarchie. Face à la concentration croissante du pouvoir entre les mains du sultan, qui n’est devenu « roi » qu’après l’indépendance – de nombreux rituels de cour ne sont pas aussi médiévaux qu’il y paraît – Ben Barka a opté pour l' »Option Révolutionnaire » – le titre d’un des ses écrits. En 1965, il est kidnappé à Paris puis torturé et assassiné par Oufkir. A cette époque, Barka était en train d’organiser le Tricontinental à La Havane. (N. de la E. : La Tricontinental (abréviation de Première Conférence tricontinentale de La Havane de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine) était une rencontre politique internationale qui s’est tenue du 3 au 15 janvier 1966 à Cuba. Plus de 500 des délégués de 82 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ont participé à la formation d’une alliance contre le colonialisme et l’impérialisme militaire et économique, où a été créée l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAAL), qui a étendu le Mouvement des pays non alignés, de 1955, et l’Organisation de solidarité des peuples afro-asiatiques (OSPAA) de 1957).

Le sultan a demandé aux puissances coloniales de l’aide pour exterminer les milices populaires qui se sont battues pour l’indépendance

Les restes de l’ALN, qui ne voulaient pas se rendre à la monarchie, ont d’abord été anéantis au Sahara occidental avec l’aide des forces armées espagnoles et françaises lors de l’opération Ecouvillon. (N. de l’E. : je recommande de lire le lien). Mohammed V – un nom que Ben Youssef a pris depuis la conversion du sultanat en royaume – comme le sultan en 1912, a préféré demander l’aide des puissances coloniales, plutôt que de mettre son pouvoir en danger. Son fils Hassan a été personnellement impliqué dans la guerre contre les « insurgés » dans le Rif. Il a succédé à son père sur le trône en 1961 après la mort subite de son père lors d’une opération médicale de routine.

Le régime Hassan est devenu de plus en plus tyrannique et la gauche en particulier a été impitoyablement persécutée. Plusieurs tentatives ont été faites pour renverser Hassan. Lors du coup d’État de 1971, il s’est échappé de justesse en se cachant dans une salle de bain lors de l’assaut des soldats contre une fête ; la deuxième fois en 1972, les pilotes de chasse qui voulaient abattre leur avion avaient chargé les mauvaises munitions et tiré sur le Boeing mais n’ont pas pu l’abattre. Bien plus tard, Mohammed « Fqih » Basri, un proche de Ben Barka, a révélé que l’Union nationale socialiste des forces populaires (UNFP), qu’ils ont cofondée, avait collaboré avec le ministre de l’Intérieur Oufkir lors du dernier coup d’État. Le plan était de laisser Oufkir faire le sale boulot et ensuite ils auraient essayé de s’emparer du pouvoir eux-mêmes.

Là, ils ont survécu pendant plus de vingt ans dans des conditions inimaginables, inaperçues de la communauté internationale, jusqu’à ce qu’en 1990 le journaliste et écrivain français Gilles Perrault commence à parler dans son livre Notre ami le Roi des horreurs des années de plomb et le « jardin secret de sa majesté ».

Dernière tentative de renversement de la monarchie marocaine

Au printemps 1973, l’une des dernières tentatives de renversement de la monarchie a eu lieu. Le plan s’est soldé par un désastre. Fqih Basri avait créé une organisation armée (Tanzim) pour l’UNFP. Ses membres connaissaient bien la guérilla en Palestine. Un réseau d’anciens combattants de l’ALN (Armée de libération nationale) avait également été mis en place dans le Moyen et le Haut Atlas. Les combattants du Tanzim étaient censés s’infiltrer par la frontière algérienne et attaquer aux côtés de la population locale, le commissariat de Moulay Bouazza. Avec les armes capturées là-bas, la guérilla allait s’étendre. Les cellules de l’UNFP (Union nationale des forces populaires) avaient préparé des actions dans les villes, dans le but de déclencher un soulèvement qui continuerait de s’étendre. Last but not least, il faut dire qu’il s’agissait d’une tentative de libération des vestiges du colonialisme, un processus qui a été interrompu au début de « l’indépendance » lors de l’instauration d’une monarchie.

Mais tout ce qui pouvait mal tourner a mal tourné, comme le décrit Alexander Mehdi Bennouna dans son livre Héros sans gloire : Échec d’une révolution 1963-1973. (N. de la E. : Malheureusement il n’est pas traduit en espagnol. En français vous pouvez le trouver ici. Alexander Mehdi Bennouna, né en Allemagne de l’Est, est le fils du leader révolutionnaire marocain Mohamed Bennouna, et d’une mère allemande) .

