Maroc. Au lit avec Hassan II

Maroc, Etchika Choureau – Maroc. Au lit avec Hassan II

Fin connaisseur du royaume, le journaliste Ignace Dalle vient de signer la plus intime biographie du plus absolu des rois du Maroc.
Douze ans après sa disparition, Hassan II ne laisse toujours pas indifférent. Loin de là. De nombreux ouvrages, dont celui célèbre Notre ami le roi de Gilles Perrault, ont retracé le très long et tumultueux règne de cet exceptionnel témoin de son siècle, marqué par tant de tragédies et d’histoires extraordinaires.

L’imposante biographie —un pavé de 700 pages— que lui consacre cette année le journaliste Ignace Dalle se lit comme un roman où l’on découvre un sultan des temps modernes, qui a élevé le raffinement dans la cruauté gratuite au rang de style de gouvernance, et avec qui seuls les grands mafieux, esthètes du crime et de la luxure, peuvent rivaliser. Et c’est probablement là où le travail de biographe de l’extrême, abattu avec brio par Dalle, trouve tout son intérêt.

Petites fripouilleries et esprit canaille
A la lecture de cette exploration fascinante des facettes les plus secrètes d’Hassan II, on y retrouve un Louis XI, pour son flair politique et pour son sens aigu de l’Etat, un Louis XIV dont le bon plaisir dictait seul la conduite de la cour, ou encore un Bonaparte pour ses stratégies de conquêtes du pouvoir. Il tenait de tous, mais aussi des sultans ottomans se délectant d’un monde secret et oppressant, celui des palais et de ses intrigues d’alcôve vénitiennes, notamment lorsqu’il s’éprend de la comédienne française Etchika Choureau, un temps égérie du réalisateur Antonioni et pour laquelle il a failli perdre le trône de ses ancêtres.

«Etchika s’est éprise de Moulay Hassan, autre “prince oriental” selon la presse people. Elle l’a rencontré à Cannes, où le prince se remet fastueusement d’une pénible ablation des amygdales. Un amour compliqué! Elle reprend le travail en 1958, avec deux films tournés aux Etats-Unis, qui font un flop. Le succès ne reviendra plus. Elle disparaît ensuite pendant quelques années, passant le plus clair de son temps au Maroc en compagnie du prince héritier. Ainsi, en ce milieu de l’année 1960, non seulement Etchika est enceinte mais, selon ce qui est rapporté au souverain, elle se bercerait d’illusions et se verrait déjà reine! Mohammed V se doit, lui, de veiller au respect des coutumes de la dynastie alaouite. Il tente de ramener son fils à la raison, menace de le destituer au profit de son jeune frère Moulay Abdellah.»

Lire la suite depuis la source (Slate.fr)

ETCHIKA CHOUREAU : LE GRAND AMOUR DE HASSAN II

Il était une fois une vedette de cinéma et un prince héritier qui vécurent une grande histoire d’amour.

Une liaison passionnelle et rocambolesque, digne des plus grandes romances du septième art. Dans le rôle de l’actrice qui fait chavirer les cœurs: Etchika Choureau, l’étoile montante du cinéma français. Révélée en 1953 par le réalisateur italien Michelangelo Antonioni, cette blonde incendiaire aux yeux vert émeraude enchaîne les tournages et les couvertures de magazine.

Dans le rôle de l’amoureux transi: Moulay Hassan, un jeune prince fougueux, connu du grand public français et destiné à devenir roi du Maroc. Tout les sépare ou presque. Etchika Choureau, née Jeannine Paulette Verret, à Paris en 1929, est française, chrétienne et divorcée de Max Choureau, un apiculteur. Le prince Moulay Hassan est marocain, musulman et son pays, qui lutte depuis des années contre la présence coloniale française, est en train de négocier âprement son indépendance. On dit que l’amour ne prévient pas. Alors que Moulay Hassan est à Cannes pour une ablation des amygdales en 1956, il rencontre la fringante Etchika au cours de sa convalescence.

Très vite, il tombe sous le charme de celle que les critiques qualifient déjà de « nouvelle Danielle Delorme », une autre actrice française célèbre. Les deux amants se voient chaque jour et sillonnent La Croisette à bord de la Chevrolet décapotable du prince, au grand dam des paparazzis qui ne parviennent pas à les prendre en photo ensemble. Quelques mois plus tard, les deux tourtereaux sont rattrapés par la réalité. Le Maroc vient d’obtenir son indépendance et le prince héritier se doit d’être aux côtés de son père pour l’aider à gouverner un pays où tout reste à faire.

