Média: Israël-Maroc, un mariage de convenance bien assorti

Etats-Unis, Algérie, Sahara Occidental – Média: Israël-Maroc, un mariage de convenance bien assorti

Un an après avoir brisé la glace, cette relation a débouché sur un accord de défense historique, à un moment où les tensions entre Rabat et Alger sont à leur comble.
Le 10 décembre marquera le premier anniversaire d’un événement historique pour le Maroc et Israël. Le Maroc est devenu le deuxième pays d’Afrique du Nord, après l’Égypte en 1978, à reconnaître l’État d’Israël. En août, les Émirats arabes unis et Bahreïn avaient signé les accords d’Abraham, sous l’égide du président américain Donald Trump. Abraham a rappelé l’origine commune de l’Islam et du judaïsme.

Le rapprochement du Maroc avec Israël a été une double victoire : d’une part, il a gagné un allié de poids pour renforcer sa rivalité avec l’Algérie ; d’autre part, il a réussi à faire reconnaître par les États-Unis le statut marocain du Sahara. Et l’actuel président américain, Joe Biden, n’a pas reculé, au grand dam des Sahraouis, plus que jamais livrés à eux-mêmes.

Le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, vient de recevoir à Washington le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui, selon Europa Press, a prôné l’établissement de « relations de plus en plus fortes ». Tout indique que l’administration Biden préfère que le Maroc continue à servir de mur de soutènement à l’Algérie au Maghreb. Un Sahara indépendant serait un satellite de l’Algérie et une source supplémentaire d’instabilité aux yeux de Washington.

Cette semaine, le mariage de convenance entre le Maroc et Israël a porté ses fruits. Lors de sa première visite à Rabat, le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a signé un protocole d’accord avec le Marocain Abdellatif Loudiyi, le premier accord lié à la défense entre les deux pays.

« Nous avons signé un accord de coopération militaire avec tout ce que cela implique avec le Maroc. Il implique des projets communs et permet des exportations de défense. Les liens entre le Maroc et Israël ne cesseront de se renforcer. Je suis heureux de faire partie de cette alliance », a déclaré M. Gantz. Lors de sa visite dans le pays allié, le ministre israélien de la défense a rendu hommage au roi Mohammed V, grand-père du monarque actuel, sur sa tombe. Mohammed VI est invité à se rendre en Israël.

En juillet, les deux pays ont signé un accord de cybersécurité portant sur le partage d’informations, la recherche et le développement en matière de guerre informatique. Le 11 août, le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid a effectué une visite historique au Maroc.

Liens historiques
En l’espace d’un an, les progrès ont été spectaculaires, mais il y a des raisons à cela. C’est un processus qui remonte loin dans le temps. Le Maroc abritait la plus grande communauté juive du monde arabe, dont beaucoup étaient originaires d’Espagne. Les Juifs expulsés par les Rois Catholiques se sont installés dans le pays du Maghreb. Lors de la création de l’État d’Israël, nombre d’entre eux sont partis, donnant naissance à une communauté de Juifs d’origine marocaine estimée à environ un million de personnes.

Comme l’explique Joan B. Culla, professeur d’histoire contemporaine à l’université autonome de Barcelone, « au sein du monde arabe, le Maroc présente des particularités qui le différencient des autres pays arabes. Elle est très éloignée d’Israël : quatre États les séparent. Ainsi, l’implication du Maroc dans le conflit avec les Palestiniens a toujours été distante et plus verbale que réelle ».

A cela s’ajoute le lien avec la communauté des Juifs d’origine marocaine. « Ils ne sont pas sortis en masse, persécutés, comme les Irakiens. Ils ne ressentent pas de haine envers leur pays d’origine, mais un mélange de nostalgie et de sympathie. C’est un lien qui n’existe avec aucun autre pays arabe », ajoute Joan B. Culla, auteur de The Most Contested Land : Zionism, Israel and the Palestinian Conflict.

C’est ce qu’a déclaré André Azoulay, un Arabe de confession juive, ancien conseiller du roi Hassan II et aussi de son fils Mohammed VI, coprésident de la Fondation des Trois Cultures, dans une interview à El Periódico de Cataluña : « Depuis 3 000 ans, il y a des Arabes de religion juive au Maroc, depuis avant la naissance de l’Islam. Beaucoup d’entre eux sont partis. Volontairement. Quand l’État d’Israël est né ou vers d’autres pays… Maintenant il en reste environ 4 000. Mais l’important est que les Juifs d’origine marocaine, où qu’ils soient, aient un souvenir heureux, et non tragique, du Maroc ».