Tout comme Paris a déclaré que l’Algérie n’était pas une colonie, mais un département séparé de la France, qu’elle ne voulait en aucun cas abandonner, l’Espagne a continué à insister sur le fait que le Sahara occidental était un territoire d’outre-mer et a refusé de le décoloniser. Après l’attribution de la zone à l’Espagne lors de la Conférence africaine de Berlin, des décennies se sont écoulées avant que la puissance coloniale ne puisse la contrôler. Traditionnellement, des nomades d’origine arabo-berbère vivaient sur cette étendue de terre.

Les nationalistes marocains, quant à eux, justifient leur prétention à la région en se référant à l’histoire. Le Sahara occidental a appartenu au sultanat à plusieurs reprises, notamment lorsque les dynasties du sud ont pris le contrôle de la région. Le Sahara occidental a une longue tradition de lutte de libération anticoloniale : le savant islamique et chef de parti Ma Al-Ainain (1830-1910), par exemple, y a organisé la résistance contre la puissance coloniale française et a fondé la ville de Smara, qui fut est devenu le centre religieux des Sahraouis. En tout cas, lorsque le sultan a signé le traité de Fès, le Maroc s’est retrouvé à peu près à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Par son adhésion à l’ONU et à l’Union africaine, le Maroc a reconnu les frontières coloniales ainsi que le droit des peuples à l’autodétermination. Cependant, à ce jour, les Marocains revendiquent des territoires non seulement dans les « provinces du sud », mais aussi par rapport à l’Algérie (province de Béchar), l’Espagne (enclaves et îles jusqu’aux Canaries), le Mali (province de Tombouctou) et, sans oublier , toute la Mauritanie.

Évadez-vous sur le front de guerre

Les événements de Moulay Bouazza étaient une réplique tardive de la lutte anticoloniale. La leçon tirée de l’échec évident, presque grotesque, était que le soulèvement au Maroc n’avait plus aucune chance. C’était différent au Sahara occidental. Les Espagnols avaient réprimé un premier mouvement de libération. Mais le Polisario, fondé en 1973, s’est renforcé. La pression internationale sur l’Espagne pour libérer la colonie a également augmenté. Le Maroc et la Mauritanie ont joué un rôle déterminant dans l’inclusion du Sahara occidental dans la liste nouvellement créée des zones non autonomes qui se sont décolonisées au début des années 1960. Les résidents devraient pouvoir déterminer eux-mêmes leur sort par référendum. Dans le même temps, cependant, le royaume avait chargé la Cour de justice de La Haye de rendre un avis sur ses revendications au Sahara occidental.

La sentence arbitrale de La Haye a été rendue à l’automne 1975 et a été défavorable au Maroc, ce qui est souvent tenu secret à l’intérieur du pays. Mais un peu plus tard, une occasion unique s’est présentée pour le roi marocain de passer outre la débâcle et en même temps d’essayer de nettoyer les stigmates de la monarchie, d’avoir trahi le Sahara occidental au début de l’indépendance.

Le dictateur espagnol Franco était sur son lit de mort. Comme son père auparavant, Hassan II s’est présenté comme un héros national et a lancé une vaste campagne de propagande. Des centaines de milliers de Marocains ont été emmenés à la frontière avec le Sahara occidental. Armés de drapeaux marocains et du Coran, ils devaient avancer vers le Sahara occidental dans une « marche verte » pour « réunir » symboliquement les « provinces méridionales » perdues avec le royaume.

Avant la mort de Franco, Hassan II a conclu un accord avec son successeur désigné, Juan Carlos. En novembre 1975, le « traité de Madrid » illégal a été signé entre la Mauritanie, le Maroc et l’Espagne. Par conséquent, le Sahara occidental devrait être divisé entre les deux premiers pays. L’armée espagnole se retire, mais les intérêts de l’ancienne puissance coloniale doivent être préservés.