Le feu de la passion

 L’idylle ne prend pas fin, bien au contraire. Les sentiments des deux amants ne font que croître avec la distance. Malgré ses responsabilités, Moulay Hassan parvient toujours à se libérer pour sa dulcinée. Quand ce n’est pas une escapade de deux ou trois jours auprès d’elle, ils passent d’interminables heures au téléphone. « Chaque nuit, ils se racontaient des banalités entrecoupées de je t’adore par-ci et de je t’aime par-là», se souvient Midhat Bourequat, chargé à l’époque de sécuriser toutes les communications de la famille royale. Au palais, le prince héritier ne cache rien de son histoire d’amour, tout le monde est au courant. Il donne même des consignes officielles à l’ambassade du Maroc à Paris.

noiretblanc-1

Lire la suite depuis la source (Télégramme)

Récit des frères Bourequat : Hassan 2 et Etchika Choureau (par Midhat et Ali Bourequat)

Il l’a répudiée un jour et c’est Hassan qui est venu demander à ma mère en lui disant que Sidi les a répudiés
Elle s’est installée chez La Forêt et lui faisait pression.
Elle lui demandait s’il n’a pas perdu la tête. Elle ne comprenait pas qu’on l’ai répudiée à un âge pareil

La deuxième fois c’était l’affaire d’Etchika
Lors de l’affaire d’Etchika il allait les rayer définitivement
C’était un grand réquisitoire de ma mère et mon père
C’est Oufkir qui était allé dire à Mohamed V que Hassan II sort avec une femme « légère » qui habite chez lui
Moi j’étais allé l’accompagner. Mohamed V a dit: « Si Abderrahmane, tu sais des choses et tu me les caches? »
Il a dit: « Le prince héritier a une femme légère chez lui et tu ne me l’as pas dit? »
« Une femme légère occidentale »
Mon père lui a répondu ne pas être au courant et lui a promis d’enquêter pour lui
Il est reparti en colère

Quand Mohamed V est ressorti, mon père m’a dit qu’il attendra que les choses se calment avant d’en parler à Mohamed V
car si je lui parle maintenant il explosera
Il m’a dit: « tu voulais que je lui réponde oui effectivement je sais c’est qui et je sais à quoi elle ressemble? »
Quand on est revenu voir Mohamed V mon père lui a expliqué que c’est une artiste de cinéma et pas une femme légère
mon père a ajouté: « après tout c’est un homme, et un homme a besoin d’une femme »
Qu’elle soit arabe ou occidentale, et alors?
Mon père a rassuré Mohamed V en lui expliquant que ce n’est pas une relation sérieuse
On m’a demandé quand le film de cette actrice sera diffusé
Alors j’ai conduit Mohamed V voir le film ou apparaît cette actrice
On a regardé le film de cette actrice, un film dont toute la ville parlait
L’histoire du film était que cette actrice est tombée enceinte n’étant pas mariée et sa mère aussi avait un bébé
Il m’a dit: « Elle ressemble à un chaton » Elle était mignonne, très jolie
Traduction de Norhane Kayane

CINEVEDETTE:

Après un film de guerre, quelques photos « pin-up » hollywoodienne comme il est d’usage pour les jeunes premières fraîchement signées par un studio ( et avoir fait chavirer le coeur du très beau Tab Hunter), Etchika Choureau disparaît littéralement de la circulation cinématographique en 1958.

 Et pour cause: Elle vit une folle passion avec un prince, le futur héritier du trône du Maroc Hassan II.

le couple vit une folle passion même s’ils la savent condamnée. Etchika est une chrétienne divorcée impensable sur le trône du Maroc! Ils savent tous deux que lorsque le prince deviendra roi ce sera la fin de leur belle histoire. En attendant, c’est une succession de fêtes et pluies de cadeaux, Hassan n’aime rien tant que de couvrir Etchika de bijoux et des plus somptueuses créations Dior aussi décolletées soient-elles.

Le jour fatidique pour leur relation viendra en 1962 où Hassan succède à son père Mohamed V sur le trône et range ses amours dans les tiroirs de ses souvenirs.

#Maroc #HassanII #Etchika_Choureau