Joan B. Culla explique comment le roi Hassan II a joué deux cartes. D’une part, il apparaît comme un champion de la cause arabe et promeut ainsi le comité al-Quds, un lobby de chefs d’État qui garantit le caractère islamique de la ville sainte, mais en même temps, il reçoit Yitzhak Rabin et Shimon Peres dans ses palais des montagnes de l’Atlas. « Il ne pouvait pas violer le pro-paestinianisme de la rue arabe, mais il était un pragmatique et a toujours pratiqué la « Realpolitik ».

De facto, Israël et le Maroc entretiennent des liens militaires, économiques et diplomatiques depuis des années, bien que de faible intensité, voire pour la forme. Selon des rapports britanniques, Israël a vendu au Maroc des systèmes militaires, des systèmes de communication militaire par l’intermédiaire de tiers. En 2013, l’armée de l’air marocaine a acheté trois drones Heron fabriqués par Israel Aerospace Industries pour 50 millions de dollars, selon Jonathan Hempel, chercheur en droits internationaux spécialisé dans les exportations militaires, dans Haaretz. Israël est le huitième exportateur d’armes le plus important, selon le rapport 2019 de l’Institut SIPRI.

Israël a également fourni des logiciels d’espionnage au Maroc, a dénoncé Amnesty International. Le Maroc a commencé à utiliser un logiciel fabriqué en Israël par la société NSO Group, qu’il a utilisé pour surveiller les journalistes et les militants des droits de l’homme. Il s’agit du programme Pegasus. L’un des journalistes espionnés était Omar Radi, un critique du gouvernement de Rabat. En mars de l’année dernière, il a été arrêté pour ses opinions sur les médias sociaux. Human Rights Watch a dénoncé son cas.

Début novembre, les États-Unis ont inscrit NSO Group sur une liste noire pour son logiciel espion Pegasus, le considérant comme une menace pour la sécurité nationale, selon Europa Press.

Tension avec l’Algérie
Israël est clairement intéressé par le fait de gagner des alliés parmi les États arabes. Et le Maroc est un gros gibier, ainsi qu’un État avec lequel il entretient un lien particulier.

Il est dans l’intérêt du Maroc de compter sur Israël, surtout maintenant que les tensions avec l’Algérie s’aggravent. Depuis l’indépendance de l’Algérie, les deux pays voisins sont engagés dans une querelle souterraine qui a conduit à la « guerre des sables » en 1963.

Selon Haizam Amirah Fernández, chercheur principal à l’Institut royal Elcano, « chacun à leur manière, les régimes marocain et algérien affichent un nationalisme de plus en plus militant, dirigé principalement contre leur voisin. Tous deux sont confrontés à une situation socio-économique intérieure défavorable, aggravée par les effets de la pandémie, avec des baisses importantes du produit intérieur brut et des pertes d’emplois. Il y a également une remise en question interne des systèmes politiques et de la capacité des États à remplir efficacement leurs fonctions (fournir des services publics, créer des opportunités économiques et lutter contre la corruption). Nous arrivons donc à un moment où les relations sont plus tendues que jamais depuis quatre décennies.

Dans cette lutte, le Maroc penche vers les États-Unis et l’Algérie vers l’URSS. Dans le conflit du Sahara, l’Algérie soutient l’indépendance réclamée par les Sahraouis. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles Rabat veut compter sur l’assistance militaire et en matière de cybersécurité qu’Israël peut fournir, et qu’il fournissait déjà, alors qu’il gagne un allié dans son éternel conflit avec l’Iran.

« Pour le Maroc, la question palestinienne avait été un outil de propagande pour contenter la rue. Dans le cas du Maroc, ce rôle unificateur n’est pas joué par la Palestine, mais par le Sahara. Elle n’a plus besoin de la Palestine comme bannière pour exciter les masses. Maintenant, le discours s’applique au Sahara et l’ennemi est l’Algérie. Et les ennemis de mes ennemis sont mes amis », note le professeur Joan B. Culla, qui confirme que la cause palestinienne n’est plus la grande cause panarabe.

Ainsi, le Maroc et Israël ont tout à gagner à établir une confiance mutuelle. Et comme le dit le proverbe arabe, cela doit être fait avec précaution car « la confiance grandit avec la lenteur d’un palmier et tombe avec la vitesse d’une noix de coco ».

El Independiente, 28/11/2021

#Maroc #Israël #Algérie #Sahara_Occidental #Etats_Unis