L’armée marocaine est arrivée après la « marche verte » avec des bombes au napalm et au phosphore. De nombreux Sahraouis ont fui vers Tindouf, en Algérie, où 170 000 vivent dans des camps de réfugiés à ce jour. Ils sont sous l’administration du Polisario, qui avait réussi à unir une grande partie des Sahraouis derrière eux depuis 1973. Le mouvement révolutionnaire a bénéficié d’une large sympathie et des éléments de son programme de gauche ont été mis en œuvre. Le Polisario a déclenché une guérilla contre les occupants. Après quelques années, l’armée mauritanienne est expulsée. Il a subi de lourdes pertes, il y a eu un coup d’État en Mauritanie et le nouveau dirigeant a signé un traité de paix avec la République arabe sahraouie démocratique (DARS).

Le Maroc a alors tenté d’occuper la partie du Sahara occidental précédemment revendiquée par la Mauritanie. Enfin, avec l’aide de pays comme les États-Unis, Israël et l’Allemagne de l’Ouest, le royaume a commencé à construire une grande muraille pour séparer les zones occupées par le Maroc du Sahara occidental – en particulier les zones côtières et les mines de phosphate de Bou Crâ – des zones libérées. par le Polisario pour empêcher leur accès aux zones minières.

Este muro se extiende 2.700 kilómetros a través del desierto, desde el sur de Marruecos hasta el Atlántico cerca de la llamada zona de amortiguamiento de Guerguerat, donde el ejército marroquí rompió recientemente el acuerdo de alto el fuego celebrado en 1991 bajo la mediación de la ONU en novembre. (N. de l’E. : Guerguerat est un poste frontière internationalement non reconnu – un bureau de douane à côté d’un mur au milieu du désert – qui relie le Sahara occidental à la Mauritanie. Selon l’accord militaire signé entre l’ONU avec le Maroc et le Front Polisario, dans la bande de Guerguerat, il ne peut y avoir d’hommes armés d’aucun des acteurs du conflit. En 2017, le Maroc a commencé à paver le passage, qui est essentiel pour les exportations marocaines vers l’Afrique via la Mauritanie. Le Polisario a paralysé la route, installé le drapeau de sa République et son propre poste de contrôle. Le Maroc a envoyé ses forces armées. Face aux appels de l’ONU, le Polisario s’est retiré pour ne pas enfreindre les accords signés).

Au début des années 90, Hassan II subit des pressions. Notre ami le Roi, le livre de Gilles Perrault, avait ébranlé sa réputation. Le Maroc s’était effondré socialement. Les émeutes ont été brutalement réprimées et l’armée de l’air a même été déployée dans la ville de Tétouan, lorsque les gens ont protesté contre la hausse des prix du pain. L’opposition a été largement éliminée.

En 1975, la même année où débute l’occupation marocaine du Sahara occidental, l’un des derniers grands résistants, le cofondateur de l’UNFP Omar Benjelloun – ingénieur, avocat, journaliste et syndicaliste – est assassiné par un commandement de la « Jeunesse islamique », auquel appartenait le ministre Abdelillah Benkirane. Un sinistre prélude des années avant l’Afghanistan : les islamistes ont été manipulés par « l’État profond » pour détruire la gauche. Puis ils se sont retournés contre l’État lui-même.

Villages Potemkine

Finalement, Hassan II a décidé de franchir une étape surprenante : il a cédé le gouvernement de l’Alternance, à l’homme politique de l’USFP (Union socialiste des forces populaires, organisation successeur de l’UNFP) Abderrahmane Youssoufi. A la mort d’Hassan II en 1999 et à la succession de Mohammed VI, un Maroc démocratique semblait à portée de main. Mais ce qui s’est passé à la place, c’est la création de villages Potemkine. (N.E. : Un « village Potemkine » est une fausse construction dont le but est de fournir une façade pour cacher que les choses vont mal. Le terme vient d’un soi-disant faux village portable construit par le ministre russe Potemkine en 1787 pour impressionner l’Impératrice Catherine II lors d’un voyage en Crimée (bien que les historiens maintiennent que l’histoire est fictive et que Potemkine n’a fait décorer que les villages).

Au Maroc aujourd’hui il y a de grands centres commerciaux, des autoroutes de Tanger à Casablanca et il y a aussi un TGV (train à grande vitesse). Dans le même temps, les villages ruraux sont isolés en hiver et livrés à eux-mêmes. En plus des oasis luxueuses, à quelques pas de là, c’est la misère à l’état pur. Il n’y a pas d’élections libres et démocratiques, ni de système judiciaire indépendant. Ses citoyens doivent tout craindre de cet État.

Les points auxquels tout le monde doit croire sont peints sur les chaînes de montagnes pour être rappelés en permanence : Allah, Al-Malik, Al-Watan (Dieu, Roi, Patrie). Cela inclut naturellement aussi le Sahara occidental, dont il vaut mieux ne pas parler du tout, tout comme il faut garder le silence sur cette trinité susmentionnée. Dans ce système oppressif, même les islamistes n’osent pas – actuellement, du moins nominalement faisant partie du gouvernement – ​​remettre en question les décisions gouvernementales qu’ils trouvent désagréables, comme la reconnaissance diplomatique de l’occupation israélienne. Car ce ne sont pas eux qui ont une voix dans le pays, mais le cabinet royal. La réforme constitutionnelle issue des soulèvements populaires de 2011 n’y a rien changé.

Cette information se retrouve dans de nombreux articles et livres de braves journalistes comme Omar Brouksy : Le roi est propriétaire de l’OCP, l’Office chérifien des phosphates (industrie minière productrice de phosphate) et gagne de l’argent grâce à l’extraction des phosphates dans l’Ouest saharienne. En fait, la plupart des entreprises marocaines appartiennent au monarque d’une manière ou d’une autre. Parfois ces sociétés reçoivent des subventions de l’État, de la même manière que l’État paie constitutionnellement l’entretien du souverain. L’appareil de pouvoir du roi détermine qui est finalement autorisé à ouvrir une entreprise et comment se terminent les élections. Le roi dirige personnellement l’armée. Aujourd’hui, les services secrets disposent de tout un arsenal de logiciels espions sur Internet pour pouvoir détecter et éliminer les opposants. Les partis s’avèrent être des marionnettes de la monarchie et les journalistes et intellectuels sont la cible de l’appareil d’État. L’un d’eux est le professeur d’université Maâti Monjib, qui a été arrêté parce qu’il avait osé traiter l’histoire du Maroc de manière impartiale et jeter des ponts avec les restes fragmentés de l’opposition. (N. de E : Maâti Monjib, est un professeur des universités marocain, historien et écrivain, qui soutient le journalisme d’investigation. En décembre 2020, il a été arrêté faussement accusé de « blanchiment d’argent et d’escroquerie » par le gouvernement marocain. Suite à une grève de la faim et protestation internationale, il a été libéré sur parole en mars 2021).

Bien que le Maroc se présente à l’extérieur comme un pays progressiste et affiche un visage amical dans des villes comme Rabat, comme en témoignent les « fuites Coleman » de documents de diplomates marocains, il met tout en œuvre pour améliorer sa propre image et celle de la presse. , elle se présente carrément dans les territoires occupés comme la puissance coloniale qu’elle est. (N. de l’E. : Coleman Leaks sont un Wikileaks maghrébin. Sous l’identité de Chris Coleman, un internaute anonyme a commencé en 2014 à divulguer des centaines de documents et mails de la diplomatie, du renseignement et de la Défense marocains, avec de très graves révélations. Les autorités marocaines n’ont pas nié l’authenticité de ces fuites, et elles ont d’abord accusé secrètement la France d’être derrière elles, plus tard elles ont accusé l’Algérie).

Les Sahraouis, qui attendent leur référendum depuis 1991, ont lancé une Intifada, suivie des manifestations de Gdeim Izik en 2010. La réponse a toujours été la répression, même si les colons marocains ont également été utilisés comme voyous pendant des années. Lors des procès, les militants sont condamnés à des décennies de prison avec des aveux arrachés sous la torture, puis placés à l’isolement.

En décembre 2020, peu avant la fin du mandat du président américain Donald Trump, le royaume a accepté un accord : Reconnaissance de l’occupation israélienne en échange de la reconnaissance de l’occupation marocaine au Sahara occidental.

L’opération militaire de Guerguerat contre les manifestants sahraouis du 13 novembre était une violation délibérée de l’accord de cessez-le-feu de 1991. Les conséquences étaient prévisibles. Depuis, le Polisario attaque les positions de l’armée marocaine derrière le mur de protection. Officiellement, la guerre au Maroc est toujours en sourdine. L’Algérie a montré qu’elle était prête à la guerre, en effectuant des manœuvres. Rappelons que peu de temps après l’indépendance de l’Algérie, le Maroc a cru pouvoir vaincre les Algériens lors de la Guerre des Sables (1963-1964) et a échoué.

ANRED, 28/11/2021

#Maroc #Espagne #Sahara_Occidental #Front_Polisario #Algérie #Gauche_marocaine